Comment se désindigner ?

17

Publié par Zhom | Classé dans La vie quotidienne d'un père actif | Publié le 28-08-2011

Il y a des jours où je me sens père indigne. C’est pas ignoble ce que je fais mais je m’en veux … Genre: « Morveuse ? Tu veux pas plutôt aller jouer dans ta chambre plutôt que danser dans les pattes de papa pendant qu’il fait à manger ? »

Cette après-midi, on est allés au parc et j’y ai découvert un monde de parents totalement déculpabilisants. Bien souvent, ce sont des morceaux de phrase, sortis de leur contexte, qui font passer ces derniers pour des parents indignes, voire monstrueux. Il y en a quand même quelques-uns, qui ont bien voulu dire ça.

Je vais ici, vous exposer un florilège de paroles de parents.

 

À son petit de 3 mois qui pleure dans les bras de son père, une mère l’attrape, le jette littéralement dans la poussette: « Bon, maintenant, tu fermes ta gueule »
À son enfant de 6 ou 7 ans, une mère dit: « Putain, t’es vraiment une mauviette ! Si y en a un qui te tape, tu le tapes, si y en a un qui te mord, tu le mords, et si ça plaît pas à leurs parents, ils ont qu’à venir me voir. »
À son enfant de 4 ou 5 ans allongé au milieu de l’allée du parc: « S’il te plaît, te mets pas là, tu gênes tout le monde. »
À son enfant de 2 ans: « Chéri viens on y va.  Non tu veux pas ? c’est pas grave, reste là, et les cochons vont te manger ! » ou « Si tu restes là, tant pis, y’a un monsieur qui va venir te kidnapper. »
Aux jeux du parc, une mère sort à son enfant de 4 ans: « Ah non, tu vas pas jouer hein, tu vas te salir. Regarde les autres jouer. »

Voilà des extraits de la balade d’aujourd’hui, j’en entends à chaque fois des comme ça, je devrai les noter, parce qu’après je les oublie …  Toujours est-il qu’après une balade au parc, je trouve que finalement, je suis un bon père.

.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

L’aberration naturelle de l’accouchement.

22

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux en cours | Publié le 24-08-2011

J’ai survolé BabyBoom hier soir, je me délecte des différents points de vue sur cette émission aujourd’hui.

La Madeleine, ayant regardé l’émission, n’a pu s’empêcher de réagir à cette dernière sur Facebook et est encore passée pour une hippie intégriste allergique au progrès.
Comme vous le savez, je prône l’accouchement à domicile, la réhumanisation de l’accouchement, le respect du bébé et de ses parents et j’en passe. Mais je suis aussi tolérant.Je ne crache pas sur les personnes qui souhaitent accoucher à l’hôpital, chacun ses choix et ses envies. Mais parfois, j’ai envie de changer de politique. À force qu’on me qualifie d’inconscient de vouloir un accouchement naturel chez soi malgré les avancées de la médecine, j’ai envie de me mettre à en faire autant.

Il paraît que l’accouchement à domicile est dangereux, qu’une équipe médicale de 20 professionnels de santé est indispensable, qu’un anesthésiste doit être prêt à vous poser une péridurale.
Je ne suis pas inconscient, j’habite à moins de 5 minutes de 3 maternités, notre sage-femme, qui a déjà assisté des dizaines de mères dans leur accouchement sera présente. J’ai juste des envies. Envie de vivre la naissance de mon fils en famille avec ma Madeleine ET ma fille, la vivre dans un environnement chaleureux.

Je suis d’un naturel têtu et optimiste, mais je n’en suis pas pour autant extrémiste. Je ne vais pas mettre en danger la vie de ma femme et de mon fils, je ne crache pas sur la médecine, sinon je ne ferai pas le métier que je fais. Si il y a besoin, la Madeleine partira à l’hôpital, on ne va pas prendre de risques inutiles. Elle est inscrite à la Maternité de Bordeaux, elle a fait une consultation avec un anesthésiste en cas de besoin, la Sage-Femme fait des examens pour s’assurer que tout se passera pour le mieux. Je veux juste vivre la naissance de mon fils et ne pas la regarder se passer entre les mains du personnel hospitalier, impuissant. Mais je reste réaliste, je sais ce que je veux, je ne sais pas ce que j’aurais.

Je sais surtout ce que je ne veux pas. Je ne veux pas qu’on enlève le vernix de mon bébé, je ne veux pas qu’on l’aveugle à la naissance avec de la rifamycine, je ne veux pas qu’on lui déforme la tête avec une ventouse parce qu’il n’est pas sorti en moins de 12 minutes, je ne veux pas qu’on le colle sous une lampe à UV dont un adulte ne supporterait pas la luminosité parce qu’il a le teint un peu jaune, je ne veux pas que mon enfant soit un enfant expulsé entre 2 autres par un obstétricien inconnu qui est crevé d’enchaîner depuis 12h, je ne veux pas qu’on me dise « Ça fait 2 heures qu’il est né, il a toujours pas tété, donnez-lui un biberon », je ne veux pas que ma femme soit encore déçue de ne pas avoir senti son bébé sortir. Je ne veux pas vivre une naissance dans une atmosphère stressante

Tout comme la grossesse n’est pas une maladie, l’accouchement n’est pas une opération chirurgicale.
Une femme accouchante n’a pas besoin d’être scopée en permanence, le bébé n’a pas besoin d’être monitoré en permanence, la mère n’a pas à resté en permanence sur le dos alors que c’est la position la plus douloureuse pour accoucher, elle n’a pas besoin de s’abstenir de manger et de boire pendant des heures. Il y a plein de choses encore qui surmédicalisent l’accouchement mais je vous en fais grâce.

Je ne veux pas vivre un accouchement à la maison parce que la médecine me fait peur, c’est juste que je ne vois pas l’intérêt d’en abuser sans raison. De faire dépenser de l’argent à la Sécurité Sociale sans raison. De me mettre dans un univers de stress alors que l’on peut vivre ça sereinement chez soi.

.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Le retour à la vie réelle.

9

Publié par Zhom | Classé dans La vie quotidienne d'un père actif | Publié le 19-08-2011

Et voilà, 4 jours de boulot sont passés. 4 jours où j’ai pas beaucoup vu ma morveuse qui m’a beaucoup manqué.

Cependant, après un an au foyer à m’occuper de la morveuse, ça fait un bien fou ! Avoir d’autres soucis que la consistance du dernier caca de la morveuse ou de ce qu’on va faire à manger. Rentrer à la maison, voir la morveuse qui se réjouit de mon retour. Mettre les pieds sous la table.
J’ai adoré m’occuper de ma fille mais j’aime mon travail aussi. Être en contact avec des gens, avoir des collègues de travail. Des gens avec des voix avec un timbre normal et pas suraigu.

Comment a-t-on vécu la chose ? Je ne saurai vous le dire, je pense que je manque un peu de recul. Moi, je fais un boulot qui me plaît, je suis occupé en permanence, je pense à ma morveuse. Mais je le vis bien. La morveuse quand à elle, nous a fait des petites crises au début quand je quittais la maison sans elle, maintenant elle a compris et me dit même « voivoir » quand je pars bosser.
C’est pour la Madeleine que c’est le plus difficile, son état physique ne lui permettant pas de forcer, elle se sent un peu faible et la morveuse le sait. Elle n’hésite pas, du coup, à faire tourner sa pauvre mère en bourrique. Comme si elle lui faisait payer mon absence.
Devant « Crrrrr », elle est accrochée à sa mère tout en suivant le dessin-animé des yeux. Lorsqu’elle fait la vaisselle, la morveuse lui tient la jambe en se tordant pour voir « Crrrrr » du coin de l’oeil.

Aujourd’hui, j’ai eu mon après-midi de repos, du coup j’ai profité au max de ma petite famille, soleil, achats de livres, glace en terrasse. Quand je travaille, je rentre le midi, la morveuse va faire sa sieste 30 minutes après que je sois rentré. Elle n’est pas réveillée quand je repars. Même topo le soir.
Mon plus grand regret de pas être plus présent, c’est que je rate tous ses petits progrès qu’elle fait chaque jour. Hier, elle a mis les lapins dans la cage en leur courant après en criant « tage » et je n’étais pas là pour voir ça.

Je me sens un peu coupable d’imposer autant de travail à ma Madeleine alors que sa grossesse est déjà assez raide. Mais, j’ai pas le choix si je veux avancer un peu dans ma vie et réussir un jour à nourrir ma famille. Tant qu’à faire, en faisant un boulot qui me plaît. Et c’est le cas.
Non pas que je sois heureux d’avoir quitté ma famille pour travailler, mais je n’en suis pas malheureux pour autant. Ce n’est pas comparable.

Ma fille a d’ailleurs volé le portable de sa mère pour essayer de m’appeler au travail: « Papa ? Badoubibou tututa bou papa naninounani »

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

On est jamais mieux que chez soi.

34

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux en cours | Publié le 14-08-2011

Non, je ne vais pas vous parler déco. Je vais vous parler AAD, Accouchement À Domicile.

Comme à mon habitude, je ne vais pas vous faire un cours sur le sujet, mais juste vous exposer mon point de vue et ce qui m’a amené à faire ce choix pour la naissance du morveux en octobre.

Pour ceux qui n’ont pas lu l’article sur la Naissance de la Morveuse, je vous invite à rattraper votre retard.
Pour la naissance de la Morveuse, la Madeleine souhaitait un AAD. Moi ça m’était égal, je ne voyais pas trop la différence. Cela n’a malheureusement pas été possible et c’est ce qui m’a motivé à vouloir un AAD pour le Morveux.

De nombreux facteurs entrent en jeu. Dans un accouchement à l’hôpital, j’ai bien trop souffert de l’isolement du père, de la souffrance ignorée de ma femme, de laisser cet événement entre les mains de personnes ne sachant rien de nous, de voir nos souhaits glisser sur le dos du personnel, de voir notre projet de naissance s’effriter sous nos yeux.

Pour moi, une naissance, c’est un événement familial, l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille. Pas un bébé en plus dans les statistiques de l’hôpital. Pour la morveuse, après un accueil douteux par le personnel, je suis arrivé dans une salle de travail où j’ai trouvé ma femme ligotée à son lit par un nombre innombrable de fils, elle qui rêvait d’un accouchement naturel, ça m’a arraché le cœur de la voir comme ça. Le personnel défile dans la chambre pour faire des choses que je comprends pas trop. Enfin j’aurai peut-être compris si on m’avait expliqué.
L’intimité de ma femme est apparemment tombée dans le domaine public.
Et vas-y qu’je rentre, j’te mate l’entrejambe, j’te rajoute une perf, je ressors, tout ça sans un mot, rien.
La Naissance est totalement déshumanisée. On va me dire « Oui mais ils sont débordés, ils ont plein de patients, ils peuvent pas copiner avec tous ». C’est pas faux … Sauf que moi, j’y suis pour rien. C’est une naissance merde !

Mais mon choix ne se limite pas au côté déshumanisé de la Maternité. En effet, on ne pense que trop peu au père dans cette situation. Certes on a le droit de couper le cordon mais c’est nul. La Madeleine a accouché à 19h14. J’ai du quitter la Maternité à 23h parce qu’on la montait au Post-Partum où je n’avait pas le droit de l’accompagner parce que les visites ne sont pas ouvertes à cette heure. Je viens d’être père bordel ! J’ai envie de passer du temps avec ma fille, avec ma femme qui vient de faire un sacré boulot. Et bien non, on doit rentrer à la maison, tout seul, comme un con, et devoir attendre le lendemain matin, les visites n’ouvrant qu’à 11h.

Heureusement que la Madeleine est sortie le lendemain contre avis médical, sinon j’aurais pété un boulon. Ma femme et ma fille, sans moi pendant des heures ? No way !

Du coup, quand on a appris pour le morveux, la Madeleine m’a demandé si j’étais toujours d’accord pour l’AAD, je lui ai répondu que j’allais lui suggérer. On s’est donc lancé dans la recherche d’une Sage-Femme pratiquant les AAD. On a donc trouvé Isa, la seule de la région, tout près de chez nous.
On a eu un petit entretien pour se présenter les uns les autres. Ça a accroché d’emblée.
Isa nous a bien sûr précisé qu’elle voudrait quelques examens sur l’état de santé de la Madeleine, celui du morveux, afin de ne pas avoir de mauvaise surprise le Jour J et que s’il y avait bien sûr un problème, elle ne pourrait nous assister pour un AAD.
Elle nous explique qu’elle a déjà plusieurs années d’expérience en matière d’AAD, qu’il ne faut pas trop s’inquiéter des imprévus le jour J, on habite à 5 minutes en voitures du CHU.

On va la voir tous les mois, on papote, on apprend un peu plus à se connaître chaque jour. Le jour de la Naissance, nous serons assistés par une amie plutôt que par 5 Sage-femmes différentes. Elle ne sera pas envahissante et ne se manifestera que si on la sollicite. Une naissance humaine quoi.

Bien sûr on passe pour des hippies, des inconscients. Mais on s’en fout parce qu’on sait qu’une femme c’est pas fait pour accoucher dans une salle à 16°C ligotée à 5 appareils. Une naissance, ça se passe en famille.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Le grand lit de grande fille.

6

Publié par Zhom | Classé dans La vie quotidienne d'un père au foyer | Publié le 10-08-2011

Ça y est, je l’ai monté hier, la morveuse a son lit de grande fille.

Elle fait toute petite là-dedans hein ?

J’appréhendais un peu sa réaction en voyant son lit à barreaux démonté, remplacé par ce mastodonte. Et bien je me trompais, elle m’a fait un grand « Waaaaaaaaaaaw » avant de monter dessus pour y faire des roulades.

Maintenant, un nouveau combat va se lancer: « Remonte dans ton lit ! ». En fait, c’est un combat que l’on mène depuis quelques jours, vu qu’on avait enlevé les barreaux de son ancien lit depuis quelques jours maintenant.
N’étant pas des parents indignes, on lui avait mis une petite barrière comme ça pour éviter les chutes.

Au début, elle n’était pas très rassurée par ce vide à côté d’elle et dormait de l’autre côté du lit. Progressivement, elle s’y est habituée.
Une fois qu’elle avait bien accepté ce « trou », elle a commencé à monter et descendre du lit toute seule. Nous lui avons donc expliqué que si c’était la sieste ou la nuit, il fallait rester dans le lit, jusqu’à ce que papa et maman vienne pour la réveiller. Depuis avant-hier, le matin, elle attend dans son lit qu’on vienne pour la lever et là elle descend de son lit.
L’après-midi, lorsqu’elle a fini sa sieste, elle se lève et frappe à sa porte pour qu’on la laisse sortir de sa chambre.

Tout ceci étant finalement bien rodé, on a acheté le lit avant-hier, on l’a monté hier et la morveuse a fait une nuit complète sans réveil. Nickel.

À l’heure actuelle, elle est étalée dessus en train de bouquiner.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Le Festival de Zhom.

12

Publié par Zhom | Classé dans Blog | Publié le 05-08-2011

Si j’attends la fin du mois pour vous faire un recueil de requêtes, il risque d’y en avoir 50 pages … Du coup je vous en donne aujourd’hui:
Mais on va faire ça différemment, on va la jouer Festival de Cannes ça vous dit ? Je vous présente les lauréats pour 2 catégories et vous élisez vos préférés.

Dans la Catégorie: « Ici, c’est pas Doctissimo, parles-en à ton médecin ! », les lauréats sont:
« allaitement et gene dans le sein »
« j’ai pris la pilule et j’ai été faire caca cela compte-il pour un oubli »
« peut-on laisser bébé manger l’herbe »
« je suis enceinte et des que je prend ma douche quan je sort jai froid es normal »
« enceinte et je sens rien »
« femme enceinte pas immunisée contre la toxoplasmose marche dans la terre? »

Dans la Catégorie « Parents qui auraient du s’abstenir », les lauréats sont:
« changer les couches sans vomir »
« je substitue mon bébé par un poney »
« diplome pour un enfant qui ne fait plus pipi à la couche »

 

Résultats Dimanche à 20h50 !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

- Tu veux que papa t’aide ? – Nan !

7

Publié par Zhom | Classé dans La vie quotidienne d'un père au foyer | Publié le 05-08-2011

Ça y est, la morveuse ne veut plus du tout de mon aide pour manger. C’est une grande fille, ça fout un coup.

Ça été toute une épopée formidable pour l’amener à ce point, je suis fier d’elle !

L’aventure a commencé un midi d’avril où la Madeleine était au boulot, me laissant seul à la maison avec la morveuse. Cette dernière faisait sa sieste, je venais juste de finir de me faire à manger, lorsque soudain, le Monstre se réveilla. « Ah, merde, je vais manger froid moi ! » me dis-je.
Je vais donc chercher la bête affamée, la pose dans sa chaise haute après un petit calinou de réveil, je lui met son bavoir autour du cou en prenant soin de ne pas lui attraper les cheveux dans le nœud. Je sors le petit pot du micro-ondes et là une idée me traverse l’esprit.
« Dis la morveuse ça te dirait d’essayer de manger comme une grande ? » Elle me fait un sourire, je prends ça pour un oui.
Je change donc de bavoir au profit du bavoir girafe avec les manches longues. Lui pose le petit pot et lui donne sa cuillère. Je dois dire qu’elle m’a impressionné, elle s’en est pas trop mal tiré.

Je dois vous avouer que les débuts ont ressemblé à ça:

Ou ça:

Au bout d’un moment à la voir galérer avec ses couverts Winnie l’Ourson, on a testé avec les couverts Nüby

Le changement a été significatif, la morveuse, ne se trompait plus de sens, avait une meilleure prise en main, ça ne lui glissait plus des doigts et elle trouvait plus facilement sa bouche ^^
Merci Nüby donc.

Avec le temps, elle en a mis de plus en plus dans sa bouche et de moins en moins sur le bavoir (ou les cheveux, oreilles, dos).

Aujourd’hui, elle a fini son assiette au grain de riz près avec sa petite fourchette de grande et a raclé son yaourt avec sa cuillère de grande. Tout ça en refusant systématiquement l’aide de papa ou maman.

Du coup maintenant, on mange tous ensembles à 3 1/2 avec chacun sa chaise et son assiette et c’est vachement plus cool !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Nos amies les bêtes.

22

Publié par Zhom | Classé dans Gniiiiiiiii | Publié le 02-08-2011

Quoi encore un article animalier ? Mais on est sur un blog de papa ici non ?
Et de toutes façons vous allez devoir vous y habituer parce que j’aime les animaux ! Ce sont mes amis. Et il est important de soigner la cohabitation entre ses animaux et ses enfants.

Aujourd’hui, nous parlerons des chiens. Pourquoi cette idée, c’est la grande médiatisation, ces derniers mois, des morsures de chiens.
Pourtant on estime entre 250 000 et 500 000 par an, en France, le nombre de morsures par des chiens. 70 000 nécessiteraient des soins. Pourtant, à en écouter les médias, on a une impression d’une vague de violence canine.

Ce qui fait la médiatisation de ces attaques, c’est leur violence et le fait que ces attaques ne soient pas attribuées à des chiens « dits dangereux ». Et c’est là que le bas blesse.
En 1999, le gouvernement a fait voter une loi pour lutter contre ce genre de problème en donnant des contraintes sécuritaires aux chiens « dits dangereux ».
Si on lit cette loi, on a choisi 5 espèces de chien (Rottweiler, Staffordshire, American Stafforshire, Tosa et Mastiff) qu’on a soumis à un contrôle d’Origines (ils doivent être inscrits au LOF sauf pour le Rottweiler) sous peine d’euthanasie, les non LOF étant généralement des croisés entre ces différents chiens afin d’en faire des chiens de combat, leur dangerosité est plus qu’évidente, ils entrent en catégorie 1 et sont interdits.
Les LOF, de catégorie 2, dorénavant considérés comme dangereux sont soumis à une déclaration en Mairie, castration, muselière, le maître devra détenir un permis spécial.

Cependant cette liste n’est basée sur aucune étude scientifique, qu’elle soit statistique ou comportementale. On a juste pris 5 molosses, ceux qu’on dresse au combat, histoire de faire quelque chose. Ces chiens lorsqu’ils sont dressés comme chiens de compagnie sont aussi dociles qu’un Colley. On les a jugés dangereux en fonction de leur physique et de leur puissance ainsi que par leur usage détourné, et non en fonction de leur comportement naturel.

La plupart des études ayant été faites sur le sujet montrent que les morsures sont causées par des événements environnementaux et non par des prérequis raciaux.
De plus, ces études mettent en tête de liste des attaques, par ordre de fréquence décroissant: le Berger Allemand, le Cocker, l’Épagneul, le Rottweiller, le Golden Retriever, le Colley. (Ce classement tient compte du nombre de morsures d’une race par rapport aux nombres de chiens de cette race)
J’ai du vécu avec un Yorkshire qui grognait sur la morveuse sans raison ou un Jack Russel la faire chuter en voulant jouer avec elle alors qu’elle n’a jamais eu aucun problème avec mon ancien doberman alors que la morveuse lui montait sur le dos ou lui tirait les babines.
Nous avons par exemple parmi les lecteurs, une véto (que je remercie pour m’avoir éclairé dans les subtilités légales) qui se fait mordre plus souvent par des yorkshires que par des chiens de catégorie.

La réglementation actuelle est donc totalement absurde. Un chien, peut importe sa race, n’est pas une peluche. Il ne faut en aucun cas laisser un chien seul avec un enfant, qu’il s’agisse d’un caniche ou d’un American Staff.
TOUT chien devrait faire, selon moi, l’objet d’un dressage homologué par le Ministère de l’Agriculture, quelle que soit sa race. Et qu’il ne puisse être mis en contact avec du public, et en particulier des enfants, sans avoir passé avec succès son dressage. Un chien non dressé par un professionnel n’est pas un chien dressé, quoi que vous en pensiez.
Un animal est instinctif, dressé ou non, on ne peut prévoir toutes ses actions aussi démesurées soient-elles.

Il ne faut cependant pas sombrer dans la paranoïa en empêchant le chien d’approcher l’enfant, ça ne ferait que créer une jalousie de la part du chien qui serait sûrement plus dramatique qu’une légère morsure. Il suffit d’imposer une hiérarchie où les humains de la maison, maître, adulte ou enfant est au-dessus du chien.
Chez nous, lorsque nous avions Debian, nous avions une hiérarchie bien établie et bien comprise par chacun.

- Moi, le Maître
- La Madeleine et la Morveuse
- Les lapins
- Le chat
- La chienne

Cette dernière, au moindre écart était puni et elle a fini par l’accepter très bien, et lorsque les lapins ou le chat l’attaquaient, elle ne répondait pas mais venait nous voir en chouinant, le chat accroché à ses babines pour qu’on lui décroche.

Malgré cela, jamais je n’aurais eu la prétention que ma chienne ai pu être irréprochable et fiable et jamais je n’aurais laissé la morveuse seule avec la chienne, tout comme je ne la laisse jamais seule avec les chats ou les lapins.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Le Roi Salvateur (ou la déchéance de Oua-Oua).

6

Publié par Zhom | Classé dans La vie quotidienne d'un père au foyer | Publié le 01-08-2011

Mercredi dernier lorsque nos amis vacanciers sont venus boire un énième apéro, nous avons mis la morveuse et son amoureux devant Le Roi Lion.

En effet, l’Amoureux ne connaissant pas Oua-Oua, et comme nous souhaitons garder le peu d’amis que nous avons, nous ne lui avons pas présenté Oua-Oua. On est pas des salauds non plus. On leur a donc mis le Roi Lion.
Les 2 morveux se sont alors retrouvés absorbés, voire même hypnotisés par tous ses animaux aux couleurs chatoyantes, en particulier par les « Grrrrr » comme dirait la morveuse.
Au bout de quelques verres et d’un magret de canard, nos invités suscités ont repris l’Amorveux sous leur bras, et tout le monde est allé se coucher.
Le lendemain matin, bon père que je suis, entendant la morveuse appeler gentiment (pour une fois) ses parents, je me suis empressé d’aller la chercher pour aller lui préparer son petit déjeuner. Une fois ce dernier empiffré, j’ai descendu la morveuse de sa chaise haute, d’où elle est partie pour aller s’affaler dans le canapé.

- Oua-Oua !
- Oui, une seconde, faut que papa trouve la télécommande.
- Oua-Oua !
- Oui ça arrive.
« Oui vas-y Oui-Oui, c’est toi qui conduis, pouët pouët pouët. »
- Naaaaan !
- Quoi nan ? Tu voulais Oua-Oua non ?
- Nan ! Oua-Oua Grrrrrr !
- Grrrrrr ?
- Grrrrr !
- Le Roi Lion ?
- Grrrrr !
- Bon OK on va essayer ça. Je ne vois pas ce que ça pourrait être d’autre.

Et effectivement, la morveuse me réclamait bien le Roi Lion. Elle en est devenue fan, en particulier du moment où la pluie tombe, allez savoir pourquoi …
L’après-midi, rebelote. Elle a demandé dès le départ Oua-Oua Grrrrr !
Et depuis, elle refuse systématiquement Oua-Oua, pour regarder Grrrrr.
Ça fait du bien de changer d’histoire, mais bon, je vais peut-être déchanter au trentième Hakuna Matata.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share