La Guerre du Lait.

15

Publié par Zhom | Classé dans L'allaitement c'est cool | Publié le 19-07-2011

Beaucoup de mères donnant des préparation artificielles se plaignent d’être sans cesse culpabilisées par les défenseurs du Lait Maternel.
En ce qui me concerne, jamais je n’ai dit « Biberonneuse, tu empoisonnes ou maltraites ton enfant ». Jamais je ne suis allé reprocher à une femme d’avoir choisi le biberon, chacun ses choix, nous sommes encore une démocratie. Je me contente de défendre le Lait Maternel qui est, scientifiquement prouvé, le meilleur lait à donner à un enfant.

La plupart des défenseurs de l’allaitement, mis à part certains extrémistes (mais l’extrémisme c’est mal), essayent juste de rappeler des vérités et de faire tomber les préjugés et les fausses vérités que véhiculent les Fabricants de « lait » artificiel. Par exemple, lorsque j’ai linké sur Facebook les 10 propositions pour une vie plus seine de McMaman sur le blog des Seintes, je me suis retrouvé avec un long débat sur la culpabilisation des mamans biberonneuses dans les commentaires. J’ai donc relu de façon plus approfondie l’article en cherchant des choses culpabilisantes. Je n’y ai trouvé aucune attaque envers les biberonneuses mais envers l’industrie du « lait » artificiel ou envers le gouvernement qui ne promotionne pas ouvertement le Lait Maternel.

Si une personne se retrouve à culpabiliser, c’est qu’elle a des doutes sur son choix. Si vous êtes convaincu que votre choix est juste, jamais personne ne vous fera culpabiliser, car vous saurez au plus profond de vous-même que votre choix est le bon.
Il y a bien sûr les mères qui n’ont littéralement pas pu allaiter, pour des raisons physiologiques (ablation du sein après un cancer, section des canaux lactifères et j’en passe …) ou psychologiques (manque de soutien du père par exemple) qui vont vous dire « Arrête, c’est vachement culpabilisant ton truc, moi j’aurai aimé allaiter, mais je n’ai pas pu ». Pourquoi culpabiliser ? Si vous avez essayé d’allaiter votre petit ours et que vous n’avez pas pu, il n’y a aucune raison de culpabiliser, il faut faire une différence entre choix et capacité.

Il faut aussi comprendre l’acharnement des défenseurs du Lait Maternel que les Médecins ont ouvertement accusé, il y a quelques années, de maltraiter leur enfant, en les allaitant, en ne leur donnant pas le « meilleur » pour eux, en leur donnant un lait qui n’est pas assez riche. Ces médecins qui avaient été formatés par les fabricants de « lait » artificiel. Les études scientifiques de ces dernières années ont prouvé que le Lait Maternel est beaucoup plus adapté, beaucoup plus nourrissant que les préparations artificielles. Les pro-allaitement tiennent leur revanche qu’elles attendent depuis des années, et ne vont donc sûrement pas lâcher la bride facilement. Avoir été dénigré pendant des années alors qu’on avait raison, ça laisse des marques.

Tout çà pour dire que lorsqu’on est convaincu de la justesse de ses choix, culpabiliser est aberrant et inconcevable. Il y a eu une époque où la morveuse était au plus bas de sa courbe de poids sur le carnet de santé (vers 4 mois si je me souviens bien) et le médecin nous avait dit qu’il fallait commencer les farines pour qu’elle remonte. De par mon métier je savais que les farines sont fortement déconseillées avant 6 mois, je ne l’ai donc pas fait. Il s’est acharné essayant de me culpabiliser, que la santé de mon enfant en dépendait. J’étais convaincu que mes choix était bon, je n’ai pas lâché, je n’ai jamais culpabilisé. J’ai présenté les courbes de l’enfant allaité de l’OMS au médecin, lui montrant qu’elle était dans la norme. Le médecin m’a répondu que ces courbes était comme ça parce qu’on comptait les enfants dénutris du Tiers-Monde pour les faire. Je l’ai envoyé péter en lui expliquant que ces courbes sont des recommandations et non des statistiques, que je ne voyais pas en quoi des enfants du Rwanda ou de Thaïlande avait des besoins nutritifs différents des enfants français. Et que du coup ça me choquerait moins si ma fille était en bas, vu qu’elle ne crèvera pas de faim une fois l’allaitement terminé. Lorsqu’on a des convictions, on se pose pas de questions dessus.

Que le choix soit le bon ou pas, lorsqu’on est sûr de son choix, on ne culpabilise pas. Si vous culpabilisez, c’est que vous remettez en cause votre choix, et ça, ce n’est absolument pas notre faute.


Je ne promotionne pas encore ce livre, j’ai pas fini de le lire, mais j’aime trop la photo :D

Rendez-vous sur Hellocoton !. ♡CopyHeart 2011 par Zhom. La Copie est un acte d'amour. Copiez et partagez autant que nécessaire.
Share

Commentaire(s) (15)

Je ne serai pas celle qui relance le débat. Juste de temps en temps je me dis que tout se joue dans les premières heures après la naissance et qu’en France dans les maternités, on n’est pas aidées pour « les débuts ».
Bref, je dis ça je dis rien, moi j’allaite à fond les ballons, et loooongtemps ;o)

Ah et aussi pour dire, il est sympa ton nouveau thème!

   0 likes

Je suis complètement d’accord, je pense surtout que le mot « culpabiliser » n’est pas le bon en fait (bien que je l’utilise souvent dans ce genre de discussions….)… Ce que je veux dire, c’est que même en étant sûr que son choix est le bon, quel qu’il soit, on peut se sentir « diminué », ou « blessé dans son amour-propre », bref, je pense que se prendre des critiques peut nous faire mal et nous faire penser qu’on est un parent un peu « indigne » (oui je sais mot un peu fort mais en même temps quand on touche à notre chair, on ne peut pas avoir de réaction mesurée je pense…), aussi sûr que nous soyons de nos choix.

La seule chose qui devrait être appliquée par tous à mon sens, c’est PERSONNE N’A LE DROIT DE JUGER DU BIEN-FONDE DES CHOIX QUE FONT LES PARENTS POUR NOURRIR LEURS ENFANTS!!!!!

   0 likes

Je continue à venter les mérites de ma maternité mais au 1er rdv lactation (15 jours après notre sortie), la SF nous a donné la courbe OMS en question en rapport avec notre bonhomme en nous indiquant qu’en effet elle variait par rapport à la courbe « carnet de santé » mais que c’était normal !

Formation et sensibilisation du personnel, il n’y a que cela de vrai !

   0 likes

C’est clair… Quel que soit le sujet d’ailleurs… Quand je vois autour de moi les accouchement très mal vécus, les allaitement foirés, les choix mal assumés et j’en passe, je me dis que j’ai eu de la chance de tomber sur une sage-femme géniale pour la préparation à l’accouchement et une maternité en or… Elle nous a tout expliqué, même les problèmes qui peuvent se présenter, du coup j’ai très bien vécu mes césariennes, et je garde un souvenir très doux de mes séjours à la maternité et de mes débuts en tant que maman (à part une pédiatre complètement idiote qui m’a demandé sèchement de faire taire mon ourson (avec une sucette que je n’avais pas!!!) qui hurlait pendant sa visite de sortie, alors qu’il venait tout juste de s’endormir sur moi après une journée difficile quand elle est arrivée pour l’ausculter!)

Mais malheureusement les personnels sont souvent considérés comme des machines, du coup les mamans ne sont pas bien informées ni bien aidées….

   0 likes

Merci d’avoir mis en forme exactement ce que je pensais…
Quand on est sûr de ses choix pourquoi culpabiliser ? et ça va dans les 2 sens : allaitement au sein ou allaitement au bib.

   0 likes

Je trouve que les 2 sont très bien !!

Certaines souhaitent ne pas allaiter parce qu’elles fument, ou autres addiction. Et c’est respectable !!

Moi j’ai allaiter 2 mois, mais avec des compléments au Biberon car je n’avais pas assez de lait :-( . J’aurais voulu allaiter totallement mais pas possible.

Je pense que mon rythme de vie y est pour quelque chose. Je suis toujours en déplacement (j’ai la bougeote mdr) et je loupe pas mal de repas. Si on se nourrit mal, le lait ne se renouvelle pas… Donc pour moi le Biberon était mieux adapté à mon rythme de vie.

Les 2 choix peuvent se compléter et sont tout les 2 aussi respectable l’un que l’autre !

   0 likes

Nat je reprend ta phrase qui est tou à fait juste, mais juste parce que depuis la naissance de ma fille (28.02.2011) certaines personnes se permettent de me juger sur tout ce que je fait avec ma fille (par jalousie je pense, car elles veulent un bébé). J’y enlève le mot « NOURRIR » et je le remplace par le mot « ELEVER » :

« La seule chose qui devrait être appliquée par tous à mon sens, c’est PERSONNE N’A LE DROIT DE JUGER DU BIEN-FONDE DES CHOIX QUE FONT LES PARENTS POUR ELEVER LEURS ENFANTS!!!!! »

   0 likes

La mite orange a fait un article très intéressant qui reflète bien ce que je pense : http://www.lamiteorange.com/2011/06/pro-allaitement-pro-vie-meme-combat/
Je crois sincèrement que les mamans font toujours tout ce qu’elles peuvent pour le bien être de leurs enfants. Et que l’allaitement n’a rien à voir avec le fait d’être une « bonne » mère ou non.
De plus, l’échec de l’allaitement peut être très mal vécu, et les commentaires de certaines pro allaitement très blessants.
Et même si ça ne fait pas vasciller les convictions profondes de chacun, ça peut faire mal.

   0 likes

La question dans cet article, n’est pas de savoir qui a raison de qui a tort. Ce n’est pas ici un débat sur l’allaitement ou sur le biberon.
C’est une histoire de croire en ses convictions, justes ou erronées soient-elles.
Je défends l’allaitement, je ne renie pas pour autant mes amies qui n’allaitent pas … Seulement j’en ai marre qu’on me dise qu’il y en a marre des propos culpabilisants des pro allaitement. Je suis désolé, mais on ne fait qu’énoncer la vérité, l’allaitement maternel est le meilleur pour l’enfant. On ne va pas dire des mensonges pour que vous déculpabilisiez.

   1 likes

Non mais là je pense que ce qui se joue ce n’est pas l’histoire de savoir ce qui est meilleur, on sait toutes que dans l’absolu le lait maternel est ce qu’il y a de meilleur!!! Je pense que l’enjeu de tout ça c’est la façon juger qu’on certaines personnes, parfois même dans nos proches… Il y a une différence entre 2 personnes qui discutent en disant comment elles sentent les choses et en respectant leurs choix mutuels etc, et une personne qui juge l’autre avec des phrases genre « tu devrais faire comme ça » ou « moi à ta place » ou même « c’est pas comme ça qu’il faut faire »….Il n’est en aucun cas question de mentir pour faire plaisir à qui que ce soit, comme je le disais, on SAIT que le lait maternel est meilleur! C’est un fait, pas une supposition…. Mais il est clair que les jugements peuvent faire mal (ne me dites pas que vous n’êtes pas un peu blessés quand on vous fait comprendre que le choix d’allaiter au sein est mal vu ou autre, ça ne change pas votre conviction, ni votre choix, mais ça fait toujours un pincement au coeur, rien que parce que ça touche à nos enfants, ce n’est pas le choix d’un papier peint!^^)…

On ne se sent pas forcément coupable pour autant, mais ça peut faire mal (et je ne parle même pas du moment de la descente d’hormones, et du baby-blues!)… Tout le monde n’a pas la même capacité à encaisser les « remarques », c’est pour ça que je trouve qu’on ne devrait pas juger les choix des autres….

   0 likes

Je précise que quand il s’agit d’un article de blog, de journal ou autre qui traite du choix différent du nôtre, rien ne nous oblige à lire jusqu’au bout, ni à commenter…. On fait ce qu’on pense être bien pour nos loupiots, point. Ce que je « critique », c’est le jugement direct jeté en pleine face!

   0 likes

Le jugement n’a pas cours ici :)

   1 likes

Vi vi je sais bien, je voulais juste préciser mon discours ;) (s’il y avait du jugement vilain pas bô ici au lieu d’un débat respectueux etc, je serais pas reviendue!!!!^^)

   0 likes

très bien écrit !

j’espère que tu as changé de doc depuis ! moi ça va j’en ai un bon par contre je ne connaissais pas cette courbe :)

   0 likes

Ce texte reflète exactement ce que je pense de cette soi disant culpabilisation des mères qui n’allaitent pas.
C’est pour cela que je ne me suis jamais gênée de dire ce que je pensais du lait artificiel, ou du lait de vache en général. Je me suis fait incendiée plusieurs fois car j’étais la méchante qui faisait passer toutes les « biberonnantes » pour de mauvaises mères blablabla… Bref le discours habituel. Mais mon avis est que si elles se sentent blessées, c’est qu’elles n’assument pas leurs choix. Et si elles n’assument pas… ça n’est pas mon problème mais le leurs !

   0 likes

Ecrire un commentaire


1 + = 4