4 allaitements foutus en 1 mois !

0

Publié par Zhom | Classé dans Non classé | Publié le 01-10-2013

La micromorveuse a eu 1 mois il y a 2 jours … Et ouais déjà.

Pendant ce mois écoulé, on a rencontré 4 professionnels de santé qui auraient flingué notre allaitement si on avait pas eu les connaissances et les bonnes personnes à consulter (Les Seintes par exemple).

Ça aurait pu être dès le premier jour avec l’aide-soignante de l’Hôpital qui harcelait la Madeleine pour connaître l’heure et la durée de chaque tétée efficace, préconisant des tétées régulières tant dans la durée que dans la fréquence.
Il y a déjà de quoi vous décourager les mères un peu feignantes comme ma femme, si elles devaient chronométrer et noter chaque tétée (à raison d’une quinzaine par jour de durées variables), de plus les tétées régulières doivent laisser la place à l’allaitement à la demande selon les recommandations de l’OMS et de l’HAS (qui est française et ne fait pas de recommandations aux pays sous-développés entendons-nous bien sur ce point).
L’interruption des tétées (régularité de la durée des tétées rappelez-vous) étant fortement déconseillée, favorisant l’engorgement et donc les douleurs mammaires pouvant favoriser l’arrêt de l’allaitement.

Puis on a rencontré le Médecin Généraliste de notre village (qui détient la palme d’or puisqu’il a dit des conneries à chaque visite).
Il a fait un petit laïus à la Madeleine à sa première visite pour lui apprendre à allaiter (c’est vrai que comme c’est son 3ème enfant allaité, elle ne sait peut-être pas trop comment on fait) où il lui a expliqué qu’il allait falloir introduire le biberon au plus tôt pour l’habituer (à quoi, bonne question) pour pouvoir y introduire les légumes à partir de 4 mois (ah, bah voilà pourquoi).
Comme elle n’avait pas encore repris son poids de naissance (ce qui n’est pas alarmant en soi à J+6), il nous a conseillé d’aller à la PMI une semaine plus tard pour la repeser (il avait du flairer les patients chiants pour se priver d’une nouvelle consult à 28€ …)

Une semaine plus tard donc, nous sommes allés à la PMI, la micromorveuse avait commencé à reprendre du poids mais était encore en dessous de son poids de naissance (ce qui n’est pas alarmant en soi à J+13 sachant que tout les signes d’un bon allaitement étaient là : (nombre de selles, déglutition, fréquence des tétées, bébé repus et serein en fin de tétée, nombres de couches mouillées….)), elle nous a alors expliqué que la Madeleine allait devoir tirer son lait entre les tétées pour donner le biberon à la micromorveuse après ses tétées. Sachant que la micromorveuse était repue après chaque tétée, je ne vois pas trop l’intérêt, si ce n’est amener une confusion sein/tétine qui aurait eu raison à terme de cet allaitement.

Puis nous avons vu la puéricultrice de la PMI (pour l’infection du cordon de la micromorveuse) qui nous a conseillé d’arrêter les tétées au bout de 20 minutes pour limiter ses grosses régurgitations du matin et du soir (je ne vous rappelle pas les méfaits de l’interruption de la tétée, je pense que vous vous en rappelez).

Pour finir, hier, la Madeleine est allée voir le médecin pour des douleurs dans le sein, fièvre, état grippal. Le Médecin diagnostique une mastite, on est d’accord, ça colle avec les symptômes.
Et là, il nous recommande l’arrêt immédiat de l’allaitement, car le risque est trop grand pour la micromorveuse. Nan mais c’est quoi ce médecin ?
En cas de mastite les recommandations de la HAS sont les suivantes:
- La recherche des facteurs favorisants, l'observation d'une tétée et l'évaluation de la
pratique de l'allaitement ;
l'écoulement efficace du lait maternel par la poursuite de l'allaitement en optimisant le drainage du sein (tétées sans restriction de durée et de fréquence) et l’extraction du lait, surtout du côté atteint; il n’y a aucun risque pour un nourrisson sain. Si la tétée est trop douloureuse, l’expression du lait (manuelle ou avec un tire-lait) est indispensable.
Suspendre l’allaitement expose au développement d’un abcès du sein.

Donc voilà 5 consultations, 4 professionnels de santé, 4 facteurs négatifs pour l’allaitement.

Quand tout va bien, ça coule de source, mais quand on a des doutes, on se tourne vers les personnes qu’on pense les plus à même de nous aider: Personnel hospitalier, PMI, Médecin traitant … Quelle erreur …

Le mois est passé, j’ai rencontré 4 professionnels de santé à qui je vais envoyer les Recommandations de la Haute Autorité de Santé sur la mise en oeuvre et la poursuite de l’allaitement. 4 professionnels qui flinguent probablement chaque allaitement qu’ils croisent, qui désorientent probablement chaque mère qui les interroge et ça dans un périmètre de 20km.
Y a du boulot !

Pendant ce mois, je me suis rendu compte que la Leche League, les Seintes et le groupe FB des Mamans Maternantes de Seine-Maritime étaient de meilleur conseil en matière de Santé que les professionnels du domaine que j’ai rencontré sur cette période et les remercie pour leur écoute et leurs conseils.

PS: Ne parlons même pas du Morveux, qui à chacune de ces consultations, devait être impérativement sevré.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !. ♡CopyHeart 2011 par Zhom. La Copie est un acte d'amour. Copiez et partagez autant que nécessaire.
Share

Ecrire un commentaire


4 + 3 =