Jeune, papa et paternant, mode d’emploi (Chapitre II)

10

Publié par Zhom | Classé dans Papaseries | Publié le 16-04-2012

Ce soir, c’est papaseries !

Où en étions-nous restés la dernière fois ?
Vous ne vous rappelez plus ? Oh bah je suis déçu, je n’écris plus … Na !

Bon OK … On en était resté à la naissance, juste après avoir récupéré le petit nouveau de la famille.

Oh, mais j’y pense, que fait le papa pendant l’accouchement ?

Et bien, il aide la future maman. Ça peut sembler irréel vu comme ça, mais c’est possible.
On a beaucoup l’image du papa paniqué qui s’évanouit à l’accouchement.
Personnellement, après avoir vécu un accouchement où je suis arrivé les mains dans les poches à la maternité (j’ai d’ailleurs dû les en sortir car il n’y a pas de trou aux emplacements des poches sur les surblouses) et un accouchement où j’étais préparé, ce n’est pas comparable.

Au premier, j’ai regardé les sages-femmes accoucher ma femme. Au deuxième, j’ai aidé ma femme à accoucher. Un papa préparé et présent est un héros pour sa femme. Même si cette dernière vous a traité d’incapable pendant l’accouchement, elle le regrettera quelques minutes plus tard, quand la souffrance aura laissé la place au bonheur.

Ça fait quoi un papa pendant un accouchement ?

À l’hôpital, pas grand-chose, on sait lui rappeler que les professionels de santé sont les uniques spécialistes de l’accouchement, surtout l’obstétricien, qui lui, sait mieux que n’importe qui …
Ils savent mieux que vous jauger la souffrance de votre femme, ils savent mieux qu’elle si le bébé va sortir. Pour résumer, « laissez Monsieur, on s’en charge, asseyez-vous là, prenez un numéro d’Auto Plus, on vous appellera pour le cordon OK ? »

Pour pallier à celà, j’invite les futurs papa à aller aux cours de préparation à l’accouchement. Même si ça semble barbant d’entre parler de déchirement, on y apprend beaucoup de choses. Beaucoup de choses, qu’on peut rappeler à sa femme le jour J, parce qu’elle aura autre chose à faire que d’essayer de se rappeler ce qu’on lui a dit …

Je me rappellerai toujours d’une scène à l’accouchement du morveux:
« - Je vais jamais y arriver.
- Mais si chérie, rappelle-toi ce que la sage-femme t’a dit, comme ça et hop ça va mieux.
- Ah oui c’est vrai. »

Là, rien qu’avec une phrase que vous avez bêtement retenu à un cours de prépa, vous lui avez épargné 30 minutes de douleur supplémentaire et vous êtes devenu le héros de son accouchement. De votre accouchement.

Le papa est aussi là, si vous accouchez en structure hospitalière et que vous avez ébauché un projet de naissance auparavant, pour rappeler au personnel soignant vos souhaits pour cet accouchement ou pour coller une droite à l’obstétricien qui traite votre femme comme un chien (à ne faire que quand le bébé est sorti, sinon les chances que vous le voyiez sortir sont compromises).

Pour conclure, la place du papa à l’accouchement est indispensable et elle ne se limite pas à la coupe du cordon, malheureusement, à l’heure actuelle personne ne lui la donne d’office, il faut batailler pour se la faire. N’hésitez pas, battez-vous pour votre paternité, n’en faites pas un devoir, faites-en un droit. Et ce n’est pas votre femme qui vous contredira.

Une fois l’accouchement passé, on est donc là, avec le p’tit jambonneau dans les bras, il est temps pour vous de …. Oh, vous avez vu l’heure ? On continuera plus tard ;)

Rendez-vous sur Hellocoton !. ♡CopyHeart 2011 par Zhom. La Copie est un acte d'amour. Copiez et partagez autant que nécessaire.
Share

Commentaire(s) (10)

j’adore !

Pour mon fils, c’était long et mon mari s’était endormi, quand ce fût le moment M, je l’ai réveillé et la sage a dit « mais non laissez le dormir  » …
Pour ma fille, j’étais énervée qu’on ne m’ait pas écouté quand je disais que siiiiiii j’allais accouchée et je n’arrivais pas à contrôler ma douleur. J’ai tendu la main vers mon mari, il s’est approché pour l’attraper et la sage femme s’est mise devant lui et m’a prise la main, elle m’a fait la causette mais j’ai retiré ma main et retendu vers mon mari qui a pu enfin avoir de la place pour me soutenir et puis je ne voulais que lui, normal

vivement le troisième tiens !

   1 likes

Excellent !
Pour mon accouchement qui s’est passé à l’hôpital, j’ai vraiment été ravie que l’on m’ai laissé seule pendant les 11 heures de travail avec mon chéri , elles ne venaient que si on les appelait et après quelques heures pour vérifier que le travaille avançait bien :-)
Mon chéri a complètement assuré, il a été d’un calme très apaisant pendant chaque contractions, m’a complimenté jusqu’au bout pour que je garde confiance, il a joué les intermédiaire avec ma maman pour la tenir au courant de l’avancé du travail pusiqu’on en voulait pas prendre de portable avec nous, il a été super et j’ai très bien vécu mon travail grâce à lui en partie, sans lui je pense que tout aurait été différent, alors je pense aussi que la place du père a une très grande importance le jour j !

   0 likes

Coucou !
J’aime beaucoup ton billet mais le petit truc qui me gène ce que tu généralises .
Il y a des maternités et des accouchements hospitaliers où ça ne se passe pas du tout comme tu le décris. Pour moi en tout cas ça ne s’est pas passé comme ça. Le papa était présent et avait sa place, j’étais pas envahi par le personnel soignant, on était juste lui et moi, on discutait, on rigolait ( oui oui ) pendant que le travail se faisait et ( pour Lolo ) quand la demoiselle a présenté le petit bout de son nez c’est papa qui tenait sa petite tête. La sage femme venait juste de temps en temps vérifier que tout allait bien.
Puis bon les obstétriciens sans savoir mieux que la femme ce qu’elle endure, ben il connait son job quand même.

C’est dommage que tu généralises et diabolises un peu de la sorte ( même si je sais que ton point de vue est basé sur ton vécu entre le premier accouchement en maternité et le second à domicile.)

Voilou ! Bisous chez vous ;)

   2 likes

j’ai la chance d’avoir a proximitée de chez moi une petite maternité qui favorise l’accouchement naturel. je n’ai vue pendant mes 12h de travail que 2 SF (chagement d’équipe)qui on montré a mon mari comment me masser, nous rappeler comment respirer (monsieur oubliais parfois lol), nous on proposer soit moi soit mon mari de sortir bb… la fin ne sais pas passé très bien.
bref hormi l’environnement qui reste hospitalier le personnel a été au petit soin, j’aimerais temps qu’on humanise les maternités pour ne plus avoir l’impression d’être malade.

   0 likes

Pareil on a eu de la chance d’avoir une maternité ou la place du papa etait vraiment respectée…..quand on en reparle maintenant, il me dit qu’il etait agréablement surpris de ne voir qu’une seule personne avec nous dans la salle d’accouchement ( la sage femme) et une puer de temps en temps…..
Il m’a beaucoup aidé, il m’a parlé, et on lui a meme demandé « Monsieur vous voulez la prendre quand elle va sortir? »
Bon il à pas voulu lol il avais peur de tomber dans les pommes et de la laisser tombver ahahah faut dire que presque 20h sans manger hihihi il a preferé assurer le coup :) mais on lui a proposé!
C’est lui qui portait la déesse quand elle est partie se faire peser et habiller….et lui qui me l’a ramenée…..c’etait magnifique de les voir ensemble franchir la porte…..
comme quoi, le plus important c’est surtout je pense de bien bien bien choisir sa maternité…..

   0 likes

Mon compagnon n’a pas séché un seul cours de préparation à la naissance ni de chant prénatal, résultat: c’est lui qui se rappelait comment respirer le moment venu, qui m’a rassuré tout au long du travail… Un papa impliqué, c’est que du bonheur, on passe de « mon » accouchement à « notre » accouchement.

   0 likes

Ah ca me rassure de voir que je ne suis pas la seule a dire « notre accouchement » :) quand on m’a demandé l’autre fois quel jour elle était née j’ai repondu « on a accouché le  »
ca fait rire tout le monde, au début j’avais même pas capté…..mais c’est tellement vrai :)

   0 likes

Pour mon fils ça c’est très mal passer, la sage femme me parlais comme un chien, me crier dessus, du coup j’ai péter un câble et j’ai fais de même, je lui ai parler comme un chien (chose que j’ai amèrement regretter au moment ou elle m’a recousue…)
Pour ma fille ça c’est très bien passer, pas le même hôpital, mon homme a pu me soutenir du début jusqu’à la fin, l’anesthésiste lui a juste demander de sortir le temps de poser la péridural et il est revenu aussitôt, il a pu être à coter de moi, me tenir la main, voir la tête sortir (bon ok il a pas trop regarder la tête sortir car il avait faim et été fatiguer donc il avait peur d’avoir un malaise) les sages femmes étaient super sympa, par contre il n’a pas eu la chance de pouvoir couper le cordon, on ne lui a pas demander! très déçu tout les deux. Au final je garde un très bon souvenir de mon 2eme accouchement et j’espère accoucher dans le même hôpital pour le prochain.

   0 likes

Ah le rôle du papa! Moi, j’ai maudit mon homme le jour (plus de 24h) où j’ai accouché pour la première fois: je souffrais… il somnolait.
En fait, nous n’étions, ni l’un ni l’autre prêts à vivre ça! Et il souffrait en silence de me voir si mal…
Mais pour le second accouchement, nous avions préparé un projet de naissance ensemble, visionné les DVD de prép à l’accouchement ensemble… nous étions prêts à le vivre ensemble, envers et contre le personnel médical. Et ça m’a rassurée! Sans parler des points de compression qu’il me faisait dans le bas du dos à chaque contraction: il a été mon sauveur. Et j’ai ainsi évité la péridurale qu’on m’avait presque imposé pour bb1… et qui m’avait valu une brèche et qq jours d’alitement forcé. Pas top du tout!
Alors oui, le papa a un vrai rôle à jouer lors de l’accouchement.

   0 likes

Mon mari à été très présent lors de mon accouchement : tous les deux sur le grand lit de la salle nature, il m’a massé le dos 4h de suite, puis quand les sages femmes m’ont portées contre mon grès sur le bord du lit pour que j’ accouche sur le dos les fesses sur leurs tabouret ( précisément comme je ne voulais surtout pas) il à pu se glisser sous moi pour me soutenir les épaules.
Notre prochain accouchement se fera je l’ espère à domicile (à priori impossible), ou en plateau technique (a 2h de chez nous… Donc on va devoir  » déménager » pour la fin de grossesse), ce qui nous permettra de vivre encore plus ensemble ces merveilleux moments !

   0 likes

Ecrire un commentaire


+ 3 = 9