J’ai testé pour vous.

0

Publié par Zhom | Classé dans Non classé | Publié le 18-10-2013

Le nouveau porte-bébé de chez Ergobaby, j’ai nommé:

L’Ergosleep !

 

 

 

20020270_1

Non pas ce slip là (je vous vois venir à m’imaginer exhibant mes formes généreuses)

Non, je vous parle ici d’un nouveau porte-bébé révolutionnaire.

En effet, face à la demande grandissante, Ergobaby a travaillé sur un nouveau porte-bébé, pour pouvoir permettre une cinquième position !
Pour les enfants qui aiment dormir en porte-bébé mais très demandeur d’une position naturelle, comme dormir sur le ventre, c’est dorénavant possible, et ce dès 6 mois avec le nouveau:

 

 

ERGOSLEEP

 

 

 

1392664_10202223916977994_841991363_n

Dès que vous sentez l’enfant demandeur d’une bonne sieste sur le ventre, n’hésitez plus, posez le en position 5.
Malgré la position ergonomique qui respecte la physiologie naturelle de la sieste des enfants, il est conseillé d’être prudent au moment de passer les portes.
L’enfant orienté face au sol, n’est plus distrait par les événements passionnants et non agressifs du portage face à la route et s’endort ainsi plus rapidement en comptant les crottes de chien.

Plus de détails ici (Je vous recommande la lecture de la réponse de Ergobaby France)

Les enfants utilisés dans ce test étaient volontaires et n’ont pas souffert.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Pourquoi aller chez le gynécologue ?

0

Publié par Zhom | Classé dans Non classé | Publié le 15-10-2013

Combien de fois j’ai pu entendre « Rah fait chier, faut que j’aille chez le gynéco faire un frottis/check-up trimestriel/me faire prescrire ma pilule … ».
Quand j’étais jeune et encore loin d’être père, je voyais ça comme un acte anodin et classique incontournable pour toutes les jeunes filles/femmes une fois passé l’âge de la puberté.

Avec la grossesse de la Morveuse, j’ai découvert la Sage-Femme. J’y ai découvert un professionnel de santé spécialiste de la femme et de ce qui la différencie de l’homme, son sexe.

Je me suis alors posé la question « Pourquoi faire doublon avec le gynécologue ? »

Et bien en fait ça fait pas du tout doublon, puisqu’en théorie, on ne devrait aller chez le gynécologue que lorsqu’il y a une pathologie.
En effet, la Sage-Femme est une spécialiste de la physiologie féminine. Elle est donc parfaitement compétente pour faire le suivi gynécologique régulier de la femme, suivre sa grossesse, l’assister dans son accouchement, lui prescrire une contraception, un traitement médicamenteux pour une pathologie légère (mycoses …) ou dans le cadre de la grossesse (IPP, antiémétiques, infection urinaire …), prescrire et mettre en place une contraception médicamenteuse et/ou mécanique, faire des frottis, orienter vers un gynécologue lorsque cela est nécessaire, faire un suivi post-natal, sexologue et bien d’autres choses.

Tout comme le médecin généraliste d’ailleurs.

Pourquoi je vous en parle ? Et bien parce qu’après avoir posé la question sur la page FB du blog, je me rends compte que bien des personnes connaissent mal ou pas du tout les compétences de ces femmes (ou hommes qui représentent 2% du métier) et voient en le gynécologue le seul professionnel capable de suivre des femmes sans pathologies réelles sur le plan gynécologique, alors que son réel métier est de prendre en charge les femmes « pathologiques ».

Je vous en parle aussi parce qu’aujourd’hui, alors que le déficit de la Sécurité Sociale crève les plafonds et que nous réduisons les remboursements, et les indemnités journalières, on continue à laisser des femmes sans pathologies consulter des gynécologues à 28 € la consultation en accès direct, alors que les Sage-Femmes, qui sont parfaitement aptes à faire ces consultations facturent 23€ la consultation.
Soit une économie de 5€ par consultation.
Si on compte une consultation de suivi régulier tous les 3 mois, par an, ça fait 20 € par femme, soit 14€ remboursés par la sécurité Sociale, soit pour les 28 millions de femmes post-pubères (source Insee) 392 millions d’€uros d’économie, rien qu’en suivi régulier, ajoutons-y les visites ponctuelles, les suivis de grossesses et nous obtenons là, un chiffre assez énorme.

Bref, le métier de Sage-Femme est très sous-estimé alors que ses compétences et ses connaissance en physiologie de la femme sont supérieures à celles du gynécologue, qui lui est, rappelons-le, pathologiste et non physiologiste.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

La ligue des enfants extraordinaires

0

Publié par Zhom | Classé dans Non classé | Publié le 11-10-2013

Bon, toujours au chômage pour le moment, c’est embêtant, mais ça permet aussi de se replonger un peu dans la vie de famille avant de reprendre la vie désagréable active.

Du coup, je redécouvre un peu mes enfants et leur complicité grandissante.
Avec leurs jeux inspirés de la vie de tous les jours (ou pas).

Pas plus tard qu’hier, ils jouaient à la maman et au bébé. Dans un scénario écrit par la morveuse sur une durée d’environ 50 secondes répété à l’infini en alternant les rôles, je vous présente: « Bébé couche toi là ».
Avec dans le rôle de la maman, la Morveuse et dans celui du bébé, le Morveux. Ou bien l’inverse selon la boucle du temps dans laquelle nous nous trouvons.

Mais le scénario ressemble à peu près à ça:
Maman amène Bébé jusqu’au tapis d’éveil gonflable, le couche dans le coussin des Babilleuses, lui donne un doudou, une suce, une couverture, lui passe la main dans l’anneau-hochet du tapis d’éveil (est-ce pour l’attacher, ou est-ce une espèce d’AngelCare qui prend le rythme cardiaque du bébé, je ne sais pas encore, j’ai pourtant assisté à la scène une trentaine de fois, il n’y a pas de précision sur ce sujet.)
« Allez, tu fais dodo ! »
Le bébé ronfle, Maman part dans le couloir, le bébé pleure, maman vient le voir lui fait un câlin, le lève, ils inversent les rôles et recommencent.

Je ne sais pas si nos enfants imaginent la vie d’un bébé comme une éternelle répétition de dodos. Mais en tout cas, le spectacle est bien rodé, il n’y a jamais un seul écart dans le scénario.

Vous trouverez également, par le même scénariste:
« Le Morveux, la Morveuse et le Lapin méchant »
« La soupe aux herbes »
« Pinpon, voilà les morveux »
« T’as préparé mon cartable ? »
« Allez on s’habille » (si seulement elle pouvait le faire en vrai celui-là …)
« La pêche aux Escargots »

Que de scénarios farfelus dont je pourrais vous parler des heures durant, mais les Services Sociaux risqueraient de faire interner mes enfants et de me faire emprisonner pour les avoir décérébrés.

Mais moi j’les aime bien mes morveux dans leur vision très particulière de la vie. Je pourrais les regarder jouer comme ça pendant des heures entières, ils m’éclatent. Et puis j’adore quand ils veulent me faire jouer avec eux et que je leur pose plein de questions comme eux dans la vraie vie. Ben ça les fait chier, alors ils me sortent de leur jeu pour continuer peinards leur routine.

Ça va me manquer avec le retour du boulot tout ça.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Le jour où on m’a accouchée

0

Publié par Zhom | Classé dans Non classé | Publié le 03-10-2013

Je laisse le clavier pour cet article à ma chère et tendre Madeleine:

Aujourd’hui j’ai besoin d’écrire. De raconter ce moment de la rencontre avec Esaïe.

Comme beaucoup savent, nous avons préparé cette grossesse avec notre super sage femme en vue d’un accouchement à domicile.
Mais nous déménagions au moment du terme dans une région sans sage femme pratiquant les AAD. On espérait secrètement qu’elle vienne plus tôt juste une semaine ça nous aurait arrangé mais la demoiselle a été réglo et a voulu faire ses 9 mois complets.

La veille les contractions se faisait moins discrètes, on a donc décidé d’aller se promener au bord de l’Orne avec les 2 grands. Il était relativement tard et on a profité de la douceur de la soirée pour donner à manger aux canards. On a passé un super moment. On est rentré, les petits se sont couché et moi je n’ai pas tardé non plus. Vers 2h du matin Elijah nous a rejoints dans le lit comme depuis quelques nuits. Il est collé à moi ce n’est pas pratique pour dormir. Vers 4h du matin ce n’est pas Elijah qui me réveille mais de jolies petites contractions, je le sais, le travail a débuté. Elles sont toutes douces je les accueille comme une véritable libération. Je suis heureuse je reste dans ma bulle comme ça pendant environ 2h.

Vers 6h30 je me lève car elles commencent à être un peu dures à accueillir avec mon homme et mon fils dans le lit. Je décide de me prendre un bain car elles sont vraiment très bien marquée et toutes les 10 minutes environ. Mon bain est agréable. Brice vient me voir en me disant «  Je viens de réaliser ce que tu m’as dit, le travail a commencé, j’avais pas percuté, dès que j’ai compris je me suis levé ». Il m’aide à sortir de mon bain, j’enfile mon peignoir et on descend prendre notre petit dèj (qu’il va chercher à la boulangerie en face) L’église sonne , il est 7h. J’ai besoin d’un peu d’animation dans cette maison calme, je me mets la télé sur les clips. Il est 7h30 et je suis par terre à « danser » à chaque contractions qui commencent à piquer quand même. Brice appelle mes parents qui se mettent en route (ils ont 2h de route et en plus on les sort du lit les pauvres…). Les enfants sont dans le salon avec moi, je dis donc à Brice que si on va à la mater c’est maintenant car je ne pourrais plus bouger après car elles deviennent très raides et toutes les 6 minutes environ.

On embarque les 2 monstres dans la voiture, je monte difficilement. La route se passe relativement bien, les enfants ont compris pourquoi je chantonnais de temps en temps et surtout ils ont compris que c’était normal. On met 25 minutes pour aller à la mater (raison pour lesquelles nous avons choisi de nous y rendre plutôt que d’accoucher à la maison sans assistance).

Arrivée là-bas, j’attends bien 10 minutes que les sages femmes viennent me répondre. Brice reste avec les enfants en attendant Caro (qui prend le relais entre Brice et mes parents). Je patiente seule dans une salle il est 8h30. J’attends environ 15 minutes qui m’ont parues une éternité car les contractions deviennent anarchiques et vraiment intenables. La sage femme arrive, Brice avec elle.

Elle me parle de notre projet de naissance qu’elle ne pourrait pas le respecter en entier et d’autres trucs inutiles comme le fait qu’elle a besoin de la 3ème écho du bébé, celle que je n’ai pas faite…

Je souffre, je lance un regard à Brice qui comprend tout de suite qu’il doit prendre le relais avec la sage femme. Trop tard elle m’a stressé, je perds pied, à 2 ils mettent quelques minutes à me faire revenir à la raison car j’étais persuadée que c’était foutu je n’arriverais jamais à accoucher. La sage femme m’ausculte, je suis à 6. Et là je déprime. Je croyais que c’était « les salopes » comme les avaient si bien appelée Isa (les 30 dernières minutes de contractions qui font perdre espoir).

Elle m’envoie en salle de naissance en me disant que la salle nature est déjà prise, désolé, vous ne voulez pas de péri hein ?. Elle veut bien faire mais là j’ai juste besoin de calme et de mon mari. J’arrive à la salle de naissance bien difficilement au bras de Brice. Devant la porte j’ai une très grosse contraction qui me fait stopper net et l’auxiliaire de puériculture qui me presse pour pouvoir me mettre le monito. Elle insiste plusieurs fois. Brice l’envoie bouler gentiment (ça commence).

J’arrive sur le lit (table plutôt oui…) Je pose une fesse et une jambe, une grosse contraction et je crie ça pousse là ! « mais non madame vous n’ëtes qu’a 6 ! Installez vous bien pour que je vous mette le monito » Je répète « Je pousse », et là, la tête d’Esaie commence à sortir et perce la poche des eaux qui explose sur les sabots de l’auxiliaire…

La sage femme arrive en courant, ainsi que 2 autres personnes que je n’ai jamais vu. La sage femme crie sur l’aide soignante car elle n’a pas de gants sans latex. On me dit (je ne sais pas qui est cette personne, ni quel est son métier) «Je vous fais le synto nous sommes obligé c’est dans le protocole ».

Je lui crie « Non », elle m’attrape le bras (je rappelle que j’avais la tête d’Esaie qui était quasi sortie). Brice le lui répète et lui interdit de me toucher. Trop de stress, je reperds pied et me met à hurler mais vraiment hurler ! Brice me calme comme il peut, la petite sort en 2 poussées, on me la pose sur le ventre, je la regarde vite fait, regarde mon bras toujours tenu par cette personne, mon bras avait donc un joli pansement après une IVD de syntho.

Je remballe ma colère et câline ma fille, tout en parlant avec la sage femme. Je me délivre sans problème. Elle me recoud et nous laisse seuls, enfin. On profite d’un moment à 3, pendant 2h.

On peut se dire oh le bel accouchement, super ça a été rapide, la chance… Moi ce n’est que de la rancœur que je ressens. On m’a volé Mon instant, on m’a volé ce que j’attendais depuis 9 mois, on m’a volé mon premier regard avec ma fille, on m’a volé ce premier instant.

J’ai du mal à le digérer mais avec le temps je finirai par oublier. J’ai l’impression de ne pas avoir été respectée, que j’étais juste un numéro. Ça peut peut-être en choquer certains que je me sente mal « pour si peu », c’est pour ça que je n’ai pas parlé de mon ressenti, parce que je me disais on a eu de la chance quand même ça aurait pu être pire.

Mais est ce que je dois me réjouir car ça aurait pu être pire ? J’estime que dans ce moment là, si spécial, ça aurait pu mieux se passer, car rien n’obligeait médicalement tout ce stress et ces actes.

Donc oui, je n’ai plus honte de dire que oui je pleure quand je repense à ce jour là car il aurait pu être comme je le voulais, car on m’a volé mon moment magique, notre moment magique.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

4 allaitements foutus en 1 mois !

0

Publié par Zhom | Classé dans Non classé | Publié le 01-10-2013

La micromorveuse a eu 1 mois il y a 2 jours … Et ouais déjà.

Pendant ce mois écoulé, on a rencontré 4 professionnels de santé qui auraient flingué notre allaitement si on avait pas eu les connaissances et les bonnes personnes à consulter (Les Seintes par exemple).

Ça aurait pu être dès le premier jour avec l’aide-soignante de l’Hôpital qui harcelait la Madeleine pour connaître l’heure et la durée de chaque tétée efficace, préconisant des tétées régulières tant dans la durée que dans la fréquence.
Il y a déjà de quoi vous décourager les mères un peu feignantes comme ma femme, si elles devaient chronométrer et noter chaque tétée (à raison d’une quinzaine par jour de durées variables), de plus les tétées régulières doivent laisser la place à l’allaitement à la demande selon les recommandations de l’OMS et de l’HAS (qui est française et ne fait pas de recommandations aux pays sous-développés entendons-nous bien sur ce point).
L’interruption des tétées (régularité de la durée des tétées rappelez-vous) étant fortement déconseillée, favorisant l’engorgement et donc les douleurs mammaires pouvant favoriser l’arrêt de l’allaitement.

Puis on a rencontré le Médecin Généraliste de notre village (qui détient la palme d’or puisqu’il a dit des conneries à chaque visite).
Il a fait un petit laïus à la Madeleine à sa première visite pour lui apprendre à allaiter (c’est vrai que comme c’est son 3ème enfant allaité, elle ne sait peut-être pas trop comment on fait) où il lui a expliqué qu’il allait falloir introduire le biberon au plus tôt pour l’habituer (à quoi, bonne question) pour pouvoir y introduire les légumes à partir de 4 mois (ah, bah voilà pourquoi).
Comme elle n’avait pas encore repris son poids de naissance (ce qui n’est pas alarmant en soi à J+6), il nous a conseillé d’aller à la PMI une semaine plus tard pour la repeser (il avait du flairer les patients chiants pour se priver d’une nouvelle consult à 28€ …)

Une semaine plus tard donc, nous sommes allés à la PMI, la micromorveuse avait commencé à reprendre du poids mais était encore en dessous de son poids de naissance (ce qui n’est pas alarmant en soi à J+13 sachant que tout les signes d’un bon allaitement étaient là : (nombre de selles, déglutition, fréquence des tétées, bébé repus et serein en fin de tétée, nombres de couches mouillées….)), elle nous a alors expliqué que la Madeleine allait devoir tirer son lait entre les tétées pour donner le biberon à la micromorveuse après ses tétées. Sachant que la micromorveuse était repue après chaque tétée, je ne vois pas trop l’intérêt, si ce n’est amener une confusion sein/tétine qui aurait eu raison à terme de cet allaitement.

Puis nous avons vu la puéricultrice de la PMI (pour l’infection du cordon de la micromorveuse) qui nous a conseillé d’arrêter les tétées au bout de 20 minutes pour limiter ses grosses régurgitations du matin et du soir (je ne vous rappelle pas les méfaits de l’interruption de la tétée, je pense que vous vous en rappelez).

Pour finir, hier, la Madeleine est allée voir le médecin pour des douleurs dans le sein, fièvre, état grippal. Le Médecin diagnostique une mastite, on est d’accord, ça colle avec les symptômes.
Et là, il nous recommande l’arrêt immédiat de l’allaitement, car le risque est trop grand pour la micromorveuse. Nan mais c’est quoi ce médecin ?
En cas de mastite les recommandations de la HAS sont les suivantes:
- La recherche des facteurs favorisants, l'observation d'une tétée et l'évaluation de la
pratique de l'allaitement ;
l'écoulement efficace du lait maternel par la poursuite de l'allaitement en optimisant le drainage du sein (tétées sans restriction de durée et de fréquence) et l’extraction du lait, surtout du côté atteint; il n’y a aucun risque pour un nourrisson sain. Si la tétée est trop douloureuse, l’expression du lait (manuelle ou avec un tire-lait) est indispensable.
Suspendre l’allaitement expose au développement d’un abcès du sein.

Donc voilà 5 consultations, 4 professionnels de santé, 4 facteurs négatifs pour l’allaitement.

Quand tout va bien, ça coule de source, mais quand on a des doutes, on se tourne vers les personnes qu’on pense les plus à même de nous aider: Personnel hospitalier, PMI, Médecin traitant … Quelle erreur …

Le mois est passé, j’ai rencontré 4 professionnels de santé à qui je vais envoyer les Recommandations de la Haute Autorité de Santé sur la mise en oeuvre et la poursuite de l’allaitement. 4 professionnels qui flinguent probablement chaque allaitement qu’ils croisent, qui désorientent probablement chaque mère qui les interroge et ça dans un périmètre de 20km.
Y a du boulot !

Pendant ce mois, je me suis rendu compte que la Leche League, les Seintes et le groupe FB des Mamans Maternantes de Seine-Maritime étaient de meilleur conseil en matière de Santé que les professionnels du domaine que j’ai rencontré sur cette période et les remercie pour leur écoute et leurs conseils.

PS: Ne parlons même pas du Morveux, qui à chacune de ces consultations, devait être impérativement sevré.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share