Discussion au travail.

9

Publié par Zhom | Classé dans Gniiiiiiiii, L'allaitement c'est cool | Publié le 27-07-2012

Aujourd’hui, une cliente est venue à la pharmacie, nous la nommerons Josette. C’est une collègue, maman, qui l’a servie, nous la nommerons Pénélope.
Et moi, on me nommera Zhom … Comme d’hab quoi.

J: « - Bonjour, Je suis venue la semaine dernière louer un tire-lait. Je voudrai changer car il est très désagréable à utiliser, (NDLR: c’est une trayeuse un tire-lait Kittett Fisio) on ne peut pas régler le rythme des aspirations.
Je préférerai louer un tire-lait électrique Medela si c’est possible ?
P: – D’accord, je vais voir avec notre prestataire pour voir si ils ont ça à louer.  »

P passe son coup de fil, le fournisseur loue des tire-lait Medela, pas de problème, on le recevra le lendemain. P explique à J. J repart, P passe derrière pour nous briefer sur l’arrivée d’un tire-lait en location le lendemain bla bla bla.
Une fois, les détails techniques expliqués, s’en vient la discussion plus personnelle.

P: « - Tout ça parce qu’elle veut tirer son lait au travail, donc il lui faut un truc plus discret. J’me vois bien tirer mon lait au travail, paye ton affiche de vache à lait … »

En général, j’évite d’aborder les sujets sensibles au travail, mais là le coup de la vache à lait était en trop …

Z: « - C’est un peu exagéré le vache à lait non ?
P: – Bah attends elle reprend le travail, elle fait comme tout le monde, elle passe son gamin au lait infantile et voilà.
Z: – Si elle veut continuer à donner le meilleur d’elle à son enfant, et qu’elle arrive à concilier allaitement maternel et travail, je ne vois pas le problème …
P: – Elle ne les concilie pas puisqu’elle tire son lait au travail. C’est du temps pris sur son temps de travail …
Z: – Oui, probablement … Une heure par jour qui ne lui est pas payée.
P: – Comment tu sais ça ?
Z: – Ben ma femme a fait la vache à lait au travail pour la Morveuse.
P: – Mais pourquoi vous lui avez pas donné le biberon ?
Z: – Et bien parce qu’elle le refusait catégoriquement et parce que le Lait Maternel est meilleur pour l’enfant.
P: – Bah si elle prenait pas le biberon, pourquoi elle tirait son lait au travail ?
Z: – Parce qu’elle faisait des nuits de 12h et que 12h sans stimulation, elle mettait en danger sa lactation.
P: – Ah ben là, ça va, c’est une bonne raison de tirer son lait.
Z: – Et bien J en avait peut-être une bonne aussi, et pas uniquement l’envie de sécher une heure de boulot pour faire la vache à lait …
P: – Peut-être. »

Sur ce dernier mot, P est repartie vaquer à ses occupations. À réfléchir sur ses mots (ou pas, va savoir).
Je trouve ça tellement triste de juger les actes d’une personne sans en connaître la cause, pire, de le faire dans son dos.

Cette discussion m’aura permis d’apprendre une chose, j’ai une collègue super faux-cul. J’aurai préféré ne pas le savoir. Allez savoir ce qu’elle va me mettre devant mes futurs anciens collègues dans mon dos …

M’enfin après tout, j’m'en fous :)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Breast gossips …

20

Publié par Zhom | Classé dans L'allaitement c'est cool | Publié le 20-04-2012

Aujourd’hui, on est allé donner notre sang en famille ! Enfin juste la Madeleine et moi, les minis sont encore trop petits. Mais la morveuse a kiffé y aller parce qu’il y a un grand aquarium et pleins de gâteaux à manger !

Avant de partir, une amie de la Madeleine lui a dit: « Ah, ben moi, tu peux pas donner ton sang parce que t’allaite. »
Sur le coup on s’est posé la question et après on s’est dit que ça n’avait aucun rapport. On posera quand même la question au médecin de l’EFS.
Cette dernière a confirmé nos idées, il n’y a aucun rapport.

Cette croyance fait partie de toutes ces choses qu’on dit sur l’allaitement sans en avoir vérifié la véracité. Toutes ces choses qui nous gâchent la vie quand on allaite où qui nous gâchent l’allaitement quand on veut vivre.

Donc:

Non, l’allaitement n’empêche pas de donner son sang.
Non, le lait maternel ne tourne pas dans les seins, même quand il fait 40 °C. L’homme est une espèce endotherme, quelle que soit la température extérieure, on reste à 37 °C.
Pour la même raison, il n’y a pas besoin de se frictionner les seins pour chauffer le lait, même si on a les seins froids au toucher.
Non, quand on a un coup de stress, il n’y a pas besoin de tirer son lait pour le jeter sous prétexte qu’il soit nocif.
Non, le lait ne tourne pas si on reste plus de 2 heures sans donner le sein.
Non, ce n’est pas parce qu’on donne le sein et pas un biberon de Lait artificiel que le petit ne fait pas ses nuits.
Non, se teindre les cheveux n’est pas nocif pour le bébé allaité.
Non, ce n’est pas parce que votre lait est périmé que votre bébé régurgite, même si c’est mamie, mère de 12 enfants qui vous le dit.
Non, ce n’est pas de l’inceste d’allaiter à 6 mois.
Oui, c’est normal que vous puissiez encore allaiter à 6 mois.
Non, ce n’est pas parce que les laits artificiels sont conçus par des scientifiques qu’il sont mieux que le lait maternel.
Non, ce n’est parce que vous allaitez que vous serez obligée de vous exhiber en top-less dans les rues piétonnes.
Non, l’allaitement ne fait pas tomber les seins. Ça c’est la faute de Newton.
Non, ce n’est pas le lait maternel qui est en cause des coliques et des RGO.
Non, l’allaitement ne fait pas baisser la vue.

Voilà déjà une bonne collection que je dois à mes likers qui avaient répondu à un sondage sur le sujet en Novembre dernier. Merci à eux.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Psychologique vous avez dit?

10

Publié par Zhom | Classé dans L'allaitement c'est cool | Publié le 02-09-2011

… Aujourd’hui c’est la Madeleine qui prend le clavier pour vous racontez une petite histoire et vous faire bien réfléchir sur les médecins, hôpitaux… en ce qui concerne votre santé et aussi votre bébé allaité…

Je ne me présente plus, mon charmant mari vous a déjà fait un joli topo de moi… Je vais vous parler de mon vécu d’une histoire pas très sympa d’allaitement et de calculs biliaires.

Enceinte de la Morveuse, vers 4 mois de grossesse je ressens de violentes douleurs oppressantes dans la poitrine le haut du dos et qui irrigue vers le bras gauche. Je sais que je suis en bonne santé, je ne m’inquiète pas outre mesure. Je bosse à la clinique quand ça m’arrive pour la première fois, je prend donc ma tension, mon pouls et tout le bazar. Tout est OK. On a quelques soucis financiers plus la grossesse je me dis que ça doit être lié, le stress doit y être pour quelques choses, de plus ça fait 4 mois que je me nourris au coca et à la sauce bourguignonne. Les crises recommencent, peut être une par semaine. Quand je suis à la maison je m’allonge, au travail je m’éclipse le temps que ça passe.

Je vais quand même consulter un médecin qui me dit que c’est du au stress de la grossesse vu que c’est mon premier. Euh… Comment lui dire que je suis tout à fait zen par rapport à ma grossesse, à l’accouchement et à la suite. C’est pas normal de ne pas avoir peur de tout ça, me rappelle le médecin. Je me shoote donc au sédatif PC et au passiflora (qui m’aide bien à dormir mais qui n’évitent pas les crises).

Comme prévu, l’accouchement se passe sans réel problème (je parle au niveau physique) et je suis sur un nuage depuis que ma fille est là. Tout roule comme sur des roulettes. L’allaitement se passe à merveille, ma fille semble heureuse, mon homme aussi, moi je suis sur une autre planète tellement je suis heureuse. Tout coule de source. Malgrè que ce soit notre premier, je sais quoi faire, pas de questions, même ma sage femme est impressionnée. On s’en sort vraiment bien. Je me dis: c’est bon je suis débarrassée de ces « crises », mais non. Elles refont leur apparition assez rapidement.

Un jour, la Morveuse avait environ 2 mois, je me retrouve par terre tellement la douleur est insupportable. J’ai la sensation d’étouffer. Je pose la Morveuse sur son tapis d’éveil et je reste à côté d’elle pendant environ 2 h à souffrir. Je n’appelle pas d’aide car on va me dire que c’est des attaques de panique dûe au post partum et on va encore me conseiller d’aller voir un psy. Vers les 3 mois de la puce je vais à l’hôpital tellement la crise est forte. Il me font patienter 1h dans la salle d’attente sans m’avoir ausculter rien. La crise passe, et je demande à se qu’on rentre. J’ai pas envie qu’on me prenne encore pour une patiente psy…

De retour en métropole pour des vacances, je fais une crise chez mes parents qui paniquent et m’emmènent chez mon médecin d’enfance qui panique aussi de me voir dans cette état. Pour une fois, il me dit que ça ne doit pas être psychologique, il y a une cause organique. Il veut m’envoyer de suite à l’hôpital. Je refuse. A l’hôpital, il n’y aura pas ma fille et elle va manger comment!! Il me fait une ordonnance pour passer une fibroscopie car il pense que c’est l’estomac.

Je rentre en Guyane, et là je tombe malade: fièvre, douleurs au niveau du foie, courbatures… En pleine épidémie de Dengue, pour mon medecin de Cayenne, il n’y a pas de doute, j’ai la dengue. Il me faut juste du repos et vu que j’allaite pas d’autres médocs que le doliprane… Quand on plafonne à 40 degrès et que c’est la même température que la température ambiante c’est raide … Je tiens à mon allaitement, je l’écoute.
3 jours couchée, avec ma puce à côté de moi, qui réclame le sein toute les 30 minutes, hurle quand elle a fini… Quelque chose ne va pas. J’appelle Guyane allaitement. Verdict je suis déshydratée donc je n’ai plus beaucoup de lait. La morveuse refusant les bib, on a tenue bon toute les deux. Les 3 jours les pires de ma vie à voir ma fille avoir faim.

Je passe enfin ma fibro qui montre un début d’ulcère, le médecin veut voir d’où ça vient et me fait passer une écho. Jahya a déjà 5 mois. L’écho fait l’effet d’une massue: calculs biliaires qu’il faut opérer rapidement.
Sauf que personne ne veut endormir et opérer une femme qui allaite. Déjà que pour la fibro (j’ai eu une anesthésie générale), j’ai eu un traitement de faveur, en fait j’en ai fait qu’à ma tête, car j’ai passé mon examen dans ma clinique. Mais pour une opération comme celle là, l’anesthésiste que j’adore refuse de m’opérer si je ne sèvre pas ma puce. Je refuse.

Je suis soulagée. Je ne suis pas folle. Je n’ai pas de problème psy, j’ai juste ces p**** de calculs qui me provoque de grosses crises douloureuses.
Je continue de vivre avec ces douleurs mais les médicaments pour l’estomac aide à les réduire. Je risque quand même à tout moment une pancréatite.
En septembre 2010, la Morveuse avait 9 mois. On rentre définitivement en métropole. Je prend rendez vous pour me faire opérer. On fait tout pour que je sèvre ma fille. Mais on ne refuse pas de m’opérer. Le chir et l’anesth savent que c’est vraiment risqué d’attendre pour m’opérer. Il m’opère la semaine d’après le rendez vous.
J’ai mis les choses au point avec l’anesthésiste, avec l’équipe: j’allaite alors je ne veux pas de médicaments pouvant causer du tort à ma fille. C’est marquer en rouge sur mon dossier. J’ai le droit à une chambre particulière pour ne pas déranger ma voisine de chambre avec l’allaitement (surtout avec un bébé de 10 mois!!!), moi ça m’arrange. Une copine de promo infirmière s’occupe de moi, impeccable. La morveuse vient téter avant que j’aille au bloc.
Au bloc, je rappelle les consignes.

L’opération c’est bien passée. Je remonte dans ma chambre encore un peu endormie. Ma puce ne va pas tarder à venir avec son papa pour téter. Avant je demande à l’infirmière ce que j’ai eu au bloc. Verdict: morphine et profénid. Donc je ne peux pas allaiter. J’ai cru que j’allais faire un meurtre! J’étais en colère! Personne n’a pris le temps de lire le dossier!! Je sais comment ça se passe dans le milieu hospitalier. Je sais qu’ils sont tous déborder. Mais c’est de ma fille qu’il s’agit là! La morveuse ne viendra téter que le soir, une fois le produit dissipé.
Le lendemain matin je sors contre avis médical pour être avec ma princesse.
C’est bon cette histoire est finie!

Toute cette histoire pour vous démontrer que être malade et nouvelle maman, ben c’est pas possible. C’est toujours lié à une dépression du post partum.
Et pire être malade et allaiter c’est impossible! Quand on écoute le personnel médical qui n’est pas du tout formé à l’allaitement, et encore moins à l’allaitement long, quoi qu’il arrive il faut sevrer le bébé. Je suis d’un naturel très têtue. J’ai tenu tête à tout le monde, je connaissais les risques pour moi. Les risques étaient sûrement trop gros, j’ai eu de la chance de ne pas faire de pancréatite. Mais je ne regrette pas mon choix. J’ai réussi à me faire opérer tout en allaitant ma fille.

Donc faites attention à ce que disent les medecins. Faites vous confiance. Je ne dis pas qu’ils sont tous incompétent mais je doute que leurs conseils d’aller voir une psy aurait soigner mes calculs…

.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

La Guerre du Lait.

15

Publié par Zhom | Classé dans L'allaitement c'est cool | Publié le 19-07-2011

Beaucoup de mères donnant des préparation artificielles se plaignent d’être sans cesse culpabilisées par les défenseurs du Lait Maternel.
En ce qui me concerne, jamais je n’ai dit « Biberonneuse, tu empoisonnes ou maltraites ton enfant ». Jamais je ne suis allé reprocher à une femme d’avoir choisi le biberon, chacun ses choix, nous sommes encore une démocratie. Je me contente de défendre le Lait Maternel qui est, scientifiquement prouvé, le meilleur lait à donner à un enfant.

La plupart des défenseurs de l’allaitement, mis à part certains extrémistes (mais l’extrémisme c’est mal), essayent juste de rappeler des vérités et de faire tomber les préjugés et les fausses vérités que véhiculent les Fabricants de « lait » artificiel. Par exemple, lorsque j’ai linké sur Facebook les 10 propositions pour une vie plus seine de McMaman sur le blog des Seintes, je me suis retrouvé avec un long débat sur la culpabilisation des mamans biberonneuses dans les commentaires. J’ai donc relu de façon plus approfondie l’article en cherchant des choses culpabilisantes. Je n’y ai trouvé aucune attaque envers les biberonneuses mais envers l’industrie du « lait » artificiel ou envers le gouvernement qui ne promotionne pas ouvertement le Lait Maternel.

Si une personne se retrouve à culpabiliser, c’est qu’elle a des doutes sur son choix. Si vous êtes convaincu que votre choix est juste, jamais personne ne vous fera culpabiliser, car vous saurez au plus profond de vous-même que votre choix est le bon.
Il y a bien sûr les mères qui n’ont littéralement pas pu allaiter, pour des raisons physiologiques (ablation du sein après un cancer, section des canaux lactifères et j’en passe …) ou psychologiques (manque de soutien du père par exemple) qui vont vous dire « Arrête, c’est vachement culpabilisant ton truc, moi j’aurai aimé allaiter, mais je n’ai pas pu ». Pourquoi culpabiliser ? Si vous avez essayé d’allaiter votre petit ours et que vous n’avez pas pu, il n’y a aucune raison de culpabiliser, il faut faire une différence entre choix et capacité.

Il faut aussi comprendre l’acharnement des défenseurs du Lait Maternel que les Médecins ont ouvertement accusé, il y a quelques années, de maltraiter leur enfant, en les allaitant, en ne leur donnant pas le « meilleur » pour eux, en leur donnant un lait qui n’est pas assez riche. Ces médecins qui avaient été formatés par les fabricants de « lait » artificiel. Les études scientifiques de ces dernières années ont prouvé que le Lait Maternel est beaucoup plus adapté, beaucoup plus nourrissant que les préparations artificielles. Les pro-allaitement tiennent leur revanche qu’elles attendent depuis des années, et ne vont donc sûrement pas lâcher la bride facilement. Avoir été dénigré pendant des années alors qu’on avait raison, ça laisse des marques.

Tout çà pour dire que lorsqu’on est convaincu de la justesse de ses choix, culpabiliser est aberrant et inconcevable. Il y a eu une époque où la morveuse était au plus bas de sa courbe de poids sur le carnet de santé (vers 4 mois si je me souviens bien) et le médecin nous avait dit qu’il fallait commencer les farines pour qu’elle remonte. De par mon métier je savais que les farines sont fortement déconseillées avant 6 mois, je ne l’ai donc pas fait. Il s’est acharné essayant de me culpabiliser, que la santé de mon enfant en dépendait. J’étais convaincu que mes choix était bon, je n’ai pas lâché, je n’ai jamais culpabilisé. J’ai présenté les courbes de l’enfant allaité de l’OMS au médecin, lui montrant qu’elle était dans la norme. Le médecin m’a répondu que ces courbes était comme ça parce qu’on comptait les enfants dénutris du Tiers-Monde pour les faire. Je l’ai envoyé péter en lui expliquant que ces courbes sont des recommandations et non des statistiques, que je ne voyais pas en quoi des enfants du Rwanda ou de Thaïlande avait des besoins nutritifs différents des enfants français. Et que du coup ça me choquerait moins si ma fille était en bas, vu qu’elle ne crèvera pas de faim une fois l’allaitement terminé. Lorsqu’on a des convictions, on se pose pas de questions dessus.

Que le choix soit le bon ou pas, lorsqu’on est sûr de son choix, on ne culpabilise pas. Si vous culpabilisez, c’est que vous remettez en cause votre choix, et ça, ce n’est absolument pas notre faute.


Je ne promotionne pas encore ce livre, j’ai pas fini de le lire, mais j’aime trop la photo :D

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Le papa et le tété.

17

Publié par Zhom | Classé dans L'allaitement c'est cool | Publié le 11-07-2011

Mots-clefs :

Lorsqu’on m’a dit: « Mais, ta femme allaite ? » ma réponse a été la fierté accompagné d’un « Ouais ».

Certains ne comprennent pas qu’un père puisse se réjouir d’avoir un enfant nourri au sein, certains diront que la mère et l’enfant vivent leur petit truc en laissant papa dans leur coin. Je plains ces personnes qui pensent qu’on aime un nouveau-né en le nourrissant, il y a bien d’autres choses à faire avec son nouveau-né. Certes changer une couche ou prendre le bain de son enfant, ce n’est pas une preuve d’amour mais c’est déjà passer du temps avec son enfant et ça n’a pas de prix. Si vous voulez lui donner une preuve d’amour, prenez-le dans vos bras, bisouillez le frénétiquement, ça c’est de l’amour. De plus rien ne vous empêche de venir participer, de vous incruster discrètement entre la mère et votre enfant.
L’homme a une place non négligeable au sein de l’allaitement (t’as saisi le jeu de mot ? Non ? c’est pas grave) celui d’aider sa femme ou sa conjointe dans cette épreuve.

Oui, malheureusement, l’allaitement est devenu une épreuve, du moins pour les pères. Entre les gens qui reprochent à votre aimée de vous séparer de votre enfant, ceux qui vous reprochent de laisser votre femme s’exhiber, ceux qui – à défaut de réussir à culpabiliser votre femme – culpabilisent l’homme, l’allaitement est devenu une erreur du père qu’il a laissé sa femme commettre.

Il y a même certaines personnes à qui vous avez beau rappeler que le lait maternel est le mieux pour l’enfant, que c’est votre choix, votre volonté, essayent de vous culpabiliser, en espérant que vous capitulerez et convaincrez votre aimée que son choix est mauvais.
Car oui, l’allaitement est, paraît-il le choix unique de la femme, que l’homme n’y a point donné son avis. Et que de toutes façons, il n’a pas eu le choix.
Le père est là pour aider la mère à résister à ces assauts incessants des grands-mères bien-pensantes qui savent mieux que vous ce qui est bon pour votre enfant.

Le père est là pour murmurer des mots d’amour à l’oreille de ceux qu’il aime pendant une tétée.
Le père est là pour casser des dents du mec qui lorgne depuis trois heures sur le sein d’sa femme.
Le père est là pour consoler la mère lorsqu’elle revient d’une réunion de famille où on lui a répété sans cesse que 8 mois c’est bien trop vieux pour encore téter.
Le père est là pour poser le morveux sur le sein sa maman lorsqu’il a un gros malheur.

Le père est là pour aimer sa famille, et c’est certainement pas l’allaitement qui l’en empêchera.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

L’exhibition mammaire.

92

Publié par Zhom | Classé dans L'allaitement c'est cool | Publié le 06-07-2011

Mots-clefs :, , , , ,

Ou appelé plus communément « Allaitement en public ».

Pourquoi un billet sur le sujet ? Et bien parce que cet après-midi, les Seintes de McMaman relayait sur sa page Facebook un lien vers un post du site Cher Voisin de Transport.
Ce lien m’a fait tout simplement bondir sur mon canapé (Mes chaises sont trop peu confortables). Pour ceux qui ont la flemme d’aller le lire, voilà ce que ça dit:

"Ma chère voisine de transport,

Je comprends que ton nouveau né ait faim aux heures de pointes, mais sache que l'allaitement est un acte exclusif entre une mère et son enfant, de fait, il faut, pour le confort de chacun, ÉVITER D'EXPOSER SES MAMELONS dans une rame bondée, surtout en fin de journée...Merci !
Sincèrement vôtre, La Ganiche metro 13"

Autant, le texte, on s’y est fait, l’allaitement public gêne … Car on y expose ses mamelons (même si, à mon avis, si j’exposais MES mamelons, on me le reprocherai pas trop).

Je ne sais pas quels problèmes ont ses gens avec la vue d’un mamelon entraperçu l’espace d’une seconde alors qu’ils ne s’indignent pas de ces affiches qu’on trouve à hauteur de morveux sur tous les kiosques parisiens et sur la vitrine d’un vendeur de journaux sur deux.

Ça pourrait être de la jalousie parce que les femmes allaitantes ont généralement une poitrine généreuse, bien formée, bien …. Oups je m’égare. Mais non, c’est parce que ces gens perçoivent l’allaitement comme malsain. Parce qu’ils ont cette image sexuelle du sein.
Je plains ces gens de ne pas pouvoir faire la différence entre un sein érotique et un sein nourricier. Bordel, je suis un homme et j’arrive à faire la différence comme quoi c’est une question de volonté. Comme le dit si bien un ami: « Les Seins et les Châteaux de Sable ont un point commun. C’est prévu pour les bébés et c’est papa qui joue le plus avec. »
Du coup quand je vois ce genre de réaction, je me demande si ces gens sont en extase devant les pis d’une chèvre ou s’ils arrivent à boire du lait alors que ça sort des seins de la vache.
L’allaitement est un acte naturel qui renforce la dépendance du bébé à sa mère et du coup réconforte la mère dans son rôle indispensable ce qui diminue énormément les risques de baby-blues. L’allaitement détend, de par la production d’endorphines. Il permet également au papa de faire ses nuits, ce qui le détend aussi, surtout pour une première naissance où il est complètement paumé.

Pour certaines personnes, la science nous a permis d’outrepasser ce don de la nature en créant les Laits Infantiles et les biberons. Ces mêmes biberons qui ont empoisonné nos enfants au BPA pendant des années et qui continuent sûrement de le faire avec une autre substance pour l’instant inconnue ou non dévoilée. Ces laits infantiles qui se disent meilleurs que le lait maternel, lait qui est produit par la mère pour les besoins de son enfant, j’ai du mal à comprendre comment du lait issu de lait de vache peut être meilleur pour un nourrisson.
La Femme allaitante produit des protéines adaptées au nourrisson, des vitamines et du fer en doses adaptées. Le Lait Infantile quant à lui, offre du lactose (ce sucre que même certains adultes n’arrivent pas à digérer, comme dans la pub matin Léger de Lactel) ainsi que du fer et des vitamines en excès.
Les vaches et l’Homme ont 14000 gènes communs sur 22000, soit 63% de gènes communs. Nous avons donc plus de gènes communs avec les cochons (95%). Pourquoi ne donne t’on pas du lait de truie à nos enfants pendant qu’on y est ?
Bref, vous l’aurez compris, le Lait Maternel est bien plus adapté que le Lait Infantile.

Donc allaiter c’est bien, le Ministère de la Santé est d’accord l’OMS aussi (enfin là c’est pas forcément un bon exemple).

Viens ensuite le fait d’allaiter en public. Pour comprendre pourquoi l’allaitement en public est un DROIT, nous allons aborder le sujet très controversé de l’allaitement à la demande.
Nous allons donc reprendre une recommandation de l’Unicef: « l’allaitement maternel est recommandé pendant au moins deux ans et insistent sur le fait qu’il doit être ‘ à la demande ’ , c’est à dire chaque fois que le nourrisson le demande ou que la mère le désire. »
En effet, j’ai un gros problème avec les gens qui décident d’horaires pour nourrir leur nourrisson. C’est assez horrible comme concept je trouve. Il est 8h45, le morveux a faim mais non ! Il a déjà mangé à 8h, le prochain biberon est à 10h. Ou non, on est dans le métro tu attendra !
Maintenant imaginez-vous à la place du morveux, vous avez les crocs, vous aimeriez pas vous bouffer un p’tit Twix en attendant le dîner ? Si ? Ben lui aussi. Seulement lui il a pas le droit parce qu’à 1 mois il fait des caprices pour avoir le sein. C’est bien connu.

Moi j’invite tous les gens dans le métro ou tout autre lieu public de se priver de bouffer, grignoter en dehors des heures de repas (ou de vous devoir manger un Twix assis sur des chiottes qui n’ont apparemment pas vu de balai à chiottes depuis plus de 15 jours pour ne pas être vu). Ou de ne devoir manger votre Kebab que chez vous ou sous une couverture en plein été. Ou de vous installer dans un endroit qui pue le phoque décédé où les gens sont 4 à 5 fois plus grands que vous et vous regardent avec un regard assassin. Je suis sûr que vous aimeriez retrouver la poitrine de votre maman pour vous blottir de dans, au chaud en sentant sa douce odeur lactée.

Cette attitude que je trouve révoltante nous n’en n’avons pas souffert quand nous étions en Guyane où les mères n’ont aucune gêne à sortir leur nichon devant quelqu’un d’autre pour nourrir leur morveux, parce que là-bas, c’est un acte évident et pratique (L’allaitement exclusif n’a pratiquement pas cours, en général les femmes donnent le biberon à la maison et le sein quand elles sortent du coup elles ne voient pas l’intérêt d’allaiter si ce n’est pas pour le faire dehors). Ma femme allaitait dans la rue, au travail, au supermarché etc… et n’amassaient que des sourires encourageants et bienveillants. Depuis notre retour en métropole, la morveuse n’avait encore que 9 mois, les regards se sont transformés, sont devenus dévisageant, pervers et à la limite insultants.

J’invite tous les zhoms dont les femmes allaitent à être fier de leur choix, de l’assumer même en public et à lancer à leur tour des regards insultants à ceux qui dévisagent leur aimée. L’allaitement, c’est un acte d’amour envers son enfant et l’amour n’a pas de frontière encore moins l’entrée d’un bus.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Les répliques du Zhom qui allaite.

9

Publié par Zhom | Classé dans L'allaitement c'est cool | Publié le 25-06-2011

Mots-clefs :, ,

Comme je le disais précédemment, l’allaitement c’est cool. Mais tout le monde n’est pas de cet avis, immanquablement, on se prend plein de remarques dans les dents… Mais il y a toujours une réponse possible (même plusieurs) en voici une sélection.

- Ça te gène pas que ta femme allaite ?
* Oh que non, j’vois ses seins plus souvent maintenant.

- Oui mais on sait pas si le morveux a assez mangé …
* Bah si, quand il arrête de téter c’est qu’il a plus faim.
- C’est peut-être parce qu’il n’y a plus de lait …
* Un sein c’pas un biberon, c’est comme au KFC, boisson à volonté …

- Mais, tu te sens pas exclu avec l’allaitement ?
* Non, ON allaite …
* Non, on partage le repas, c’est mieux que de gaver le morveux tout seul.

- Ta femme allaite en public ? Ça te dérange pas que d’autres mecs reluque ses seins ?
* Non, ça prouve que c’est la mienne qui a les plus beaux !
* Non, car en général, l’homme civilisé évite de scotcher dessus.

- Et sexuellement tu fais comment avec ta femme ?
* Ben comme avec la tienne !
* Bah, je lui ai jamais sucé le sein comme si j’attendais du lait donc y’a pas de soucis …

Après la tétée, le dodo

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Zhom et l’allaitement.

10

Publié par Zhom | Classé dans L'allaitement c'est cool | Publié le 24-06-2011

Mots-clefs :, ,

Chers Zhoms, chers Mâles …

Votre madeleine d’amour peut avoir envie d’allaiter et donc vous poser la question « Tu penses quoi de l’allaitement ? » …
Si elle ne vous pose pas la question, un conseil, posez-lui … Parce que l’allaitement c’est génial.

Pourquoi ?

Voici les 2 grosses différences non négligeables entre allaiter le morveux ou ne pas l’allaiter !
Nous verrons donc le cas 1 bébé non allaité, cas 2 bébé allaité.

1ère situation: La nuit le morveux se réveille, arrêtons de se faire des illusions, il a faim.
Cas 1: Il faut se lever pour préparer le biberon. Pour se faire, il va falloir ouvrir les yeux, se mouvoir jusqu’à la cuisine, allumer la lumière, attendre d’avoir retrouvé la vue, trouver un biberon,faire chauffer de l’eau, y mettre un nombre précis de cuillères rases de lait lyophilisé qu’on sait pas trop ce qu’il y a dedans, recommencer parce qu’on ne sait plus combien on a mis de cuillères, aller dans la chambre du morveux, atteindre son lit sans se casser la gueule en se prenant les pieds dans ce trotteur de merde, attraper le morveux, lui faire boire le biberon, rendormir le morveux, retourner se coucher, retrouver le sommeil.
Sachant cela il y a une chance sur deux que vous en ayez le courage et que vous ne fassiez pas semblant de dormir comme un connard.
Cas 2: Il faut se lever, attraper le morveux, le poser à côté de maman, attendre que le morveux se rendorme au sein, le poser délicatement dans son lit, retrouver le sommeil.

2ème situation: Cet après-midi, on va se promener.
Cas 1: Il faut préparer le sac à langer des fois que le morveux aurait faim. Alors il faudra y mettre une couche parce qu’on sait jamais, mais aussi, la bouteille d’Évian, des petites doses de lait en poudre, un bavoir, un voire plusieurs biberons selon la durée de la sortie.
Cas 2: Mettre une couche dans sa poche et emmener la poitrine de maman.

L’allaitement c’est avant tout un repas complet et adapté pour le morveux et surtout un gain de temps, de place (quoique une femme ça prend de la place) et un gain d’argent sans oublier que ça facilite la vie du zhom.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share