Un bébé ça métamorphose ses parents …. Mais pas que …

12

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux en cours, Un morveux est né | Publié le 31-10-2011

Voilà, il y a 9 mois un petit amas de cellules commençait à danser dans un utérus … Ce petit amas va devenir mon fils, il ne mesure même pas un millimètre mais déjà il commence à imposer sa loi à son environnement.
Il grossit lentement jusqu’à ce que Maman et Papa se rendent compte de sa présence et la leur vie est chamboulée. Ce que l’on ne sait pas c’est qu’il avait déjà annoncé sa présence à celle qui sera plus tard sa grande sœur … Il y a quelques semaines, sa grande sœur a arrêté de prendre le sein de maman, le goût avait changé.

9 mois étranges ont alors commencé pour la morveuse. 9 mois où elle a appris ce qu’est un petit frère, où il grandit avant de naître et bien d’autres choses.

Le premier choc pour nous, parents, c’est quand on a demandé à la morveuse où se trouvait son petit frère et qu’elle a montré le ventre de sa maman. Ça y est, c’était officiel, elle avait commencé à comprendre. Peut-être était-ce dû à nos lectures intensives de « Bébé Koala, petit frère est né » ou aux coups qu’elle recevait quand elle montait sur le ventre de sa mère.

Au fur et à mesure que la morveuse comprenait ce qu’il se passait, son attitude a changé … Nuits en dent de scie alors qu’elle faisait ses nuits, refus de manger alors qu’elle mangeait seule, irritabilité, somnambulisme. Nous avons mis tout ça sur sa peur de l’arrivée de son petit frère.

Mais en l’emmenant voir le médecin parce qu’elle était malade, on a eu un choc, la morveuse n’a quasiment pas pris de poids depuis sa dernière visite … On l’a donc emmenée voir une psychologue pour essayer de comprendre son refus de manger et essayer de lui refaire grimper sa courbe de poids.

Verdict, la morveuse n’a pas peur de l’arrivée de son frère mais a peur pour sa maman qu’elle voit grossir, souffrir et « perdre ses capacités » au fil de sa grossesse, elle s’est donné pour mission de s’occuper de sa maman et de ce bébé qui arrive bientôt. On a donc du lui rappeler que ce n’était qu’une petite fille, que papa était là pour s’occuper de maman et que la Sage-femme était là pour s’occuper du bébé.

La Sage-Femme se prête au jeu, c’est la morveuse qui écoute le bébé avec le monito, Isabelle lui explique comment est le bébé, ce qu’il fait etc … La morveuse recommence à manger, mais fait la difficile, les nuits sont plus longues mais il y a encore un réveil de temps en temps.

Et le 21 octobre au matin, elle a rencontré son petit frère et ça a été la métamorphose, elle est venue le voir, lui a fait un bisou et lui a caressé la joue.
Depuis elle refait ses nuits entières, s’est remise à manger etc… La pression est retombée.

Un enfant c’est une épreuve pour les parents … Mais pour les enfants aussi.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Un ange est né.

67

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux en cours | Publié le 21-10-2011

Voilà, ça faisait 9 mois qu’il squattait le ventre de sa maman, il est arrivé hier !

Comme prévu, il est sorti à la maison, dans la baignoire pour être précis.

À 20h00 on a couché la morveuse, elle s’est endormie comme une patate.
21h30, les premières contractions ont fait leur apparition, 22h00 la Madeleine prenait un bon bain chaud, 22h45 une contraction toutes les 2 minutes depuis 20 minutes, la douleur des contractions est grande, j’appelle la sage-femme. 23h00 la Madeleine a envie de pousser, elle stresse, la sage-femme n’est pas encore là. Je la rassure, je lui dit que je suis juste là et que tout va bien, elle pousse, le morveux montre sa bouille, je l’attrape il est 23h05. L’interphone sonne, la sage-femme est en bas. 2 minutes trop tard pour sortir le petit, juste à temps pour sortir le placenta. Moi pendant ce temps là je gazouille avec mon fils dans les bras. Il est beau comme un cœur, juste un peu de sang dans les cheveux. Placenta sorti, je rends le petit à sa maman qui le pose près de son sein qu’il attrape goulûment.
1h00, la sage-femme repart, contente de ne pas se coucher trop tard. Je rejoins ma femme et mon fils dans le lit, on s’endort tous les 3 de fatigue.
8h30, la morveuse se réveille, on lui présente son petit frère à qui elle fait une caresse et un bisou, elle a l’air satisfaite.

Mon fils est né sans stress, sans pression, sans qu’on lui tire sur la tête, avec son papa pour sage-femme, il a des beaux yeux bleus et les cheveux de son papa (et le nez aussi parait-il) et le prochain naîtra à la maison.

Aujourd’hui, c’est le 2ème jour du reste de ma vie.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Prêt pour une nouvelle vie ?

10

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux en cours | Publié le 04-10-2011

Oui, c’est bien à toi, le futur jeune papa que je m’adresse !
Dans quelques jours, ta chère et tendre va révolutionner ta vie en extrayant élégamment (ou pas) de son utérus, un petit être fripé et gémissant que tu pourra qualifier de progéniture.
Afin que cette étape se passe au mieux, toi, futur jeune papa, te dois d’accompagner au mieux ta chère et tendre afin que ce ne soit pas trop difficile pour elle, et pour éviter de te faire insulter pendant l’accouchement.

Je vais donc te prodiguer ici quelques conseils afin que tu sois prêt à toutes les situations que ta tendre et douce n’aura pas anticipé dans sa valise de maternité.

1) Une salle d’accouchement, c’est 15°C, en plus du brumisateur, emmenez une bouillotte ou une couverture chauffante.
2) Avant de partir faites le plein de Twix, KitKat, Lion et autres Mars, étant donné que votre tendre et douce sera à jeun pour plusieurs heures, il faudra lui donner discrètement quelques glucides.
3) Emmenez sa Nintendo DS et votre PSP, il n’y a pas de TV (télévision hein pas toucher vaginal, parce que ça il y en aura bien assez) dans les salles d’accouchement.
4) Apprenez quelques tours de magie pour distraire votre tendre et douce.
5) Renseignez-vous avant de partir sur la couleur de la sur-blouse, des sur-chaussures et de la charlotte de l’hôpital, afin que votre pantalon ne détonne pas trop.
6) Prenez des photos au début de l’accouchement, des photos au bout de 2 ou 3 heures de travail peuvent mener au divorce.
7) Emmenez une fausse main (magasins de farces et attrapes) afin de conserver l’intégrité de la votre afin de dorloter votre petit après sa naissance.
8) Prévoyez des boule Quiès afin de survivre aux bips incessants des monitoring, ECG et autres joyeusetés électroniques.
9) Rechargez bien les batteries des appareil photo, caméscope, téléphone portable, mp3, DS, PSP, Gameboy, GPS etc …
10) Ne pas prévenir plus de 2 personnes de l’accouchement si vous voulez passer plus de temps à soutenir votre femme plutôt que de répondre au téléphone.
11) Prévoir une quinzaine de paquets de mouchoirs afin d’éponger les fontaines que seront les yeux de votre femme après la dernière poussée (et les vôtres aussi, ne nous voilons pas la face, on est entre hommes hein ^^).

En espérant que ces 11 petits conseils puissent vous être utiles …

PS: N’oubliez pas l’amour ;)
PPS: Les photos en salle d’accouchement, ça compte aussi pour vous … L’ennui, ça rend con …

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Y’a un alien dans le ventre de maman…

7

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux en cours | Publié le 25-09-2011

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de l’implication de la morveuse dans la grossesse du morveux.

La morveuse avait 13 mois quand le ventre de sa maman a commencé à être de nouveau habité. On ne lui a rien dit au départ. 9 mois, c’est long pour un adulte alors pour un si petit bout de chou, difficile de comprendre que quelque chose avait changé et que dans 9 mois elle serait grande sœur. On voulait lui en parler quand on ferait l’échographie du 3eme mois, pour qu’elle visualise un peu.
Mais c’était sans compter sur la famille, les amis ou même les gens dans la rue (oui la Madeleine est devenue très vite une madeleine cette fois ci). « Oh mais tu vas être grande sœur!! »  » Ben alors maman elle a un bébé dans son ventre! » On a bien du se décider à lui en parler tout en tenant compte de son âge et de sa compréhension. J’avoue qu’on a bien ramer à trouver les mots justes pour qu’elle comprenne sans trop insister.
Bien sûr on attendait pas de réaction de sa part. A 15 mois, on sait pas ce que c’est de devenir grande sœur. On lui a acheter un petit livre pour un peu lui expliquer. Au fur et à mesure le livre est devenu son favori. Pour la première écho, elle est venue avec nous. Elle était contente il y avait la télé, mais ils ne passaient pas Oua Oua….
Petit à petit le ventre de maman s’arrondit. L’écho du 5ème mois arrive. On lui explique ce qu’on va faire, pourquoi, et comment. Ce jour là, on lui a demandé où était le bébé, et elle a montré le ventre de maman. Moment magique. Elle commence à comprendre. Pendant l’écho, voyant qu’il n’y en a que pour le ventre de maman et qu’on l’oublie un peu, la morveuse se met en mode pipelette, « je parle, je parle, je parle » jusqu’à ce qu’on sorte de la pièce et qu’on lui dise qu’elle aura un petit frère. Le bébé devient le petit frère. Pas très concret pour elle mais au moins elle sait. Tout les mois, elle vient avec nous au rendez vous chez la sage femme, entend le cœur du bébé, entend parler du bébé… Ça nous semble essentiel.

Au 8 ème mois on commence les cours de prépa à l’accouchement. On ne s’est pas posé la question d’expliquer à la morveuse à quoi ça servait et pourquoi on y aller. On a pensé qu’elle verrait ça comme un rendez vous chez Isabelle comme tout les mois.
Le cours se passe bien, la morveuse joue dans un coin. Le soir venu, crise au coucher. Pire que ces crises habituelles, on sent qu’elle angoisse. Le lendemain, elle est infernale, pleure, n’écoute rien… C’est là qu’on a fait le rapprochement avec le cours de la veille. Elle n’a rien compris et ça l’angoisse. On a pris un peu de temps pour lui expliquer ce qui se passait, ce qui va arriver…
Le cours suivant, on l’a briefée dès le départ, on lui a expliqué le thème du cours, ce que faisait Isabelle, son rôle… La séance s’est super bien passée et le après aussi.
Pour le rendez-vous mensuel, la Madeleine en a parlé avec Isabelle. Et notre super sage femme a pris les choses en mains et a mis la morveuse au boulot. C’est elle qui mesure le ventre de maman, c’est elle qui pose le monitoring pour entendre petit frère. La morveuse est ravie. Elle commence de plus en plus à comprendre, elle ne veut pas trop en parler, détourne un peu les conversations en ce moment, fais mine de pas entendre quand on prononce le mot « frère ». Mais au moins elle a compris.
Durant le dernier cours de prépa, à peine arrivée elle a pris le bassin (de femme) en mousse et un bébé, les as donné à Isabelle pour qu’elle fasse passer le bébé dans le bassin comme Isabelle nous le montre à chaque cours.

C’est des petits gestes qui font qu’on sait qu’elle comprend. Elle ne parle pas mais elle sait s’exprimer.On ne lui parle pas du bébé tout les jours, on lui explique au jour le jour les soins, les rendez vous les examens, mais aussi la suite des événements, la naissance, la rencontre, l’allaitement… On l’implique mais à son niveau, sans lui prendre la tête avec ça. L’impliquer à ce point c’est un choix personnel mais qui nous semble essentiel pour les événements à venir. Elle sait, elle a déjà entendu parler de tout ça, elle a vu Isabelle nous mimer les contractions, elle sait comment ça va se dérouler. Pas dans les moindres détails, mais avec ses yeux d’enfant, son imagination d’enfant.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Test Test Test

45

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux en cours | Publié le 17-09-2011

Vous l’aurez peut-être compris, ce soir, je vous parle du Triple Test, de ces tenants et aboutissants ainsi que de l’amniocentèse qui peut en découler. Mais surtout, comme d’habitude, de mon opinion sur cet examen.
En donnant mon opinion sur ce sujet, je vais m’attirer les foudres de certaines personnes, je le sais déjà. Je précise donc, que je ne juge personne, je vous expose simplement mon point de vue.

Avant tout, qu’est-ce que le Triple Test ?

Le Triple Test, appelé aussi « HT21″ ou « TriTest », est un test sanguin qui permet de quantifier 4 marqueurs sériques:
- la trisomie 21 (syndrome de Down)
- la trisomie 18 (nombreuses malformations pouvant raccourcir considérablement la vie de l’enfant)
- l’anencéphalie (malformation du tube neural qui ne présente ni méninges, ni deux hémisphères cérébraux et ni cervelet)
- le spina bifida (défaut de la fermeture du tube neural entraînant des difficultés motrices, des troubles trophiques et d’ulcérations importantes)

De ce test, on calcule une « possibilité de risque » (Ce terme me rappelle un sketch de Coluche sur les journalistes dont je vous ferai grâce). Si cette « possibilité de risque » est inférieure à 1/250, c’est à dire s’il y’a plus d’une « chance » sur 250 que votre enfant soit atteint d’une de ces 4 maladies, on considère le test comme positif. On reconnaît qu’il y a environ 6% de faux positifs. La probabilité réelle passe donc de 1/250 à 1/263. Lorsque le test est déclaré positif, il y a donc une chance sur 263 que votre enfant ait une de ces maladies. On peut donc dire que sur 263 enfants dépistés comme positifs, il y en a 1 seulement qui est réellement atteint.

En cas de test positif, on vous propose une amniocentèse pour confirmer le diagnostic. L’amniocentèse, c’est un prélèvement du liquide amniotique qui permettra d’étudier la carte génétique du bébé. Le risque de cette technique invasive, c’est la fausse couche. 1 fausse couche sur 100 amniocentèses. Si on reprend nos 262 grossesses « saines », il y en entre 2 et 3 (2,62 pour être précis) qui finiront en fausse couche alors que l’enfant n’était pas atteint. Je trouve ce chiffre énorme. D’autant plus que ces anomalies génétiques sont dépistables plus tard par une simple échographie.

Pour la plupart des parents le recours à l’amniocentèse réside dans ce « plus tard », en effet, plus tard, c’est trop tard légalement pour une Interruption Médicale de Grossesse.

Une autre alternative consiste en une biopsie du trophoblaste, c’est-à-dire un prélèvement d’un morceau du placenta. L’intérêt est la rapidité des résultats (3 jours contre 4 semaines pour l’amniocentèse). Le défaut, non négligeable est le risque de fausse couche plus élevé que l’amniocentèse: 4% c’est à dire un bébé sur 25 … Dans nos 262 grossesses saines, il y en aura 11 qui finiront en fausse couche …

Car là est la finalité de ces tests, savoir si l’on va pratiquer une IMG, savoir si ce bébé a le droit de vivre … Je trouve le recours à l’IMG malheureux. De ces 4 maladies, l’anencéphalie est la seule empêchant est la seule empêchant irrémédiablement la vie du nourrisson. L’enfant s’il n’est pas mort pendant la grossesse, mourra à l’accouchement où dans les jours suivant sa naissance. Je ne sais pas comment je réagirai à l’annonce de cette pathologie. Je ne me suis toujours pas mis d’accord avec moi-même sur ce sujet.
Pour les 3 autres, il est évident pour moi qu’une IMG est à exclure. Pourquoi ?

Parce que dans les 3 autres cas, l’enfant peut vivre.
En ce qui concerne la trisomie 18, nombreux sont les enfants ne dépassant pas quelques semaines. Cependant certains se sont vus vivre jusqu’à 19 ans. Je ne pourrais envisager une IMG alors que mon enfant pourrait vivre jusqu’à 19 ans.
Dans les cas de la trisomie 21 ou du spina bifida, nombreuses sont les personnes atteintes qui vivent pleinement une vie épanouie, vivant fièrement leur handicap. Comme Chris Burke, Luke Zimmerman, Pablo Pineda pour la trisomie 21 ou Aaron Fotheringham, Marc Dorion, ou Hank Williams pour le spina bifida.

Vous l’aurez compris, nous avons toujours refusé le Triple Test, et nous le refusons toujours. Ce n’est pas à nous de juger si une vie mérite d’être vécue ou non, aussi courte ou difficile soit-elle, elle mérite d’être vécue à fond.

Encore une fois, je ne juge personne, j’exprime mon point de vue, aussi distant du vôtre soit-il.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

L’aberration naturelle de l’accouchement.

22

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux en cours | Publié le 24-08-2011

J’ai survolé BabyBoom hier soir, je me délecte des différents points de vue sur cette émission aujourd’hui.

La Madeleine, ayant regardé l’émission, n’a pu s’empêcher de réagir à cette dernière sur Facebook et est encore passée pour une hippie intégriste allergique au progrès.
Comme vous le savez, je prône l’accouchement à domicile, la réhumanisation de l’accouchement, le respect du bébé et de ses parents et j’en passe. Mais je suis aussi tolérant.Je ne crache pas sur les personnes qui souhaitent accoucher à l’hôpital, chacun ses choix et ses envies. Mais parfois, j’ai envie de changer de politique. À force qu’on me qualifie d’inconscient de vouloir un accouchement naturel chez soi malgré les avancées de la médecine, j’ai envie de me mettre à en faire autant.

Il paraît que l’accouchement à domicile est dangereux, qu’une équipe médicale de 20 professionnels de santé est indispensable, qu’un anesthésiste doit être prêt à vous poser une péridurale.
Je ne suis pas inconscient, j’habite à moins de 5 minutes de 3 maternités, notre sage-femme, qui a déjà assisté des dizaines de mères dans leur accouchement sera présente. J’ai juste des envies. Envie de vivre la naissance de mon fils en famille avec ma Madeleine ET ma fille, la vivre dans un environnement chaleureux.

Je suis d’un naturel têtu et optimiste, mais je n’en suis pas pour autant extrémiste. Je ne vais pas mettre en danger la vie de ma femme et de mon fils, je ne crache pas sur la médecine, sinon je ne ferai pas le métier que je fais. Si il y a besoin, la Madeleine partira à l’hôpital, on ne va pas prendre de risques inutiles. Elle est inscrite à la Maternité de Bordeaux, elle a fait une consultation avec un anesthésiste en cas de besoin, la Sage-Femme fait des examens pour s’assurer que tout se passera pour le mieux. Je veux juste vivre la naissance de mon fils et ne pas la regarder se passer entre les mains du personnel hospitalier, impuissant. Mais je reste réaliste, je sais ce que je veux, je ne sais pas ce que j’aurais.

Je sais surtout ce que je ne veux pas. Je ne veux pas qu’on enlève le vernix de mon bébé, je ne veux pas qu’on l’aveugle à la naissance avec de la rifamycine, je ne veux pas qu’on lui déforme la tête avec une ventouse parce qu’il n’est pas sorti en moins de 12 minutes, je ne veux pas qu’on le colle sous une lampe à UV dont un adulte ne supporterait pas la luminosité parce qu’il a le teint un peu jaune, je ne veux pas que mon enfant soit un enfant expulsé entre 2 autres par un obstétricien inconnu qui est crevé d’enchaîner depuis 12h, je ne veux pas qu’on me dise « Ça fait 2 heures qu’il est né, il a toujours pas tété, donnez-lui un biberon », je ne veux pas que ma femme soit encore déçue de ne pas avoir senti son bébé sortir. Je ne veux pas vivre une naissance dans une atmosphère stressante

Tout comme la grossesse n’est pas une maladie, l’accouchement n’est pas une opération chirurgicale.
Une femme accouchante n’a pas besoin d’être scopée en permanence, le bébé n’a pas besoin d’être monitoré en permanence, la mère n’a pas à resté en permanence sur le dos alors que c’est la position la plus douloureuse pour accoucher, elle n’a pas besoin de s’abstenir de manger et de boire pendant des heures. Il y a plein de choses encore qui surmédicalisent l’accouchement mais je vous en fais grâce.

Je ne veux pas vivre un accouchement à la maison parce que la médecine me fait peur, c’est juste que je ne vois pas l’intérêt d’en abuser sans raison. De faire dépenser de l’argent à la Sécurité Sociale sans raison. De me mettre dans un univers de stress alors que l’on peut vivre ça sereinement chez soi.

.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

On est jamais mieux que chez soi.

34

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux en cours | Publié le 14-08-2011

Non, je ne vais pas vous parler déco. Je vais vous parler AAD, Accouchement À Domicile.

Comme à mon habitude, je ne vais pas vous faire un cours sur le sujet, mais juste vous exposer mon point de vue et ce qui m’a amené à faire ce choix pour la naissance du morveux en octobre.

Pour ceux qui n’ont pas lu l’article sur la Naissance de la Morveuse, je vous invite à rattraper votre retard.
Pour la naissance de la Morveuse, la Madeleine souhaitait un AAD. Moi ça m’était égal, je ne voyais pas trop la différence. Cela n’a malheureusement pas été possible et c’est ce qui m’a motivé à vouloir un AAD pour le Morveux.

De nombreux facteurs entrent en jeu. Dans un accouchement à l’hôpital, j’ai bien trop souffert de l’isolement du père, de la souffrance ignorée de ma femme, de laisser cet événement entre les mains de personnes ne sachant rien de nous, de voir nos souhaits glisser sur le dos du personnel, de voir notre projet de naissance s’effriter sous nos yeux.

Pour moi, une naissance, c’est un événement familial, l’arrivée d’un nouveau membre dans la famille. Pas un bébé en plus dans les statistiques de l’hôpital. Pour la morveuse, après un accueil douteux par le personnel, je suis arrivé dans une salle de travail où j’ai trouvé ma femme ligotée à son lit par un nombre innombrable de fils, elle qui rêvait d’un accouchement naturel, ça m’a arraché le cœur de la voir comme ça. Le personnel défile dans la chambre pour faire des choses que je comprends pas trop. Enfin j’aurai peut-être compris si on m’avait expliqué.
L’intimité de ma femme est apparemment tombée dans le domaine public.
Et vas-y qu’je rentre, j’te mate l’entrejambe, j’te rajoute une perf, je ressors, tout ça sans un mot, rien.
La Naissance est totalement déshumanisée. On va me dire « Oui mais ils sont débordés, ils ont plein de patients, ils peuvent pas copiner avec tous ». C’est pas faux … Sauf que moi, j’y suis pour rien. C’est une naissance merde !

Mais mon choix ne se limite pas au côté déshumanisé de la Maternité. En effet, on ne pense que trop peu au père dans cette situation. Certes on a le droit de couper le cordon mais c’est nul. La Madeleine a accouché à 19h14. J’ai du quitter la Maternité à 23h parce qu’on la montait au Post-Partum où je n’avait pas le droit de l’accompagner parce que les visites ne sont pas ouvertes à cette heure. Je viens d’être père bordel ! J’ai envie de passer du temps avec ma fille, avec ma femme qui vient de faire un sacré boulot. Et bien non, on doit rentrer à la maison, tout seul, comme un con, et devoir attendre le lendemain matin, les visites n’ouvrant qu’à 11h.

Heureusement que la Madeleine est sortie le lendemain contre avis médical, sinon j’aurais pété un boulon. Ma femme et ma fille, sans moi pendant des heures ? No way !

Du coup, quand on a appris pour le morveux, la Madeleine m’a demandé si j’étais toujours d’accord pour l’AAD, je lui ai répondu que j’allais lui suggérer. On s’est donc lancé dans la recherche d’une Sage-Femme pratiquant les AAD. On a donc trouvé Isa, la seule de la région, tout près de chez nous.
On a eu un petit entretien pour se présenter les uns les autres. Ça a accroché d’emblée.
Isa nous a bien sûr précisé qu’elle voudrait quelques examens sur l’état de santé de la Madeleine, celui du morveux, afin de ne pas avoir de mauvaise surprise le Jour J et que s’il y avait bien sûr un problème, elle ne pourrait nous assister pour un AAD.
Elle nous explique qu’elle a déjà plusieurs années d’expérience en matière d’AAD, qu’il ne faut pas trop s’inquiéter des imprévus le jour J, on habite à 5 minutes en voitures du CHU.

On va la voir tous les mois, on papote, on apprend un peu plus à se connaître chaque jour. Le jour de la Naissance, nous serons assistés par une amie plutôt que par 5 Sage-femmes différentes. Elle ne sera pas envahissante et ne se manifestera que si on la sollicite. Une naissance humaine quoi.

Bien sûr on passe pour des hippies, des inconscients. Mais on s’en fout parce qu’on sait qu’une femme c’est pas fait pour accoucher dans une salle à 16°C ligotée à 5 appareils. Une naissance, ça se passe en famille.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

41 semaines c’est trop long.

5

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux en cours | Publié le 25-07-2011

On dit que la nature fait bien les choses, mais non, moi je suis pas d’accord !
41 semaines de grossesse, c’est bien trop long pour les papas. Les mamans, elles, elles s’en foutent, elles ont un têtard qui nageotte dans leur utérus. Bien sûr vers 5 mois, on commence à le sentir, c’est cool ! Si on fait abstraction des 2 semaines pendant lesquelles, la Madeleine va dire « Tu l’as senti là » et au père de répondre, blasé, « non ».

Honnêtement, ces 2 semaines, c’est une torture sans nom. On est là, comme un con, jouant avec le futur doudou du morveux en cours, pendant que la Madeleine se gausse des guilis que lui fait le morveux. Pis nous, on sent rien.

Après ces 2 semaines, c’est génial, le morveux fait des bons dans tous les sens, on le sent super bien. Le problème c’est que la Madeleine, elle, devient chiante dès que le morveux bouge. On a plus le temps de le sentir, vu qu’à chaque fois qu’il bouge, il prend la vessie de madame pour un punching-ball, du coup elle part pisser, et on se retrouve avec la main dans le vide. Egoïste !

Le temps passe, nano-morveux est devenu un micro-morveux. La place commence à manquer et ça se voit. On ne le sent plus bouger, on le voit bouger. Et ça c’est génial. Et puis ça tombe bien parce que vu que son bide pèse le poids d’un cheval mort, on a plus le droit d’y poser la main, sans risquer de la faire basculer en avant.

Enfin, pour le moment, je me plains pas trop, le pire ça a été pour la morveuse. Quand on est à Date Prévue d’Accouchement +4 jours, ça commence à être insupportable !

.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Aujourd’hui, résultats du énième test de la Toxo

11

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux en cours | Publié le 23-07-2011

Aujourd’hui on va au laboratoire d’analyses chercher les résultats du test Toxo de la Madeleine vu que le dernier était négatif, on vérifie tous les mois.

Pour récapitulatif, nous sommes à:
- 6 mois de grossesse
- 3 steaks tartares
- 12 griffures de chat
- 8 steaks hachés saignants
- 13 mirabelles
- 8 nectarines
- 2 rumsteaks bleus
- 8 tomates
- 1 fondue bourguignonne
- 14h de câlins félins
- 2 batavias
- 3 magrets de canards rosés
- 5 changements de litière
- 2 pierrades

Ouverture de l’enveloppe …… test négatif ……. Ah, ben heureusement qu’on fait attention hein, c’est tellement facile à attraper la toxoplasmose …

Image empruntée à http://www.santevet.com

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

L’Accompagnement Global à la Naissance avec une Sage-Femme

13

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux en cours | Publié le 22-07-2011

L’accompagnement global à la naissance consiste à choisir un professionnel de santé (Gynécologue, Obstétricien, Sage-Femme, Médecin Généraliste …) pour vous accompagner tout au long de votre grossesse.
L’intérêt est que cette personne qui vous suit, sache tout de votre grossesse afin de vous accompagner au mieux jusqu’à la naissance.
L’accompagnement global est possible, que vous souhaitiez accoucher à la maison comme à l’hôpital.
Le choix de l’accompagnant est crucial, il doit être en accord avec votre projet de naissance pour pouvoir faire son possible pour vous aider à le mener à bien tout en faisant le nécessaire pour veiller au bon déroulement de la grossesse. Mais aussi de l’accouchement et de la période post-natale.

Étant donné notre vécu en matière de grossesse, on a directement opté pour l’accompagnement global avec celle qui est maintenant notre Sage-Femme.

Pourquoi une Sage-Femme ? Et bien parce que selon moi, c’est LA personne la plus apte à suivre une grossesse et une naissance. Tout simplement parce que c’est la définition même de son métier.
« Une personne qui a suivi un programme de formation reconnu dans son pays, a réussi avec succès les études afférentes et a acquis les qualifications nécessaires pour être reconnue ou licenciée en tant que sage-femme. Elle doit être en mesure de donner la supervision, les soins et les conseils à la femme enceinte, en travail et en période post-partum, d’aider lors d’accouchement sous sa responsabilité et prodiguer des soins aux nouveau-nés et aux nourrissons. Ses soins incluent des mesures préventives, le dépistage des conditions anormales chez la mère et l’enfant, le recours à l’assistance médicale en cas de besoin et l’exécution de certaines mesures d’urgence en l’absence d’un médecin. Elle joue un rôle important en éducation sanitaire, non seulement pour les patientes, mais pour la famille et la préparation au rôle de parents et doit s’étendre dans certaines sphères de la gynécologie, de la planification familiale et des soins à donner à l’enfant. La sage-femme peut pratiquer en milieu hospitalier, en clinique, à domicile ou en tout autre endroit où sa présence est requise.
(Source Wikipédia)

Pourquoi pas un obstétricien ? C’est aussi son métier non ?
Et bien non, pas pour moi, un obstétricien est avant tout un médecin spécialisé en obstétrique. Or on va chez le médecin lorsque l’on est malade. Aux dernières nouvelles, la grossesse n’est pas une pathologie (sauf peut-être en parasitologie) et l’accouchement encore moins.

J’ai entendu beaucoup de « Et si ceci, et si cela ? » J’ai toujours répondu que la Sage-Femme est pleinement apte pour répondre à ces besoins. Elle peut constater une grossesse, prescrire des médicaments (liés à la grossesse, l’accouchement ou au post-partum bien sûr), et OUI, la Sage-Femme peut examiner le col d’une femme enceinte. Ce n’est pas un privilège de l’obstétricien. Ce dernier intervenant selon moi, s’il y a un problème d’ordre chirurgical.

Pendant la première grossesse, celle de la morveuse, on a su trouver, un peu tard malheureusement, une sage-femme très ouverte et très à l’écoute.
Pour la deuxième, celle en cours, nous sommes allé directement voir une Sage-Femme, vu que la première est maintenant à 8 000 km de nous, ça fait cher le suivi, dès le départ ça a collé, je n’en changerai pour rien au monde.
Le point important de la Sage-Femme, selon moi, c’est qu’elles n’excluent pas le père comme le font grand nombre d’obstétriciens. L’homme est porté au cœur de la grossesse, son avis compte, on l’écoute. Ça change tout.
De plus la relation avec la Sage-femme est bien plus humaine, quelque chose ne va pas, un petit coup de fil ou un texto et on a une réponse rapide, simple et efficace. Pour un gynécologue, il faut d’abord affronter la secrétaire qui vous proposera un RDV dans 18j, si vous arrivez à passer outre, le gynéco vous enverra généralement sur les roses en vous disant de prendre RDV et que si c’est urgent, il y a l’hôpital pour ça …

La Sage-Femme, malgré ses compétences, reste, de mon point de vue, dénigrée aussi bien par les professionnels de santé que par la Sécurité Sociale. Par exemple, une consultation chez un obstétricien est remboursée 22€ (pour un coût total de 45€ en moyenne) contre 13 € pour une Sage-Femme (pour un coût total de 19€ par consultation), alors que le travail est le même.
De la même façon un accouchement à domicile est remboursé sur un forfait de 330€ (comprenant le suivi post-partum de 10j) alors qu’un accouchement à l’hôpital coûte 940€ (sans compter le suivi post-partum).

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share