Chéri, je suis enceinte ! Je veux accoucher à la maison !

18

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux est né | Publié le 28-01-2012

94% de mes lecteurs sont des lectrices … Mais c’est pas pour autant que j’oublie mes lecteurs masculins ! Pour preuve, ce soir on va mettre 94% de mon lectorat de côté, (je vais regretter cette phrase en regardant mes stats demain !) et on va se concentrer sur les 4% restants (Oui, Facebook n’est pas très doué en Maths …).

OUI ! Cet article s’adresse à toi le mâle qui se cache derrière ma lectrice habituelle !

Alors que dans la plupart des cas, le principal souci du mâle lorsque sa douce est en cloque est de savoir quel siège auto il va choisir pour aller les sièges en skaï de la voiture, ou bien d’apprendre à changer une couche sans vomir; certains mâles sortent du lot. En effet leur tendre et douce leur a annoncé qu’elle voulait accoucher à la maison.

« Hein ? Quoi ? Mais t’es folle ? Et si il t’arrive quelque chose ? » (Comprendre: Mais t’es ouf ma fille, tu vas nous ruiner la moquette !)
Et là, le mâle énumère tout un tas de scénario tous plus catastrophiques les uns que les autres, enfermant leur sucre d’orge dans une bulle de peur qu’elle ne quittera plus jusqu’à l’accouchement.

Alors déjà, tous ces scénarios catastrophes peuvent se passer à l’hôpital, mais nous ne nous attarderons pas sur le sujet de la dangerosité de la chose … On en parle déjà assez dans tous les articles, pages web qui traitent du sujet.

Moi, je souhaite juste dire un petit truc à vous les mâles qui êtes réticents à un accouchement à domicile.
Si vous avez déjà été papa auparavant, (en général, les mamans voulant accoucher à la maison ont déjà subi vécu un accouchement à l’hôpital) Vous avez surement passé des heures à côté de votre femme ligotée à sa table d’accouchement, les pieds dans les étriers, une sage-femme le bras dans son intimité à l’écouter hurler des choses vous semblant incompréhensibles en vous broyant une par une chacune de vos phalanges, sans que vous ne disiez rien sur la douleur qu’elle vous inflige sous peine de vous faire traiter de lopettes parce que ELLE elle souffre plus (en même temps, c’est pas votre faute). Il faut savoir qu’à la maison, votre bien-aimée (et oui, quand elle accouche à la maison, la femelle humaine n’est plus une psychopathe), va vous parler, vous demander de l’aider, ce que vous allez pouvoir faire sans vous heurter à une inconnue vous disant qu’elle sait ce qu’elle fait et c’est là que se situe toute la différence.

Une femme aidée par une personne de confiance se sent rassurée, apaisée, rendant l’accouchement plus serein, une femme sereine à l’accouchement, c’est un bébé qui naît serein.
Des « vas-y mon coeur, tu vas y arriver, t’es la plus forte » chuchotés tendrement à l’oreille sont bien plus efficace que des « Allez madame, on se motive et on pousse plus fort là, vous poussez pas assez » hurlés depuis l’autre bout de la salle par une femme que vous n’aviez pas vu avant car elle était cachée par le reste de l’équipe soignante.
Quand mon fils est né, je l’ai attrapé, il n’y avait personne entre ma femme et moi, il n’a pas pleuré, je l’ai mis dans les bras de sa maman et il lui a « souri ». J’ai vu le visage de ma femme s’emplir de bonheur, d’émotion et de joie.
Vous n’êtes pas obligé de faire tout ça, la sage-femme est là pour ça. Moi, je voulais le faire, je n’aurais jamais pu dans un hôpital et si la sage-femme ne m’y avait pas préparé et surtout si elle ne m’avait pas dit que j’en étais capable !
Je n’ai jamais été aussi heureux de ma vie en voyant le visage radieux de ma femme, de voir ce petit bout tout sale mais heureux et en paix. Et ça, ça vaut toutes les angoisses que j’ai pu avoir à l’idée de cet accouchement à la maison. Parce que même si je faisais le fier en disant que ma femme allait accoucher à la maison, quand elle a commencé à pousser dans la baignoire, je dois vous avouer que j’flippais un peu quand même.

Mais tout ça, c’est de la bonne peur, et je vous souhaite un jour de prendre votre courage à 2 mains pour l’affronter un jour.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Un bébé ça métamorphose ses parents …. Mais pas que …

12

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux en cours, Un morveux est né | Publié le 31-10-2011

Voilà, il y a 9 mois un petit amas de cellules commençait à danser dans un utérus … Ce petit amas va devenir mon fils, il ne mesure même pas un millimètre mais déjà il commence à imposer sa loi à son environnement.
Il grossit lentement jusqu’à ce que Maman et Papa se rendent compte de sa présence et la leur vie est chamboulée. Ce que l’on ne sait pas c’est qu’il avait déjà annoncé sa présence à celle qui sera plus tard sa grande sœur … Il y a quelques semaines, sa grande sœur a arrêté de prendre le sein de maman, le goût avait changé.

9 mois étranges ont alors commencé pour la morveuse. 9 mois où elle a appris ce qu’est un petit frère, où il grandit avant de naître et bien d’autres choses.

Le premier choc pour nous, parents, c’est quand on a demandé à la morveuse où se trouvait son petit frère et qu’elle a montré le ventre de sa maman. Ça y est, c’était officiel, elle avait commencé à comprendre. Peut-être était-ce dû à nos lectures intensives de « Bébé Koala, petit frère est né » ou aux coups qu’elle recevait quand elle montait sur le ventre de sa mère.

Au fur et à mesure que la morveuse comprenait ce qu’il se passait, son attitude a changé … Nuits en dent de scie alors qu’elle faisait ses nuits, refus de manger alors qu’elle mangeait seule, irritabilité, somnambulisme. Nous avons mis tout ça sur sa peur de l’arrivée de son petit frère.

Mais en l’emmenant voir le médecin parce qu’elle était malade, on a eu un choc, la morveuse n’a quasiment pas pris de poids depuis sa dernière visite … On l’a donc emmenée voir une psychologue pour essayer de comprendre son refus de manger et essayer de lui refaire grimper sa courbe de poids.

Verdict, la morveuse n’a pas peur de l’arrivée de son frère mais a peur pour sa maman qu’elle voit grossir, souffrir et « perdre ses capacités » au fil de sa grossesse, elle s’est donné pour mission de s’occuper de sa maman et de ce bébé qui arrive bientôt. On a donc du lui rappeler que ce n’était qu’une petite fille, que papa était là pour s’occuper de maman et que la Sage-femme était là pour s’occuper du bébé.

La Sage-Femme se prête au jeu, c’est la morveuse qui écoute le bébé avec le monito, Isabelle lui explique comment est le bébé, ce qu’il fait etc … La morveuse recommence à manger, mais fait la difficile, les nuits sont plus longues mais il y a encore un réveil de temps en temps.

Et le 21 octobre au matin, elle a rencontré son petit frère et ça a été la métamorphose, elle est venue le voir, lui a fait un bisou et lui a caressé la joue.
Depuis elle refait ses nuits entières, s’est remise à manger etc… La pression est retombée.

Un enfant c’est une épreuve pour les parents … Mais pour les enfants aussi.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Mes enfants se suivent mais ne se ressemblent pas.

22

Publié par Zhom | Classé dans Un morveux est né | Publié le 25-10-2011

Vous l’avez lu, le morveux est né …

Avant qu’il naisse on a entendu un paquet de « Bah vous venez juste d’en avoir un, c’est pas un peu tôt ? » ou « Vous remettez ça ? » … Il n’y a que quelques jours qui sont passés, mais il y a une chose que je peux vous dire c’est « Les enfants se suivent mais ne se ressemblent pas … »

Ma fille, lorsqu’elle est née a eu beaucoup de mal à trouver le sein, le morveux l’a trouvé direct.
Ma fille n’avait pas de cheveux, le morveux est un beau blond.
La morveuse enchaînait les coliques, le morveux régurgite.
La morveuse ne dormait que dans les bras de sa mère, le morveux dort partout.
Ma fille se faisait entendre en hurlant ses coliques, mon fils se fait entendre en lâchant des pets et des rots comme je n’en ferai jamais.
La morveuse tétait 45 minutes et en dormait 15, le morveux, tête 15 minutes et en dort 45.

Je pourrais continuer la liste mais ça deviendrait long et chiant.
Tout ça pour dire, qu’on ne fait pas des enfants pour répéter indéfiniment un même cycle. Non, chaque enfant est différent, c’est pour ça que j’en veux plein, chacun sera une pierre de plus dans mon mur (fan de Pink Floyd inside).

Oui, mes enfants ont 21 mois de différence, mais ils sont tellement différents que c’est super à vivre. Et puis il faut voir la morveuse avec son petit frère … Ce matin elle était allongée à côté de son frère, le regardant tendrement et lui caressant la main. Je m’en serai voulu de rater ça …

Les enfants c’est super, faites-en (en plus ça en fera plus pour payer nos retraites plus tard) !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share