Qui sont mes lecteurs ? (Episode 10: Pas facile de dormir avec une allumeuse)

5

Publié par Zhom | Classé dans Qui sont mes lecteurs ? | Publié le 23-05-2012

Cela faisait longtemps que je n’avais pas interviewé un de mes lecteurs …
Aujourd’hui, je reçois donc, pour reprendre en beauté, Maman Elfe !

 

Bonjour, Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Bien le bonjour, Messire.
Je me présente, Maman Elfe, 27 ans, deux yeux, deux oreilles, deux bras, deux mains, deux jambes, deux pieds et une bouche. Et deux-trois trucs en plus, trois fois rien.
Jeune blogueuse, je raconte ma vie à qui veut bien la lire, je cuisine et je bricole quelques bijoux. Et non, je n’ai pas encore inventé la journée de 48 heures mais si tu connais quelqu’un qui l’a fait, appelle moi. Mon numéro c’est le 06********.
Et OUI, je suis une elfe et je défie quiconque de me dire le contraire.
 

Quel niveau as-tu ?

Je suis niveau trois (oui, je veux pas non plus mettre mal à l’aise les femmes de l’assistance quoi). Mais je m’approche du niveau 4, méfiance… Quelqu’un dans l’assistance aurait-il une nouvelle tunique verte pour moi ?
 

As-tu des morveux ?

Pour l’instant, une Petite Elfe à mon actif. Plutôt morveuse en période de crise ou de dentskipoussent. Elle aura deux ans le 12 juin.

 

Des animaux (sans compter la mini-Elfe hein !) ?

Un lapin, une rate, 4 perruches, 1 kakariki, 20 phasmes et deux poules.
 

Que fais-tu de beau dans la vie ?

Dans la vie, je suis maman et éducatrice de gnomes pour la patrie. Ou bien maîtresse si tu préfères (mais pas pour les grands messieurs hein). On encore professeur des écoles. Les deux plus beaux métiers du monde, je les pratique. Et j’adore ça. Presque tous les jours, même.
 

Que penses-tu de l’allaitement ?

Ah, l’allaitement. *soupirs*. Ma plus belle expérience et mon plus gros échec. J’en pense que j’aurais aimé allaiter ma fille le plus longtemps possible, ne serait-ce que pour espérer la protéger de toutes mes conneries d’allergies.
Je suis pour l’allaitement à 3000%, pour tout un tas de raisons dont la première est que quand même on n’a pas trouvé mieux pour les bébés ! Après, d’un point de vue perso, j’ai trouvé ça super pratique, je pouvais partir quand je voulais y’avait toujours ce qu’il fallait. Ca a aussi sauvé bien des nuits et calmé bien des chagrins. J’ai aimé prolonger ma grossesse en douceur dans cet allaitement. J’ai aimé le lien créé avec ma fille à travers l’allaitement. Et quand j’ai été forcée d’arrêter, j’en ai pleuré et je peux te jurer que pendant des mois (à part en journée chez la nounou), personne n’a pu approcher ma fille pour lui donner à manger. J’étais incapable de laisser faire…
 

Pourquoi as-tu été forcée d’arrêter d’allaiter ?

Oh…je n’ai pas compris cette « erreur » de ma nature. Je perdais du poids, beaucoup de poids, j’arrivais à tirer très peu de lait au travail et ma fille mangeait de plus en plus. Ce n’était pas un pic de croissance, ça a duré plus de 2 mois avant que je comprenne… en fait mon corps a comme qui dirait dysfonctionné. Je mangeais correctement mais tout partait dans l’allaitement… Après avoir perdu 8 kilos, vu la courbe de ma fille complètement se stabiliser et la revoir téter toutes les heures ou deux sans prendre un gramme… j’ai du prendre l’horrible décision, pour notre santé à toutes les deux (tant physique que mentale d’ailleurs). J’ai gardé la tétée du matin et celle du soir, puis un mois plus tard, un soir, elle a repoussé mon sein et n’en a plus jamais voulu. Une page s’est tournée. Mais la prochaine fois que je serai mère, je ferai différemment, je chercherai du soutien auprès de la Leche League et je ne me laisserai pas faire !

 

Que penses-tu du portage ?

+1 !
Je porte souvent ma fille, je trouve que c’est normal de répondre à son besoin de proximité. Et arrive un moment où les bras lâchent… écharpe, puis Manduca. Mes meilleurs amis. D’ailleurs, quand ma fille était petite j’ai tout entendu sur le fait que je la portais beaucoup (trop aux yeux des gens). Et aujourd’hui, quand je la vois en société, eh bien je la trouve sacrément cool pour une gamine trop portée !
 

Que penses-tu du cododo ?

Je pense que c’est un truc magique. J’ai beaucoup pratiqué, quand ma fille venait de naître. Pendant 1 mois elle n’a dormi qu’avec moi. Sur moi, même. Un sein dans la bouche (au cas où je me serais sauvée). Ensuite elle a eu besoin de plus de calme pour mieux dormir et a intégré sa chambre. Mais dès qu’elle est malade, se réveille tôt, fait un gros cauchemar… je l’embarque dans mon lit et zou, c’est parti pour le cododo. D‘ailleurs, quand elle dort dans mon lit elle dort bien plus longtemps, maintenant. Comme quoi…
 

Pourquoi me suis-tu ?

Moi ? Je te suis ? Non je ne crois pas hein devant moi y’a personne.
Hum ? Pardon.
Je suis ton blog parce que déjà j’aime lire le point de vue d’un père, et alors d’un père hippie jte dis pas ! Tu dis ce que tu penses, avec une grande justesse et ça me plaît.
 

Comment as-tu connu le blog ?

C’est le côté obscur qui m’a emmenée chez toi !
 

Des projets particuliers ?

Mon premier projet c’est mon divorce. Comment ça je pourris l’ambiance ? Bon alors disons que mon premier projet est la reconstruction de ma vie sentimentale sur des bases saines.
Sinon j’ai aussi pour projet d’écrire, autre chose que des billets sur mon blog. Et ça, c’est en gestation.
 

Allez, je me transforme l’espace d’un instant en agence matrimoniale, t’as une annonce à passer ?

Je crois avoir trouvé l’elfe qui pourrait partager un bout du chemin avec moi, mais merci quand même.
 

Pour finir, la « Question qui sert à rien » : Fangorn ou Schlipak ?

T’es drôle, toi, ça c’est comme choisir entre glace menthe/chocolat ou violette. Ou bien entre punch coco ou hypocras. J’aime les deux, ça dépend des circonstances.
Quand j’ai envie de casser la figure à quelques hommes-poireaux je suis plutôt Schlipak, et quand je cherche un arbre à qui causer plutôt Fangorn. Mais en vrai je préfère la Lothlorien…

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Qui sont mes lecteurs (Episode 9: Steff)

9

Publié par Zhom | Classé dans Qui sont mes lecteurs ? | Publié le 29-11-2011

Vu que jeudi on mange des raviolis, l’interview c’est mardi.
Ce soir, je reçois donc Steff. Une gentille demoiselle qui me suit depuis un petit moment maintenant …
Elle peut paraître un peu folle, mais je vous rassure, ce n’est pas qu’une impression !

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Bien sur!! Moi, c’est Steff, du grec Stéphanouschkaïa « celle qui blogue maman »…
J’ai 22 ans………. Ok, c’est bon! ça va! j’ai 28 ans, on peut rien te cacher à toi.. pfffff

J’habite dans un trou paumé du Haut-Doubs, chémoi, c’est la campagne/montagne, où règnent les vaches, les saucisses de Morteau et les pneus neige.

Dans la vraie vie, je suis éducatrice de jeunes enfants, mais pour le moment je suis au ChomduArrêtMaladie. (je déconseille, ça rapporte pas une tune) Je me remet doucement d’une énième opération du cerveau. Par contre j’aurais cru qu’après ce trifouillage de cervelle, j’aurais peut-être gagné en intelligence, du genre « j’ai la bosse des maths », bah queudal, j’suis toujours une brêle en tables de multiplication! Sisi, 6×7=37, et 5×9=49…

Qu’est-ce qui t’a amenée à devenir EJE ?

Depuis toute petite, j’ai toujours eu envie de travailler avec les enfants.
En grandissant cette idée s’est rangée dans un coin de ma tête et puis j’ai tenté d’autres choses… Sans grand succès. Je suis vite revenu à ma première idée. J’ai donc tenté les concours. Qui sont, plus que balaises à avoir. Alors après avoir tenté nombre de concours dans différentes villes, je me suis inscrite dans une prépa aux concours, comme celle que fait GeekMama en ce moment (elle c’est pour passer les concours de moniteur éducateur). Donc pendant un an, j’ai bossé les écrits en intensif. Du genre une dissert’, une synthèse, un commentaire par semaine, plus les tests psychotechniques.. J’aurais du prendre des actions chez bic, parce qu’au rythme où j’usais mes stylos, ils ont du se faire un max de blé!!

Je pense que devenir EJE, c’était le vrai objectif de carrière que j’avais depuis toujours. Accompagner les enfants dans leur quotidien, tout comme accompagner leurs parents, c’est ce que j’apprécie. Qu’il s’agisse de travailler en crèche ou dans des structures accueillant des enfants en difficulté, j’aime réfléchir à comment les accueillir, à comment m’adapter à leurs besoins, les soutenir au quotidien, mettre en œuvre des projets avec eux.
Être EJE, c’est travailler en équipe, et c’est aussi ce que j’aime. J’ai besoin d’échanger, de réfléchir en commun, d’avancer en équipe autour d’un projet.

Quels sont les qualités pour faire un bon EJE ?

Je pense que pour être un bon EJE, il faut être responsable, savoir écouter et se rendre disponible pour pouvoir le faire correctement. Il est indispensable de savoir se remettre en question, savoir remettre en question ses pratiques. Il est plus qu’important de se sentir concerné, même investi par l’envie de répondre aux besoins de l’enfant et de ses parents.
Bon et accessoirement, si tu dessines, découpes, peins comme un enfant de petite section, laisses tomber.. Il faut quelques qualités artistiques. De plus, il faut être capable de supporter les cris stridents de 15 enfants qui ont décidés de voir qui crie le plus fort. Il est aussi important de ne pas aimer être bien sapé, genre, le vomis, le pipi, le caca, les crottes de nez, la peinture, les feutres (et j’en passe, ça salit beaucoup!). Et tu oublies aussi la jolie tite jupe, pas pratique quand tu passes du toboggan au accroupi, au « sous la table pour attraper le petit Brandon qui ne veut plus en sortir ».. etc

C’est un métier que tu conseillerai ?

Oui, c’est un métier que je conseille aux personnes qui ont envie de travailler aux contact des enfants, de travailler en équipe autour d’un projet commun. Pas à ceux qui disent qu’ils » aiment les enfants », à ceux là, je leur répondrai, « dans ce cas, faites des enfants, ne travaillez pas à leur services… »
Je conseille également à toutes les personnes qui aiment avoir dans la tête (tous les jours) une souris verte, ou petit escargot et qui le chante sans y faire attention dans les rayons du supermarché…

Ça te dirai d’éduquer ma fille ? Parce qu’en ce moment elle est un peu relou quoi …

Compliqué de soutenir les parents dans leur quotidien. Je ne me revendique pas meilleure qu’eux. Je pense que mon rôle d’éducatrice est de soutenir les parents dans leur difficultés, de leur donner des pistes de réflexion, d’apporter un regard nouveau sur leur enfant, souvent de faire le relais avec leur enfant. Mais en aucun cas d’éduquer leur enfant. Je pense que c’est le rôle du parent. Bien sûr, cela ne s’applique pas avec les enfants placés en foyer par exemple. L’EJE y a forcément un rôle éducatif beaucoup plus prononcé puisqu’il est le référent au quotidien de l’enfant. Mais si il y a des parents, je n’outrepasse pas mon statut et suis uniquement là pour soutenir et accompagner…
Mais si tu veux du soutien pour « mater » ta fille et lui apprendre qui c’est-y qui commande, mordel de berde!! je suis dispo!! ^^

As-tu des morveux ?

J’ai une tite Morveuse d’amour oui, sur mon blog son pseudo c’est MiniMinounette, mais en fait son ti nom, c’est Capucine. Elle va avoir 22 mois.

D’autres mini vous en préparation ou en projet ?

Nous avons pour projet un mini nous, oui, mas pas pour tout de suite, même si nous en avons déjà envie depuis quelques mois. Mais avec la maladie, je ne peux pas pour le moment me risquer à une grossesse. Je préfère attendre les résultats de la prochaine IRM pour savoir si nous pouvons nous lancer! J’espère que tout sera positif et que nous pourrons nous lancer dans cette nouvelle aventure!! J’espère aussi que les neurochirurgiens me permettront d’accoucher normalement et que j’éviterais la césarienne (programmée par principe de précaution pour éviter tout nouvel AVC).

Que penses-tu de l’allaitement ?

Je suis complètement contre!!! C’est trop bizarre d’allaiter!!

Nannnnnnnn, j’déconne!! J’allaite toujours Capucine et j’espère que ça va encore durer longtemps. Je rêve d’un allaitement long et surtout d’un co-allaitement si la grossesse n’induit pas un sevrage.

Pour moi l’allaitement, je te l’avoue, c’est un peu un combat chaque jour. Pas face à des difficultés d’allaitement du genre, crevasse, engorgement ou baisse de lait, mais face au monde et toutes les personnes qui chaque jour me demandent quand je vais arrêter d’allaiter.
Je passe tous les clichés que j’ai du me coltiner au quotidien sur l’allaitement.

Alors je ne suis pas pour autant une extrémiste du nichon, mais je suis tout de même engagée dans la valorisation de l’allaitement. Que ce soit auprès des mamans qui allaitent au travers de soutien à l’allaitement et le marrainage, ou que ce soit lors de discussions « gueguerrique » nichon VS biberons (Mais ça, pas trop souvent, sinon après j’suis vénère et c’est pas bon pour ma tension et mon équilibre mental!!).

Que penses-tu du portage ?

Le portage pour moi, ça va avec l’allaitement. C’est un indispensable du maternage proximal dans lequel je me retrouve complètement.
Que ce soit le portage en écharpe ou le portage tout court. Oui, simplement porter son enfant. Parce qu’il en a besoin, sans penser qu’il va s’y habituer, mais surtout parce que c’est un vrai bonheur!!

Que penses-tu du cododo ?

Le cododo?? C’est notre quotidien, notre joie! Chaque soir quand on s’endort tous les trois on se dit la chance qu’on a de vivre ça. De sentir notre fille lâcher prise dans nos bras. Sentir son souffle, l’entendre dormir. Et dire que plein de parents ne vivrons jamais ça juste par principe!
Pour moi le cododo, c’est la logique, après neuf mois de proximité intense, il me paraissait inconcevable de poser mon bébé dans un lit loin de moi.
Alors comme pour l’allaitement,on subit de nombreuses remarques au quotidien, du genre, le lit des parents c’est sexuel, blablabla, vous réussirez jamais à la sortir de votre lit blabla.. Je ne me fatigue plus à répondre, mais parfois j’ai du mal à vivre les naissances et l’accueil que font mes amis à leurs enfants. Première nuit à la pouponnière, retour à la maison, hop hop hop dans ton lit, et si ta couche est propre, que tu n’as plus faim que ton rot est fait, et bien tu pleureras un peu… J’ai du mal à ne pas penser à ce petit bébé qui aurait tant besoin de proximité physique. Enfin je me soigne!! Et surtout je ferme ma grande bouche!!! (ndlr: J’ai l’impression de parler à ma femme là)



Pourquoi me suis-tu ?

Parce que tu es le premier Papa qui tient un blog qui me plaît. En accord avec mes principes de vie. Je pense que dans la vraie vie, nos deux familles pourrait passer de supers moments ensembles.
J’aime ta façon d’écrire, et les sujets que tu abordes! Et j’aime la Morveuse, la Madeleine et le ti Morveux!!

Comment as-tu connu le blog ?

Je suis arrivée chez toi grâce à Marie des Mamans testent (que je love grave!! Marie si tu me regarde!!^^^), elle a publié un matin le lien vers ton blog, j’y suis allé et j’ai liké et depuis je ne t’ai pas quitté!!

Pour finir, tu adopterai plutôt une castor, un canard, une loutre ou carrément un ornithorynque ?

Je peux avoir les 4 ?? Par contre j’ai un petit doute, ça fait des cacas qui puent ces bêtes là? non? Parce qu’à la maison j’ai déjà, chien, lapin et bébé, et j’avoue qu’au niveau Pêche qui daube, on est déjà servi.. (amis de la poésie bonsoir!!)

NDLR: Seule chose que je lui reproche, c’est d’avoir tatoué sa fille à son jeune âge …

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Qui sont mes lecteurs ? (Episode 8: GeekMaMa)

11

Publié par Zhom | Classé dans Qui sont mes lecteurs ? | Publié le 28-09-2011

Dans l’interview d’aujourd’hui: GeekMaMaaaaaaaaaaaaaaaaaa !

 

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Non. D’autres Questions ?….
Rho mais je rigole ! Je suis une jeune maman de 23 ans, qui ne se prend pas au sérieux ! J’ai une « tête d’ange » donc on ne peut pas imaginer ce qui va suivre :
Je suis très rock’n'roll et un peu (trop) geek depuis sa tendre enfance (je jouais au tétris et a socoban sur TO16 à 5 ans et puis au Roi Lion sur windows 95). Mais c’est dans les gènes, on est geek de famille ! C’est donc tout naturellement que je suis avec un GeekPaPa ! Nous sommes ensemble depuis presque 5 ans et demi, et on s’est rencontré sur le net. J’habite à côté de Lille dans le Nord, je n’ai pas l’accent ch’ti et je ne mange pas de maroilles au petit dej, je vous le promets !
Je suis musicienne depuis l’age de 6 ans, mais j’avoue que ces derniers temps je joue moins… J’ai fait parti d’un groupe de black métal pendant 1 mois il y a 5 ans, c’était catastrophique, en répétition, j’étais avec 5 mecs dans une cave, ca puait la bière et c’était glauque, je me suis vite barrée ! :D
Professionnellement, j’étais téléconseillère pendant près de 2 ans dans différentes boites, des assurances vies en passant par le journal local, les abonnements Anal +, ou encore la VPC chez les 3 cloches… Donc oui, c’était moi la potiche du tel qui « comprends mais qui ne peut rien pour vous et qu’il faut rappeler le bon service » ou encore celle qui vous appelle « juste comme ça » et propose finalement un abonnement ou une nouvelle assurance… :D
Mais cette page est tournée, j’ai fait le choix de m’occuper de ma fille pendant ses 10 premiers mois, et je vais bientôt (j’espère) commencer une prépa pour passer le concours de moniteur-éducateur. Donc précisément, je reprends les études! :)
Sinon suis curieuse par nature, je veux toujours en savoir plus sur tout, j’aime maîtriser la plupart des sujets que j’aborde sur mon blog ou encore IRL. Ce qui parfois me fait défaut, car je suis tellement « sur informée » sur certains sujets comme l’allaitement, la CNV, le maquillage (sisi !) que je ne comprends pas qu’on puisse ne « pas savoir » le minimum… J’ai donc des discours parfois très radicaux, mais ce n’est jamais méchant (oh lala ! pas du tout !) Mais en même temps, je suis très ouverte d’esprit et très tolérante (difficile à croire parfois, je sais !)… D’ailleurs je vois que tu as choisi les bonnes questions pour la suite ! lol :D

 

As-tu des morveux ?

J’ai une fille de 10 mois et… 2 chats ! j’aimerai bien avoir d’autres enfants plus tard quand même, mais si je veux poursuivre mes études, pas avant 3 ou 4 ans… (c’est loin !!!)

 

T’étais une téléconseillère du genre « Je suis pas intéressé ! OK au revoir » ou « Je suis pas intéressé ! Oui mais vous savez que … » ?

Alors ce qu’il faut savoir, c’est que le libre arbitre dans ce job, tu le laisses chez toi. donc on est soumis à des règles au téléphone, on est obligé d’argumenter jusqu’à 3 objections de la part du client. si au bout de 3 y’a rien a faire, tu raccroches. On a une pression énorme avec une obligation de résultat. je devais faire 3 ventes de l’heure , en fonction du produit c’était plus ou moins facile. parfois j’en faisais 5 ou 6 en une heure. ( minimum 10 appels « argumentés » de l’heure, je ne parle pas de ceux qui raccrochent au nez ou les répondeurs). Donc ça dépend, parfois, selon le produit, c’était « bonjour, t’en veux ? non ? au revoir » sinon j’avais des appels qui duraient parfois 45 minutes…. pour rien. et en réclamation, le temps de communication est surveillé : 3 mn 50 par appel en VPC et chez anal + c’était 2 mn 50 maxi sinon, le compteur clignotait rouge. Ah oui! et au bout de 30 mn de comm, ca raccrochait automatiquement ! quelle connerie ! Donc je rappelais derrière….moi… ce qui n’est pas le cas de tout les Téléconseillers !
Enfin me concernant, j’aimais prendre mon temps avec les clients et j’étais assez humaine. Je parlais normalement et je blaguais… :p Et je m’en fichais si j’étais écoutée à ce moment là .. (oui, car on est écouté en direct puis noté sur 20 et a partir de là, tu sais si t’as une prime ou un avertissement).
C’est un job très fatiguant, chez Anal + j’avais a peine le temps de reprendre ma respiration ou boire de l’eau qu’un appel arrivait tout seul… (oui car on ne choisit pas de décrocher ou non. ca vient automatiquement.) Je suis devenue folle là bas, je ne supportais pas de voir une pub avec les rennes à la télé, j’avais une rage qui montait en moi a chaque fois ! lol …. Je suis finalement partie du jour au lendemain, sans rien dire à personne. (enfin, je suis partie avec une ambulance en fait… j’avais fait un petit malaise… bon prétexte pour s’évader…)
Si je peux vous filer un petit tuyau en passant : si vous ne voulez pas parler à un télévendeur, dites  » Je suis sous tutelle ». vous serez alors « jeté » et on ne vous rappellera plus ;)

 

Qui dit Geek, dit PC. Qui dit PC, dit Internet. Qui dit Internet, dit Danger pour les petits …
Comment comptes-tu protéger ta fille d’Internet quand elle va commencer à s’y intéresser ?

En lui expliquant tout simplement les risques qu’internet comporte. Elle n’aura pas de pc dans sa chambre et elle ira sur internet « sous surveillance ». J’entends par là, jeter un coup d’oeil de temps en temps, mais tout en respectant sa vie privée.. (enfin, moi j’imagine ça quand elle aura 15 ans…), après je pense qu’avant cet age là, a part pour les recherches, et les jeux sur les sites pour enfants, il n’y a pas lieu d’aller sur internet ! Hey ! moi avant mes 15 ans, je faisais mes recherches dans mes Encyclopédies ! :D

 

Que penses-tu de l’allaitement ?

Ahahah ! Difficile d’émettre un avis neutre mais je vais faire un effort et « raconter mon expérience », après tout, je suis là pour ça non ?
Donc on va tout reprendre depuis le début :
Ma mère m’a allaité 4 mois. Ma soeur a allaité ses deux bébés 8 mois pour l’un et 10 mois pour l’autre. Donc autant dire que je savais qu’il fallait allaiter, mais je n’avais pas d’avis, je m’en foutais puisque je n’étais pas concernée. Et pour moi, les allaitements « longs » me paraissaient la norme ( 8 ou 10 mois). Mais ma soeur a eu d’énormes crevasses avec son dernier allaitement, et ca m’a traumatisée de la voir souffrir, donc pour moi, l’allaitement, c’était niet de chez niet !
J’ai soutenu cela jusqu’à ce que je me retrouve enceinte… Et là, ce fut la révélation ( GeekPaPa voulait que j’allaite « au moins » les 6 premiers mois). Donc j’allais allaiter, c’était décidé.
Et je suis devenue très radicale et presque intolérante à un moment donné… je consultais les forums pro-allaitants qui descendaient en flèche le biberon, alors forcement on se laisse un peu entraîner dans tout ces délires… même si le LA c’est pas ce qu’il y a de mieux de toute façon.
J’ai eu une césarienne, donc ma montée de lait a été retardée de quelques heures, ma fille a été complétée au LA 2 ou 3 fois quelques millilitres en plus de l’allaitement. J’ai été très bien soutenue à la maternité, on m’a mit presque la pression.. comme si j’en avais besoin… j’étais très motivée pour allaiter, je m’étais mis une pression énorme, presque étouffante. En gros, si mon allaitement ne marchait pas, j’allais être un mauvaise mère qui ne n’est pas donné les moyens pour réussir.. Vous voyez un peu le délire ?
Donc mon allaitement est en route et à 1 mois et demi, la pression explose. J’ai des crevasses à chaque seins, incapable d’allaiter…. je pleure, j’ai très très mal… pendant 24h, je tire mon lait que je donne au biberon pour éviter de me faire trop mal. La pression est plus forte que jamais, je ne peux pas arrêter cet allaitement. Je me suis accrochée (seule) et en 1 semaine, c’était réglé.
Aujourd’hui, j’allaite encore. j’étais partie pour 6 mois… après j’ai pensé 1 an… aujourd’hui, je me dis « jusqu’à la fin de l’hiver »…
Conclusion : Si on veut vraiment allaiter, on le peut… et relâchez la pression, c’est pire que mieux… arrêtez de lire les forums et autre. C’est ce que j’ai fais, et OUF,c’est fout comme je me sens bien dans ma peau !
Sinon, dans la vie quotidienne, je n’ai pas de réflexions particulières, et c’est tant mieux !

 

Que penses-tu du portage ?

Je porte ma fille depuis sa naissance ! Avec un Mei Tai, et depuis peu, un ring sling. J’adore ça, c’est très pratique. Pareil, j’ai découvert le portage avec ma soeur qui avait une echarpe en sergé croisé pour son premier, et pour sa fille qui été une vraie glue avec elle, elle a utilisé un pagne (à l’africaine!)
Bref, le portage, c’est top :) … Je comprends pas qu’on puisse penser le contraire et qu’on puisse prôner le portage non physio… faut être fou quand même… Pour moi c’est comme si le fait de porter ses chaussures à l’envers c’était ce qu’il y avait de mieux !

 

Que penses-tu du cododo ?

J’ emmets quelques réserves sur le cododo… Je ne suis ni pour ni contre, du moment qu’il y a un équilibre. Je n’ai jamais pratiqué le cododo avec ma fille, ça ne fonctionne pas, on n’a pas trouvé notre confort, et aujourd’hui, si elle vient dans notre lit, elle fait la folle et nous empêche de dormir ! (testé il y a deux semaines, j’étais seule cette nuit là : c’était la fête du slip !).
Donc chez nous, chacun dans son lit, dans sa chambre, on est bien comme ça. De toute façon, elle sait que dès qu’elle chouine, j’arrive dans la minute.
Je vais encore parler de ma soeur : Elle a pratiqué le cododo avec sa fille, car elle était très très demandeuse, elle ne pouvait pas dormir seule. Donc ma soeur s’est retrouvée « coincée » pendant longtemps. Aujourd’hui, sa fille a 4 ans, elle dort dans son lit, mais a toujours besoin de s’endormir avec sa maman. Ma soeur répond à ses besoins mais ne cache pas le fait que ca la saoule un peu lol.
Donc cododo, bof pour moi, mais je ne résiste pas aux grasses mat dans le lit tout les trois :) pour moi, ça n’est pas du cododo…

 

Pourquoi me suis-tu ?

Mais, mais….je te suis pas ! je… je passais par là juste ! *regarde ailleurs*
Bon, en vrai, je te suis parce que c’est cool des papa blogueurs ! on n’en a pas beaucoup ! il faut les suivre et les bichonner !
(je suis en pleine négociation avec GeekPaPa pour qu’il fasse des petites interventions sur mon blog ! C’est presque à point !)

 

Comment as-tu connu le blog ?

Et bien j’ai connu le blog sur Facebook au départ ! et puis je me suis dit qu’il fallait que je te déclare ma flamme, j’ai donc cliqué sur « j’aime »…. et depuis, je t’aime, je ne peux plus me passer de touah Zhom ! :D

 

Ta fille a-t-elle déjà son laptop Vtech ?

Non ! elle a plein de livre par contre ! :D

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Qui sont mes lecteurs ? (Episode 7: Lady and Bab(y)i)

5

Publié par Zhom | Classé dans Qui sont mes lecteurs ? | Publié le 21-09-2011

Aujourd’hui, on reçoit Anna, alias Lady and Bab(y)i !

 

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Alors je suis Anna ou Lady comme tu veux ! J’ai repris mon boulot de coiffeuse à mi temps il y a quelques semaines ! Je bosse sur deux jours ce qui me permet d’avoir du temps pour le Babi, et le blog !

 

Quel âge as-tu ?

26 ans depuis Lundi !!

 

As-tu des morveux ?

Et oui un morveux de 19 mois !

 

Qu’est-ce qui te passionnes dans la vie (à part le Babi) ?

Ce qui me passionne hum…le shopping, la mode, les sacs à mains, le maquillage et les vernis à ongle….une vraie fifille quoi !

 

Pas trop dur de reprendre le travail ?

Nan super cool ! Je suis super heureuse de retrouver mes clients, mes collègues ! L’ambiance ! Et puis ça me fait une activité en dehors du Babi !

 

T’as choisi de devenir coiffeuse en coiffant tes Barbies ou ça t’es venu plus tard ?

J’ai toujours aimé coiffer mes Barbies mais c’est a 19 ans après deux années de fac que j’ai décidé de faire coiffure ! La fac c’était par pour moi ! Un jour je regardais un reportage sur le célèbre coiffeur Franck Provost, et à la seconde j’ai su que c’était ce que je voulais faire !

 

Le Babi doit être super bien coiffé alors ?

Ouais il a le droit à sa coupe tous les 2 mois !

 

Que penses-tu de l’allaitement ?

Et bien je trouve ça super…et je suis admirative en fait, de toutes les femmes qui allaitent. Sûrement parce ce que mon allaitement s’est mal passé et a du être écourter au bout de 2 jours pour des raisons médicales. Je pourrais développer ça dans une autre interview peut-être ? ;)

 

Tu peux développer dès maintenant ;)

Et bien j’ai une maladie de peau qui fait qu’elle est super fragile, et l’allaitement m’a provoquée des cloques dés le 1er jours, et quand le Babi tétait cela me faisait des douleurs, mais insupportable. Je pleurais de douleur. J’ai pris la décision de passer au LA et ce fut très dur ! Je crois que ça restera toujours une blessure en moi !! Peut-être que pour le deuxième je ferais autrement, peut-être que je verrai une conseillère en lactation, et mettrai des embouts. On verra bien, malheureusement avec ma peau il y a peu de chance que cela fonctionne sur du long terme !

 

Que penses-tu du portage ?

Je suis pour, j’ai beaucoup porté le Babi quand il était tout bébé. J’avais une écharpe tricot slen et j’adorais le porter contre moi ! Et ca me permettait de le calmer quand il pleurait, et moi de vadrouiller à mes occupations ! J’ai quand même réussi à faire un cheesecake (et la vaisselle qui va avec) avec le Babi en écharpe ! Si si jte jure !!

 

Que penses-tu du cododo ?

Et ben pour aussi !! On l’a beaucoup pratiqué quand Babi était bébé ! Il dormait dans un berceau à côté du notre, mais si il ne se rendormait pas après le biberon, ou bien si il avait des coliques, ou bien juste pour le plaisir, il dormait entre nous…le bonheur ! Maintenant il ne veut plus ! Sauf si vraiment il est malade ou si il manifeste le désire ! Sinon il veut jouer et non dormir !

 

Si un jour le Babi te demande un chien ?

Euh… je lui répondrais « Quand maman sera très riche et qu’on aura une immense maison !!! »

 

Pourquoi me suis-tu ?

Parce ce que j’aime beaucoup ce que tu fais, la page, le blog toussa toussa ! Vous êtes une jolie petite famille toi, ta madeleine, la morveuse et le petit morveux à venir !!

 

Comment as-tu connu le blog ?

Par la maman du P’tit Pois !

 

Qu’est-ce qui t’a motivé à faire ton blog ?

J’adore écrire ! Et puis je voulais aussi une autre occupation ! Et la maman du P’tit Pois m’a poussée à me lancer et je regrette pas !!

 

La pochette bleue avec la chaînette dorée, c’est à toi ou au Babi ?

A moi voyons ;)

 

 

 
.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Qui sont mes lecteurs ? (Episode 6: Papa-Coule)

15

Publié par Zhom | Classé dans Qui sont mes lecteurs ? | Publié le 14-09-2011

Aujourd’hui, une nouvelle interview. On a fait pas mal de mamans ces derniers temps, au tour d’un papa, blogueur de surcroît …
J’ai nommé Papa-Coule.

 

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je suis Papa-Coule, un jeune papa cool/poule de 25 ans qui recherche actuellement un emploi. Pour ce qui est des occupations, je suis « un peu » geek sur les bords. Je passe mon temps à regarder des séries, à créer des sites internet, à lire des blogs, à pratiquer le jeu de rôle, et jouer à quelques jeux-vidéo… enfin… quand je ne suis pas avec ma petite ou qu’elle dort. Sinon c’est pate à modeler, peinture, dessin, balançoire, toboggan, balade dans des parcs et j’en passe. Bref un papa assez actif mais quelque peu procrastinateur en ce moment.
Vous découvrirez que je suis un homme très tolérant. A partir du moment ou une personne fait quelque chose pour le bien de son enfant, je tente de comprendre pourquoi il fait ça différemment, sans le juger. Je vous dis ça parce que vu les questions qui vont suivre, je ne serais pas forcément du même avis que les lecteurs !

 

Vu que tu cherches du boulot, je te propose de passer ton annonce …

Oh c’est gentil ça. Je recherche tout boulot de 35h/38h à horaire fixe, dans les alentours de Mont-de-Marsan. Pas forcément dans l’informatique (j’étais développeur web). Disons que j’ai revu mes objectifs, mon but est de passer un maximum de temps avec Marmotte tout en travaillant pour ramener un salaire quand même. Du coup, un boulot pas trop loin de la maison, avec des horaires classiques ça me va.

 

Combien as-tu de morveux ?

Des morveux ?! UNE morveuse pour parler le Zhom. Si je devrais la décrire, il faudrait étaler ton interview sur plusieurs billets ! Bref, je ne serais pas original et je dirais juste qu’elle est TOUT pour moi et que je ferais tout pour lui donner le meilleur avenir que je puisse lui offrir.
C’est une petite chipie de 2 ans (et demi) qui aime passer son temps à jouer tout en regardant Winnie, Hello Kitty (Oui désolé… j’ai osé lui montrer « une fois » un dessin animé… elle ne le lâche plus), ou encore « Princesse-Grenouille » comme elle la nomme. Elle est assez timide, elle n’ira pas vers les personnes si elle ne les connait pas et restera plaquée contre son « Papou » pendant quelques minutes. Par la suite tout ira bien mieux. Elle a un fort caractère qu’elle tente de m’imposer parfois… malheureusement pour elle, je ne lâche rien.
Elle est une petite fille très polie et vraiment pas difficile à garder. Elle dort même 12h par nuit (détestez moiiiii !!!). Bref je n’ai vraiment pas à m’en plaindre.

 

As-tu un mode de garde de secours si tu trouves un boulot ?

Marmotte a une nounou depuis 1 an. Ca me permet de pouvoir travailler la journée, ou faire les courses, le ménage… Afin de pouvoir m’occuper pleinement d’elle une fois à la maison. Elle fait des journées de 10h à 17h. Quand je reprendrai le boulot elle ira un peu plus.
J’ai décidé de la garder pour assurer le coup si je trouve un boulot « demain ».
Sinon j’ai mes parents qui sont à 15km de chez moi du coup… c’est aussi un mode de garde de secours.

 

C’est donc toi qui t’occupes principalement de ta Marmotte, comment se présente un emploi du temps de Papa Solo ?

En ce moment, étant au chômage, ce n’est pas bien méchant. Marmotte va chez la nounou le matin à 10h donc je me lève à 9h pour me préparer et préparer ses affaires. Vers 9h15 je la réveille, l’habille, la coiffe, et je la prends un peu avec moi, soit à papoter, soit devant la télé, le temps qu’elle boive son biberon. On traine un peu tous les deux et à 9h55 on décolle pour chez nounou. Ensuite je rentre et je vois ce que j’ai à faire. Je bosse un peu en tant qu’auto-entrepreneur parfois. Le soir, je la récupère vers 17h et on rentre pour jouer/peindre/« patamodeler »… ou aller voir les grands parents. Elle se couche vers 21h et me fait une belle nuit jusqu’au lendemain 9h15 !

 

Comment vis-tu les moments où tu la laisses avec sa mère ?

C’est compliqué. J’ai deux réponses opposées qui me viennent en tête.
Je suis vraiment triste quand elle est loin de moi. Et c’est de plus en plus fort avec les jours qui passent. Même si je la vois souvent en webcam, ce n’est pas facile de ne pas pouvoir maitriser ce qu’elle fait. De ne pas avoir son mot à donner.
D’un autre côté, je me force à sortir, à voir beaucoup de monde. Généralement je surcharge mon emploi du temps ces semaines là pour ne pas avoir à rester seul à la maison. Mes amis le savent et généralement m’aident beaucoup dans ces moments. Du coup, ce sont quand même de bons moments que je passe avec eux.
Du coup souvent, le plus difficile est quand je rentre chez moi, le soir… il y a comme un vide. Je ne vais pas m’en plaindre, j’ai la chance d’avoir ma Marmotte tous les autres jours avec moi… mais ça reste des périodes que je déteste.

 

Que penses-tu de l’allaitement ?

L’allaitement sera un sujet que j’aborderai dans un billet. C’est toujours délicat d’en parler sans se mettre une partie du lectorat à dos. Je suis totalement pour l’allaitement, c’est une évidence. Si la mère en a l’envie et la possibilité.
Pour tout vous dire, Marmotte ne fut pas un bébé allaité. Sa maman n’avait pas spécialement l’envie pendant la grossesse, et à quelques semaines d’accoucher elle a changé d’avis. J’étais heureux car c’est ce que je voulais aussi pour ma fille (mais je ne voulais pas que la maman le fasse à contrecœur). Du coup, elle commença à allaiter Marmotte, mais la douleur ajouté au fait que Marmotte était un petit ventre sur patte qui ne savait pas « bien téter » (mauvais positionnement de la bouche et personne de compétent pour lui montrer comment faire), il était très difficile de la nourrir par ce biais. Du coup on nous conseilla vite de la compléter avec du LA… et nous, jeunes parents en apprentissage, nous acceptions pensant que c’était le mieux pour notre fille. Au bout de 5 jours… nous attaquions définitivement les biberons de LA.
Vous comprendrez, avec le recul je suis un peu triste par rapport à ça. Si je devais avoir un autre enfant j’imposerai plus mes choix au personnel soignant qui ne dit pas que des bonnes choses… loin de là. Maintenant, je me dis que j’ai pu participer un peu plus, j’ai pu nourrir ma fille au biberon et j’ai passé de très bons moments avec elle.
Je suis donc pour l’allaitement, et je trouve ça vraiment magnifique, mais je ne forcerai pas quelqu’un qui ne le désire pas à le faire. Et surtout, je laisse libre chacun de ses choix. Ce n’est pas, pour moi, être un mauvais parent de vouloir (ou de devoir) nourrir son enfant au biberon.

 

Que penses-tu du portage ?

J’adoooooooooooooore, j’adore, j’adore !!! Je l’ai même pratiqué avec un porte bébé. J’aurai aimé que quelqu’un me montre comment le pratiquer avec une écharpe de portage… J’aurai pu demander à ma mère mais je ne l’ai pas fait, je ne sais pas vraiment pourquoi. Bref, je trouve ça génial. FEF ne l’a quasiment pas pratiqué, par peur que la petite ne tienne pas ou par peur d’avoir mal au dos… je ça trouve dommage. Ca aide à tisser les liens avec l’enfant.
Puis… avoir ses deux mains pour bosser tout en ayant contre vous votre enfant, c’est juste parfait !

 

Que penses-tu du cododo ?

Alors le cododo je ne l’ai pas pratiqué. Pour qu’elle raison ? Parce que je n’en avait pas vraiment entendu parler avant de me mettre aux blogs (Mais d’où sort-il ce Papa Coule ???). Alors bien évidemment, je me suis demandé si je devrais faire dormir ma fille avec nous, mais je vous avouerai que j’avais peur que la séparation par la suite soit très difficile. Que Marmotte ne veuille plus se coucher dans son propre lit par la suite. Donc je n’ai pas voulu le pratiquer. Et je ne le regrette pas même si j’arrive à comprendre les parents qui le pratique. Si à l’avenir j’ai un autre enfant, ça se décidera avec la maman mais je suis pas spécialement pour.

 

Pourquoi me suis-tu ?

Parce que je te kiffe ! En fait je trouve tout ce que dis très intéressant. Tu as souvent un avis très tranché que tu nous présentes et qui donne envie de te suivre parfois. Quelqu’un de très sympa que j’ai réellement envie de rencontrer (comme toutes mes brêles). Puis il y a aussi le côté « tu es un papa blogueur » ce qui est rare hein ?!
Donc un peu de tout ça qui fait que tu es le Zhom de la situation et que je dois absolument lire tous tes articles !

 

Comment as-tu connu le blog ?

Alors en trois étapes ! J’aimais bien les blogs BD et je suis tombé sur le blog de Nathalie Jomard qui a un style très affirmé que j’aime beaucoup. Par la suite je suis tombé sur McMaman qui a un style tout aussi affirmé, le dessin en moins mais qui fait des billets de qualité que j’aime lire. Avant de me faire lapider, je précise que chacun pense ce qu’il veut du « personnage qu’elle met en scène » sur Facebook et même si je n’apprécie pas certaines remarques, je continue de suivre ces billets du blog. Pour en revenir à nos moutons, je suis tombé sur un commentaire que tu avais laissé sur sa page et j’ai directement « sauté sur ton blog ».
Par la suite il en a découlé l’envie de parler « comme toi » de ma position de père. Mais j’ai attendu un peu. FEF ayant quitté le domicile, j’ai trouvé « coule » de parler du « papa-solo » que je suis. Et voilà, si je suis là c’est un peu grâce à toi.

 

J’ai le voisin du cousin du collègue de boulot de mon oncle qui a cramé une résistance sur sa carte mère, j’peux te déposer son PC quand ?

S’il ne veut pas le récupérer, passe demain, sinon je ne suis pas là, j’ai poney aquatique !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Qui sont mes lecteurs (Episode 5: Emeline, Maicresse)

17

Publié par Zhom | Classé dans Qui sont mes lecteurs ? | Publié le 02-09-2011

Dans la dernière interview, j’ai reçu Dark Maman avec qui on a parlé entre autres d’école à la maison.
En opposition aujourd’hui, on accueillera Emeline, Maicresse des colles.
Vous avez attendu cet article, et vous allez comprendre pourquoi: Emeline aime raconter sa vie ^^

 

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Quelques seulement?!? Ça va pas être facile ^^! Je suis une grande fille de 36 étés, fraîchement mariée mais amoureuse depuis 14 ans. C’est à cause de mon mari que je suis ardennaise d’adoption et avec un accent quasi belge :S … Qu’on est bête quand on est amoureuse !

Je suis en congé parental de 6 mois mais le 19/09 je remettrai mon costume de Super Maîtresse (j’oblige mes élèves à me dire « merci Super Maîtresse » quand je réussis à ouvrir le pot de colle récalcitrant ou la fermeture Éclair rebelle: ils adorent et moi aussi ^^). Je me suis beaucoup investie dans mon métier au début de ma carrière mais une inspection pourrie, une enfant et un peu d’expérience plus tard, je me suis résolue à le considérer comme un métier et non un sacerdoce.

Ça ne veut pas dire que je ne m’éclate pas en classe mais je tente de faire la part des choses. Je suis aussi moins investie car, hormis la 1ère année où j’ai eu MA classe, je décharge des collègues: je prends leur classe un jour par semaine (mais je reviens dans les mêmes écoles chaque semaine), parce qu’ils sont directeurs ou qu’ils/elles ne travaillent qu’à 80% pour élevage d’enfant(s), comme moi. Ce n’est pas forcément désagréable de changer d’école, de classe et de niveau (MS/GS un jour, CM1/CM2 le lendemain!) tous les jours mais j’espère que la fin de mon temps partiel (dans 3 ans) coïncidera avec ma titularisation sur une classe (un CP ou un GS/CP siouplait!).

Notre vision du métier a aussi beaucoup changé depuis quelques années, et certaines élections, puisque mon mari et moi (oui oui, on est un couple d’instits en plus! mais on ne va pas en vacances dans des camps d’instits naturistes du Larzac, hein ^^) nous nous sommes aussi engagés, en plus de notre vocation, pour le service public (et non pour les vacances ou pour changer des couches en maternelle, merci nos ministres de tutelle! Quand on veut tuer son chien…). Pour l’instant je ne suis pas encore passée de l’autre côté mais cette dégradation me donne chaque jour plus envie de m’engager politiquement: le jour où je me présente, je vous tiens au courant bien sûr ;) . Moi j’ai plein d’idées et de projets pour mes élèves mais à 35 par classe, c’est pas possible, quoi qu’en dise Luc Châtel.

Je suis encore l’aînée de 4 filles et mon père s’appelle Marc :) Mes sœurs tiennent une grande place dans ma vie et nos divergences diverses et variées ne nous empêchent pas d’être très soudées: mon grand regret c’est qu’elles soient toutes loin de moi. C’est un peu beaucoup grâce à elles que je suis devenue accro à facebook, pour être le plus souvent possible en contact.

Bon ben voilà. Quelques lignes. T’avais qu’à préciser un maximum! :o ) Et pis de toute façon, je vais continuer à parler de moi, pas plus tard qu’à la prochaine question!

 

As-tu des morveux ?

Et comment! 2 morveuses! L’aînée de 3 ans et 3 mois est en plein terrific three après être passée par la case terrible two (sinon, ça serait pas drôle) et la seconde vient d’avoir tranquillou ses 8 mois. J’ai vraiment profité de l’arrivée de ce 2ème bébé pour me poser et profiter, sans être tout le temps angoissée par la mort subite du nourrisson et autres joyeusetés. Faire un 1er bébé « tard », l’attendre un an (ah! la psychologie!) me donnait l’impression qu’il ne fallait pas qu’il arrive quoique ce soit à ma fille durant la grossesse et ses premiers mois, parce que je n’aurais peut-être pas la chance (et le moral) d’avoir un autre bébé. Ce n’était pas totalement déraisonnable de ma part car une semaine après être rentrées de la maternité, nous avons dû retourner à l’hôpital 3 jours, pour une bête rhino-conjonctivite qui avait affaibli notre bébé sans qu’on s’en rende compte. Le personnel de pédiatrie a été très chouette car personne n’a jamais mis en cause l’allaitement (ce qui n’était pas forcément le cas dans mon entourage) et, dès que les antibiotiques ont agi, tout est revenu à la normale. Pour ma 2ème grossesse, j’étais résolue à être zen et à le rester: ça n’a pas été simple pendant la période « diabète de grossesse », ni les 24h qui ont suivi l’accouchement où j’étais limite en état de choc parce que je n’étais pas, mais PAS DU TOUT, préparée à accoucher sans péri ^^ et pourtant, tout le monde rêverait d’accoucher comme moi! Mais ça m’a paru surréaliste, dans le sens « c’est pas possible que j’l'ai fait! »! Sinon, avant et depuis, j’ai tenu mon pari :o ) Par contre, paradoxalement, je trouve que je vois moins passer le temps!!!

Grâce à mes morveuses, j’ai aussi une (petite) vie sur le net puisque je co-anime avec mon mari (mais en vrai c’est moi qui fait tout le boulot! C’est donc normal qu’il se tape les courses!) les blogs de nos filles: on les a créés d’abord pour tenir au courant notre nombreuse famille et nombreux amis. Mais comme ils sont publics, on ne raconte pas tout non plus! Le ton se veut plutôt frais et gentil, et on a réussi à fidéliser un petit lectorat. Beaucoup nous sont venus de Danger École (http://dangerecole.blogspot.com/), 1er blog que j’ai activement fréquenté, et nous avons noué de véritables amitiés avec certains. D’ailleurs les 2ème et 3ème prénoms de notre n° 2 sont ceux de copines rencontrées sur Danger École, Barbara et Joséphine; pour la seconde, ce n’est même pas son vrai prénom mais son pseudo puisqu’elle anime aussi un blog http://cahierjosephine.canalblog.com/

Bon, je te vois venir, n’espère pas que, si 3ème il y a, on le prénomme Zhom ou Zhomette ;)

 

Que penses-tu de l’allaitement ?

Que du bien ;) Assez égoïstement, je dirais que c’est tellement pratique et économique (avec l’argent économisé sur le LA, on peut s’offrir de jolis vêtements d’allaitement ^^) qu’il aurait été bête de m’en priver! Mais j’aurais aimé aussi savoir dès n°1 que, si c’est naturel, ce n’est pas pour autant facile: au départ il faut pouvoir s’y consacrer pleinement alors que notre société nous incite à vite se remettre sur pieds et à passer à autre chose! Et puis on est abreuvé de « conseils » qu’on n’a pas forcément demandés… Cela dit, je vais en donner un ^^ Je recommande à toutes les femmes enceintes ou mamans de lire Retrouver la forme après bébé du Dc Bernadette de Gasquet (vous me direz merci après, ça presse pas!)

Ayant allaité mon poupon corolle à 6 ans, il était évident que j’allaiterais ^^ (mais ma maman nous a allaité aussi, hein, pour de vrai!). Je m’y suis mise à fond par pure fainéantise: rien à laver, préparer, dose, chauffer, trimbaler! J’étais partie dans l’idée d’allaiter 3 mois (comme ma maman avait fait) mais comme ça marchait bien, j’ai voulu tirer mon lait pour que la nounou lui donne et n’introduire qu’un biberon à la reprise du travail. Tout marchait bien les 15 jours avant de reprendre mais avec le stress et la fatigue de la rentrée, mon lait s’est tari d’un coup. Pour le coup, j’ai bien failli faire the dépression! Travailler et confier ma fille à quelqu’un (en qui j’avais toute confiance) me convenait mais à condition que l’allaitement continue un peu! Le papa a pris les choses en main, a cherché auprès du pharmacien et sur internet toutes les recettes de grand-mère et m’a collé d’autorité ma fille au sein pendant tout le WE en me gavant de galactogyl, levure de bière et ovomaltine, pendant que je pleurais toutes les larmes de mon corps… Et ça a marché! Puis j’ai demandé à la nounou de venir tous les midis la nourrir en attendant que je réussisse à retirer mon lait. Mais je n’avais que 20ml en une demi-heure, du coup j’ai continué à l’allaiter tous les midis pendant 2 mois. C’était la course, je rentrais ensuite manger avec un lance-pierre, j’étais crevée (et mon travail n’a pas été brillant à cette période) mais c’était le prix à payer pour conserver mon équilibre: je me suis accrochée à mon allaitement comme à une bouée. Ensuite, j’ai introduit un biberon par mois pour ne plus avoir qu’une tétée le soir à partir de ses 8 mois. Le soir de son 9ème mois elle a commencé par me mordre (elle le faisait avant mais à la fin de la tétée!), idem le lendemain et le surlendemain: j’en ai conclu qu’elle avait eu son compte (elle n’a d’ailleurs jamais cherché le sein après) et j’ai bu un marsala pour fêter la fin de mes 18 mois d’abstinence :)

Renforcée par cette expérience (n’avais-je pas surmonter les « t’es sûre que tu as du lait ou qu’il est bon » des débuts ou les « hmm si ça vous convient à toutes les deux… » pincés quand j’annonçais fièrement que j’allaitais encore après 4 mois…), j’étais résolue à prendre un congé parental pour pouvoir allaiter tranquille. Financièrement c’était faisable mais il fallait que l’allaitement marche pour ne pas avoir à acheter de LA! Je m’étais aussi rendue compte que n° 1 était passée de poids normal à poids plume dès ma reprise du travail, et l’est restée depuis: donc rien à voir avec mon lait « devenu moins riche » mais pitètre que mon lait était tout simplement meilleur. A la naissance de n°2, j’ai retrouvé mes réflexes dès la salle d’accouchement et ai pu donner la 1ère tétée très vite. J’ai eu quelques petites crevasses (pourtant j’ai redemandé des conseils pour la mise au sein) mais j’avais acheté le grand tube de Lansinoh en prévision: en m’en mettant avant et après les tétées, c’était plus supportable. Je mettais mon bébé au sein dès que possible car, à cause du diabète de grossesse, ma puce faisait un peu d’hypoglycémie. Le pédiatre nous avait informés en salle de naissance que la mise en place d’un complément était déjà envisagée mais la maternité du CHU de Reims est aussi pro-allaitement, il était donc entendu que c’était le sein en priorité. Elle n’a eu que 2 petits compléments dans les premières 48h. Ensuite, comme elle était encore un peu juste, il fallait mettre les compléments systématiques en route tout en laissant la priorité à l’allaitement. Je l’ai encore mieux couverte, prise encore plus souvent contre moi et donné le sein comme auparavant… je te jure que j’ai bien essayé de lui donner les compléments mais à chaque fois elle était repue :) Depuis, j’ai eu une petite baisse vers 4 mois et demi après lui avoir fait déboucher les canaux lacrymaux: comme elle avait retrouvé toute sa puissance d’aspiration, elle me « vidait » en moins de deux, il a donc fallu réajuster tout ça pendant 2/3 jours. Mon allaitement a paru beaucoup plus naturel à mon entourage et on s’est bien gardé de me donner des « conseils » (c’est plutôt moi qui pourrais en donner ^^), surtout que n° 2 a toujours été très grassouillette! Évidemment on s’inquiète du fait qu’elle n’est pas sevrée pour la reprise: j’essaie de l’habituer à ne pas avoir de tétées pendant la journée, d’autant que je n’aurai absolument pas le temps de tirer mon lait le midi ou d’aller la voir (sauf si je ne mange pas!). A voir aussi si j’arrive à concilier nombreuses tétées le soir et préparations de la classe. Pour l’instant ça ne marche pas tous les jours mais on commence tout juste!

 

Que penses-tu du portage ?

Beaucoup de bien aussi! Ma première fille était très collante, je ne pouvais l’endormir la plupart du temps qu’au sein et ses siestes ne duraient pas plus de 20 minutes. Je me suis donc sentie « coincée », amputée d’un bras, puis de deux puisqu’elle prenait du poids, la bougresse! J’ai donc adopté le porte-bébé à l’intérieur, histoire de retrouver un peu d’autonomie, de réussir à débarrasser la table ou de me mettre à l’ordi pour bosser. Mais ce n’était pas la panacée non plus car très vite j’avais mal au dos… Entre mes 2 bébés, l’une de mes sœurs s’est convertie à la JPMBB. Elle ne m’en a dit que du bien, d’autant qu’elle s’est retrouvée seule avec ses filles et qu’il fallait bien qu’elle réussisse à tout gérer: pour elle, c’est L’ami de la mère célibataire ^^ J’ai demandé aussi son avis à une blogueuse, Mamanwhatelse, et elle a fini de me convaincre. J’ai eu un peu de mal avec la mise en place et ne m’en suis servie qu’au bout d’un mois mais ensuite j’en ai usé et abusé dedans et dehors: je me revois encore avec la grande en poussette, la petite en écharpe et moi faisant tous les magasins de chaussures pour mon mariage. je n’ai pas demandé d’aide une seule fois et pourtant, j’avais mis des bottes ^^ Je m’en sers moins depuis 2 mois parce qu’elle est plus lourde, semble moins apprécier d’être collée à maman et que ça tient très chaud!

 

Que penses-tu du cododo ?

A la base (et en accord avec le papa) je suis pour le cododo dans la même chambre parce que c’est tout simplement plus pratique pour les tétées de nuit. Par contre, dans le même lit, j’avais peur d’écraser mon bébé ou de la faire tomber. Et puis on n’est plus si jeunes, on aime notre confort et on n’a pas un king size! Mais dans les faits, après la tétée de 3h du matin, aucun de nous n’avait la force de la remettre dans son berceau situé à moins d’un mètre! Du coup, je m’installais pour être sûre quelle soit calée mais on ne dormait pas toujours très bien. Elle a cessé de téter la nuit vers 3 mois, on l’a mise dans sa chambre vers 3 mois et demi, en fait juste après ma reprise du travail: ma maman était venue à la rescousse et a dormi dans sa chambre la première semaine donc la transition devait se faire en douceur. Avec le recul, il est clair que ce n’était pas très judicieux! Plus tard, j’ai lu dans le livre d’Edwige Antier, Mon bébé dort bien, qu’elle recommandait que le bébé reste dans la chambre des parents jusqu’à 6 mois et le papa m’a avoué que c’est ce qu’il aurait préféré. Depuis on n’a dû avoir que 4 semaines complètes sans réveil (et je ne compte pas les problèmes d’endormissement) avec des périodes plus ou moins difficiles. Très souvent elle se réveille à l’heure de sa tétée de nuit et finit dans notre lit, soit parce qu’on finit par la prendre, soit parce qu’elle s’incruste sans qu’on s’en rende compte depuis qu’elle a son lit de grande. Le problème c’est que notre lit n’est pas plus grand et nous, on est plus vieux! ^^ Je pense que ça a toujours été sa façon de dire « t’inquiète Maman, je respire bien » (mes angoisses de la MSN) mais j’ai beau lui expliquer que maintenant je suis rassurée, ça marche pas! Et 3 ans + l’arrivée de la petite sœur + maman à domicile, ça n’arrange pas les choses…

La seconde est donc restée 7 mois avec nous: à notre emménagement, on l’a mise avec sa soeur (pour l’instant on préfère qu’elles soient dans la même chambre) et, bien qu’on ait été prêts à la reprendre s’il le fallait, elle a très bien digéré le changement. Il est vrai aussi qu’elle s’est très peu retrouvée dans notre lit: nouveau-né, elle tétait à 1h30 et 5h30 et là, j’avais la force de la remettre dans son berceau! Elle n’a peut-être donc pas besoin de ce contact. Et puis j’ai mis un mouchoir sur mes angoisses après avoir lu un article au sujet d’un livre sur les fantômes de l’arbre généalogique. En gros, certaines angoisses passent inconsciemment de génération en génération. Ma maman a toujours eu peur elle-même de la MSN mais elle a appris en faisant l’arbre généalogique que des arrières-grands-mères avaient perdu plusieurs de leurs bébés à 7 ou 15 jours de vie: elles les plaçaient en nourrice pour pouvoir continuer à tenir leur petit commerce et apprenaient leur mort inexpliquée presque aussitôt. De connaître l’origine de mes angoisses et de savoir qu’il y a peu de risques que ça se produise puisque j’ai une vie radicalement opposée à celles de mes aïeules, c’est salutaire :)

 

Toi qui as vécu une époque scolaire différente de celle d’aujourd’hui, trouves-tu que l’éducation a évolué en positif ou en négatif ?

C’est sympa de souligner que je ne suis plus de toute fraîcheur :D

Plutôt en positif, pas seulement de par mon expérience (j’étais bonne élève au primaire, certains manques m’ont donc échappés), mais aussi de ce que mes collègues qui ont de la bouteille m’en disent. Ce qui a beaucoup changé c’est la réflexion des enseignants sur leur façon de faire passer le savoir: il y a 30 ans, dans beaucoup de classes, l’enseignement était encore très frontal (le maître édictait la leçon, les élèves appliquaient: perso, je n’ai vraiment compris le sens de la division qu’en bossant dessus à l’IUFM! -c’est feue l’école des maîtres et des maîtresse – Pourtant, je « savais » les faire…). Actuellement, on s’attache plus à mettre en place des situations d’apprentissage afin que les élèves acquièrent par leurs recherches et leurs déductions la règle des a/à ou le sens de la multiplication (je cite des savoirs de l’élémentaire mais c’est pareil en maternelle). Par contre, ça ne veut pas dire qu’on ne fait plus de leçons: il serait impossible que tous les savoirs soient acquis par ce biais parce que c’est aussi une pédagogie qui prend beaucoup de temps. Et puis certains savoirs ne s’y prêtent pas tout simplement! Par exemple, quand les élèves ont compris que faire une multiplication pour calculer 7853 x 20, c’est plus rapide et moins source d’erreurs que d’additionner 20 fois de suite 7853, on leur expliquela technique et on s’exerce: un peu comme quand vous avez compris le sens et l’utilité du code, on vous donne la technique pour conduire et vous vous entraînez avec un moniteur. Il faut aussi prendre en compte la diversité de nos élèves: certains préfèrent les situations d’apprentissage, d’autres sont plus scolaires. J’ai « bousculé » beaucoup de mes premiers élèves parce que je les obligeais à être acteurs de leurs apprentissages ^^

Ce que je trouve aussi de beaucoup plus positif, c’est l’apprentissage de la lecture. Moi j’ai appris avec le B.a.ba

et je me rappelle avoir appris par cœur l’alphabet à mon entrée au CP seulement. Avant, je savais écrire et lire mon prénom, point. Et je ne suis pas toujours une bonne lectrice (même si j’ai compensé grâce à mes facilités et mon plaisir de la lecture: n’empêche qu’il m’arrive régulièrement de lire un mot pour un autre). Aujourd’hui, dès la première année de maternelle, on vise la lecture dans tous ses aspects: compréhension en priorité à travers la lecture d’albums, usage des différents types d’écrits (affiches, modes d’emplois…), repérages dans l’espace, algorithmes, motricité fine pour l’écriture (enfilage de perles, utilisation de divers outils scripteurs à commencer par la main, le doigt, etc.)… Quand on regarde bien, même ce qui peut paraître plus mathématique ou artistique peut avoir pour finalité la lecture. Et surtout, la grande section est une véritable préparation au CP: l’an dernier, j’ai même fait de la grammaire avec de l’écriture de phrases en s’aidant de l’imagier créé à partir de l’album que nous lisions. Les collègues qui ont leur classe envoient de plus en plus souvent en CP des élèves quasi lecteurs et qui savent écrire, car on ne dissocie plus lecture et écriture. On n’hésite pas à utiliser toutes les techniques d’apprentissage, y compris la globale tant décriée qu’on utilise presque tous: quand on dit à un enfant que E et N ça fait « en », on imagine les perles quand on arrive au mot « chien » ^^. Il y a donc ainsi certains mots ultra courants qu’ils apprennent globalement, ce qui ne les empêchent pas en fin d’année d’être capables de décortiquer et de lire grâce à la syllabique qu’on attaque très vite (voire en maternelle, où ils ont également appris des mots globalement: leur prénom, papa, maman, école…). Pour moi, c’est une façon de faire qui me paraît plus complète parce qu’elle ne fait pas l’impasse sur le sens de ce qu’on lit comme eud’mon temps, surtout que les textes sont souvent de qualité. D’ailleurs, on est souvent embêté avec les enfants dont les parents ont voulu à tout prix inculquer la méthode boscher (syllabique et… gnangnan!) car ces élèves sont plus axés sur le déchiffrage que la compréhension, or on sait tous que lire ce n’est pas que déchiffrer. Cela dit, il peut arriver qu’on change notre fusil d’épaule parce qu’un ou deux élèves ne décollent pas. Toujours l’an dernier, et toujours dans la même classe, on a mis en route une autre méthode plus adaptée à 2 élèves. 2 méthodes de lecture radicalement différentes, avec déjà un double niveau GS/CP, on a bien rigolé!

Mais j’ai commencé par un « plutôt » parce que les derniers programmes de 2008 sont souvent vécus comme une régression. Mes fameux collègues qui ont de la bouteille sont horrifiés qu’on leur impose de refaire comme il y a 30 ans parce qu’ils mesurent sûrement encore mieux que moi l’évolution positive! Les précédents programmes de 2002 étaient certes plus difficiles à mettre en place (trouver une bonne situation d’apprentissage c’est moins simple que de dicter une leçon aussi) mais ils étaient probablement les plus aboutis (donc aussi perfectibles) dans les savoir-faire et les savoirs pour les élèves, la méthodologie et les domaines d’enseignement pour les instits (un ex: le remplacement de l’éducation civique par l’instruction civique… tout un programme!). Ils étaient vraiment ambitieux et il faut reconnaître aussi que toutes les écoles (et les enseignants, faute de temps) n’en avaient pas toujours les moyens. Mais bon, Paris en s’est pas faite en un jour, on les mettait en place progressivement et beaucoup les ont regretté. Tout n’est pas à jeter dans les nouveaux programmes, encore heureux, mais eux aussi sont largement perfectibles! Je leur reproche surtout d’être le résultat de « l’école c’était mieux avant » et du dénigrement constant de nos résultats (qui sont, au demeurant pas si nuls!). Quand on sait que dans les années 1950, 42% des garçons redoublaient leur classe de CP, je me demande vraiment en quoi c’était mieux! Les parents seraient-ils prêts à partir du postulat que leur enfant à quasi un risque sur deux de ne pas passer en CE1, sachant à quel point le redoublement en CP est stigmatisant? Cette idéalisation de l’école à papy ne tient pas non plus compte des profonds changements du système scolaire: les petits redoublants de CP des années 1950 n’allaient jamais au bac, les bacheliers appartenaient à une élite alors qu’aujourd’hui la grosse majorité des élèves y a accès. Si tous les élèves des 1950′s étaient allés au bac, pour le coup, le niveau aurait été catastrophique! Il faut qu’on arrête aussi de faire une fixette sur les résultats de l’étude PISA de L’OCDE, qui mesure les performances des élèves en fonction de ce qu’ils sont capables de faire pour l’économie de leur pays. Or l’école ne donne pas un métier adapté à la demande des marchés (on parle de gamins de 15 ans hein, pas des actifs! certes certains sont en CAP mais ce n’est pas la majorité et ils ne travaillent pas encore), l’école forme des citoyens et des adultes autonomes: l’étude qui évalue ce qu’un gosse de 15 ans peut faire pour le marché libéral de son pays (le dit marché qui aimerait bien qu’il soit corvéable à merci), c’est moyen… L’Angleterre a beaucoup réformé son école depuis 10/15 ans du fait de ses mauvais résultats à cette étude… et elle est en train de faire machine arrière toute!

Mais je suis aussi fonctionnaire et à ce titre j’ai le devoir d’appliquer ce que le ministère nous demande: je mets donc en œuvre les programmes de 2008. Par contre l’avantage de mon métier, c’est que nous somme amenés à réfléchir sur ce que nous faisons en permanence ;-) . Et puis je reconnais que je regrette les programmes de 2002 en partie parce que j’ai été formée pour eux: mes formateurs étaient convaincus de leur bien-fondé et ont su me le transmettre.

 

J’ai vu apparaître à l’école maternelle un phénomène qui n’existait pas à mon époque, à savoir, la notation. Enfin, elle n’était pas exposée aux enfants, mais on les notait quand même pour savoir où ils en étaient. Qu’en penses-tu ?

Alors en fait, c’est la première fois qu’on me dit que c’est une notation! C’est très bien que j’apprenne que c’est vu comme ça, ça me fera un truc de plus à expliquer aux parents dans les réunions de rentrée ^^ Il s’agit d’une demande institutionnelle (qui va de paire avec les bulletins, on s’en sert également pour le soutien), des parents et parfois des élèves. On utilise le terme d’évaluation, qui est moins « définitif » que la notation (qui tend à disparaître d’ailleurs, y compris au collège). Si maintenant les élèves le savent, c’est parce qu’on a estimé que c’était plus constructifs qu’ils sachent qu’ils sont évalués: ça leur permet de se situer dans la progression de l’apprentissage (avant on apprenait, maintenant, je veux savoir si c’est ok pour toi ou non ou presque) et de comprendre pourquoi on retravaille (ou pas) avec lui. Cela induit qu’on explique aussi aux élèves les symboles qu’on utilise, que ce soit les bonhommes expressifs (genre smileys), ou les feux (vert, orange, rouge), ou autres: on peut trouver des mentions mystérieuses comme A/ECA/NA, c’est à dire acquis/ en cours d’acquisition/ non acquis.

N’ayant pas encore eu de classe à moi en maternelle, je n’ai pas eu à faire de choix, j’ai suivi ce que mes collègues souhaitaient. L’une d’elles a voulu faire sans, mais les élèves étaient trop perdus! Elle a donc choisi les feux (les smileys font parfois polémique, certains enfants pouvant penser que la maîtresse n’est pas contente, ou pire, qu’elle ne les aime pas… mais bon des fois c’est vrai que la maîtresse n’est pas contente ^^) et j’ai bien aimé sa présentation: rouge, tu dois t’arrêter et on regarde ensemble ce qui ne va pas (donc non acquis); orange tu peux passer mais la prochaine fois on va travailler pour que ce soit vert (donc en cours d’acquisition et dans la mesure du possible, on refait la fiche ou le travail pour pouvoir mettre vert) et vert, tu passes (à l’apprentissage suivant, donc c’est acquis). Si on a du temps (malheureusement ce n’est pas toujous le cas) on peut aussi expliquer pourquoi on a mis tel ou tel feu à l’élève et faire partager les travaux les plus réussis au groupe: ça peut permettre aux élèves en difficultés de se rendre compte de ce que vise la maîtresse. Pour l’instant, je n’ai pas trouvé mieux comme moyen de permettre à l’élève de savoir où il se situe: je pourrais simplement le lui dire mais pas sûre que le message reste ^^.

Si l’on voulait abandonner ce système, il faudrait peut-être abandonner toute évaluation, or le système français tend plutôt à la surenchère d’évaluation! Au point que parfois on se demande si on va réussir à faire des apprentissages entre 2 évaluations ^^. Même en dehors des évaluations institutionnelles, on est tout le temps amené à évaluer, avant, pendant et à la fin des apprentissages. Notamment, évaluer avant permet de savoir les vrais besoins des élèves: il serait inutile de faire un travail complet sur les couleurs si les élèves les connaissent déjà par exemple. A l’inverse, une notion qui est acquise peut être vérifiée plus tard et revue le cas échéant. Tout ça pour dire que l’objectif de l’évaluation n’est pas de vérifier si l’élève rentre bien dans les petites cases mais de lui permettre de savoir où il se situe et de pouvoir l’aider à progresser (ce qui parfois peut prendre beaucoup de temps, voire être reporté à une période et même une année ultérieure: la maternelle s’adapte plus facilement au rythme de chaque élève, à condition de ne pas avoir de gros effectifs non plus… AJOUT Cette faculté d’adaptation justifie aussi une évaluation fine de l’élève et lui permet de comprendre pourquoi les copains ne font pas forcément la même chose).

 

Trouves-tu que l’initiation aux langues étrangères dès la maternelle puis l’apprentissage de ces dernières en primaire soient bénéfiques ?

Je me permets d’insister sur le terme d’initiation, ce n’est donc pas un enseignement tel que nous l’avons connu au collège: les enfants n’apprennent pas les verbes irréguliers ;) Tout au long de leur primaire (quand il y a suffisamment d’enseignants habilités dans l’école…), ils découvrent la culture du pays: chansons, fêtes, recettes, et quelques situations très usuelles comme se présenter. Les élèves de maternelle n’apprennent souvent guère plus qu’une chanson. Les plus grands peuvent être amenés à travailler sur des albums qu’on voit souvent en maternelle mais dans leur langue d’origine, comme La chenille qui fait des trous. L’initiation à la langue se fait sur le même modèle que le « Français Langue Étrangère » que reçoivent les enfants étrangers scolarisés en France et qui ne parlent pas ou très peu notre langue (fait par des enseignants spécialisés): c’est assez ludique et c’est souvent dans le cadre de cet enseignement qu’on se déguise pour Halloween ^^ mais le fond se veut solide quand même.

Alors oui, je trouve ça plutôt bénéfique mais sous certaines conditions: on constate bien souvent à l’entrée au collège que les acquis du primaire sont balayés, d’une part parce que les profs d’anglais méconnaissent ce que les collègues ont fait, d’autre part pour des questions purement matérielles (manque de salles ou de profs). Il existe aussi une règle qui veut que si les élèves ont bénéficié d’une initiation à une autre langue que l’anglais, bah c’est pas juste, donc ils peuvent en choisir une autre en entrant au collège! Bon, pourquoi l’anglais est mieux que l’allemand l’espagnol ou l’italien, ça c’est un des grands mystères des idées reçues françaises pour moi! Il parait que si on parle pas anglais on est foutu. Entre nous, la personne la mieux payée que je connaisse doit son salaire à sa maîtrise de l’allemand. Passons. Dans l’école de campagne de mon chéri, la langue enseignée est l’allemand. Mon chéri n’est pas habilité et l’inspection lui envoie une prof d’allemand itinérante (et très très bien) mais il s’investit aussi puisqu’il les fait correspondre avec des écoliers allemands et les emmènent en Allemagne. Malgré tout, les parents (les élèves voudraient continuer l’allemand souvent!) choisissent l’anglais à l’entrée au collège et ces anciens germanistes se retrouvent avec des anglicistes qui ont quand même quelques rudiments d’avance! Du coup, les profs recommencent tout à zéro… Dans ce collège (de campagne aussi: les profs sont souvent sur 2 voire 3 collèges pour faire leurs heures!), il arrive que faute de pouvoir faire une classe complète (15 élèves germanistes, c’est pas rentable), on demande aux instits qui sont les bons élèves anglicistes qui seraient capables de devenir germanistes: pareil, 3 ans d’initiation réduites à néant… Pour l’instant, pour enseigner une langue en primaire, il faut avoir une habilitation (on passe un petit examen avec séance menée en classe: aucun ajout sur le salaire mais ça donne le droit de demander certains postes). Mais bientôt on aura résolu le manque d’instits habilités dans certaines écoles (et du même coup les histoires de choix de langue) puisqu’on sera tous obligé de faire l’initiation, qu’on soit doué en langue ou pas, comme moi!

 

Que penses-tu de la grande campagne de recrutement de l’éducation nationale en parallèle à la suppression de quelques 16.000 postes d’enseignants ?

Ah! la campagne de recrutement! Ou comment faire croire qu’avec une soustraction, on fait une addition!!! (et après, on voudrait que les CM2 fassent des règles de trois tiens! ^^). Si je m’en tiens aux chiffres: cette année, 33000 départs en retraites et SEULEMENT 17000 recrutements (et pas tous pour l’enseignement: médecins, infirmières, on en manque cruellement aussi bien sûr!)… dont des CDD (comprendre pour quelques semaines, quelques mois puis au revoir) qui, eux, seront devant une classe. Je pense que les parents n’ont pas été dupes de cette publicité-arbre-qui-cache-la-forêt : pas une circonscription dans toute la France où, cette année, il n’y a eu de fermeture de classes (1500 au total), pas un canton rural où les parents, les élus et même les habitants ne se sont manifestés contre la fermeture d’une classe, voire de l’école qui faisait encore vivre le village.

Bien sûr l’Éducation Nationale recrute toujours mais pas à la hauteur de ses besoins. Depuis l’entrée en vigueur de la règle du non-remplacement d’un fonctionnaire sur 2, on a commencé par supprimer les postes qui ne se voyaient pas, et pouvaient donc donner l’impression qu’ils étaient inutiles. Par exemple, de nombreuses associations d’éducation populaire se sont vues reprendre le personnel détaché qui accomplissait pour elles un travail en direction de l’école ou de la jeunesse (ex: l’OCCE qui aide et vérifie la gestion des coopératives scolaires mais fait aussi de la formation pour les instits les mercredis matins. Ou les Francas, dont je fais partie, souvent connus pour les formations BAFA/BAFD, qui gèrent aussi des centres de loisirs et mènent des actions en direction des écoles, pour faire connaître les droits de l’Enfant par exemple). Nous avons perdu aussi du personnel, dans les inspections, qui participe à la formation des instits.

On a ensuite puisé dans le vivier des remplaçants, sous couvert d’un système archaïque: il est lourd mais c’est surtout en raison de la masse salariale. D’où l’idée de recruter des CDD car les besoins en remplaçants sont toujours les mêmes (je vous fais grâce de l’épopée de mon remplacement l’an dernier, bien qu’ayant prévenu mon administration 4 mois 1/2 avant la date officielle de mon congé). Le principe n’est pas nouveau, tous les ans on recrutait des maîtres auxiliaires dans le secondaire, mais ils avaient rempli un dossier, on retrouvait souvent les mêmes d’une année sur l’autre et ils travaillaient quasiment à l’année (200h/an maxi). Ce qui est nouveau, c’est le recrutement par Pôle Emploi et le fait que ça arrive en primaire: on n’est moins à l’abri des ratés (tel ce prof échappé d’un asile psy d’Irlande, recruté à Toulouse) et que dire de l’image! Nous sommes régulièrement mis en cause dans nos compétences par des parents, alors que nous avons été formés, j’imagine donc le quotidien des jeunes collègues, soit recrutés sur concours (mais sans formation: le niveau de connaissances exigé et le master sont censés suppléer à la formation), soit en CDD, envoyés bien sûr dans des classes difficiles… Débuter n’est jamais simple dans ce métier, encore moins quand les parents et les élèves savent que vous vous formez sur le tas. Si en plus vous avez le statut de remplaçant, vous cumulez ^^

Cette année, pour tenir la règle du non-rempalcement, il a fallu supprimer des postes d’enseignants en classe: d’où les nombreuses fermetures. La prochaine étape consiste à regrouper plus massivement les petites écoles (un peu en ville, beaucoup en zone rurale): en serrant un peu plus les élèves par classe, on gagne un voire 2 postes, on gagne assurément une indemnité de direction (environ 100€ par mois, avec aucun temps de décharge si l’école compte moins de 4 classes, donc il faut faire le travail en plus de celui de la classe). pourtant, d’après les chiffres, c’est faisable! Il y a un prof pour 22/23 élèves, en les regroupant, on passe à 25 peut-être 26/27 élèves: ça parait gérable. mais dans les faits, on rencontre de plus en plus de classes dépassant largement la trentaine d’élèves, rarement moins de 35 à Paris. 22/23 élèves par prof, c’est une moyenne mais ça n’explique pas une telle différence. Tout simplement parce que le calcul est fait sur la base du nombre de personnes et non du nombre de temps plein: je suis à 80%, pourtant, je compte comme un temps plein. Idem pour les 3 collègues que je décharge: à nous 4, on a 75 élèves, soit une moyenne de 18/19 élèves par prof (on fait même encore mieux que la moyenne nationale ^^). Mais dans les faits, la moyenne est bien à 25 par classe avec un seul prof. Et ce n’est encore qu’une moyenne: dans l’une, 34 enfants, dans une autre (en ZEP) seulement 16 mais avec des enfants tous en très grande difficulté et 2 handicapés lourds qui nécessitent une aide en classe.

Mais le plus terrible, dans cette campagne de recrutement, c’est qu’elle a grévé le budget de l’Éducation nationale de 1M3€…

 

Pourquoi me suis-tu ?

Parce le point de vue d’un papa, c’est comme les maîtres en maternelle, beaucoup trop rare et c’est bien dommage!

Parce que j’adore le concept du papa qui prend le congé parental au lieu de la maman et qui fuck la mentalité arriérée de la société

Parce que vous me fascinez, toi et la madeleine, à être aussi relax, l’inverse de nous ^^ Je ne vous suivrais pas sur tout mais ça aide à relativiser ;)

Parce que tout en étant à fond dans tes choix, tu affiches une tolérance de bon aloi (que j’espère avoir moi-même!)

 

Comment as-tu connu le blog ?

C’était un soir, il était tard, j’errais sur les pages de facebook, t’avais dû commenté un truc qui m’a fait rigoler, et comme je suis une vilaine petite curieuse, je suis allée voir ta page et de là ton blog où j’ai posté THE commentaire, le premier, celui qui a bien dû te faire plaisir, vas-y, dis-le!

 

Merci pour tes (longues et lentes mais néanmoins instructives) réponses.

De rien :) Mais on dit merci Super Maîtresse ;-)

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Qui sont mes lecteurs ? (Episode IV: Un Nouvel Espoir)

19

Publié par Zhom | Classé dans Qui sont mes lecteurs ? | Publié le 17-08-2011

Aujourd’hui on est Jeudi, le Jeudi c’est interview.

Cette fois, nous plongeons du côté obscur de l’enfance avec Dark Maman.

 

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Moi Dark Maman, 25 ans, blogueuse depuis peu, mère au foyer. Dans la vrai vie, on m’appelle plutôt Olivia quoi que … Sinon je suis de Normandie d’origine italienne, propriétaire d’une maison de ville à la campagne … cherches pas c’est un concept. On retape cette maison pour la revendre et un jour pouvoir quitter cette région qui nous évoque pas mal de mauvais souvenirs.

Je n’ai jamais dit un jour « plus tard je serais mère au foyer » personne n’a cette vocation (enfin je suppose). Lorsque j’ai perdu mon emploi (trop de CDD cumulé dans la même boîte), Dark Papa et moi avons décidé que ce serait bien si je m’occupais de la maison et des enfants. Bon à l’époque, on était en appart et j’étais enceinte. Je n’échangerais ma place pour rien au monde (sauf si financièrement ça ne suit plus) même si le statut de mère au foyer est souvent dénigré. Heureusement comme dans beaucoup de choses, je suis très soutenue par mon mari. Ah oui je ne l’ai pas dit, je suis une Dark Maman mariée, ça fera 2 ans en septembre. Et aujourd’hui, ça fait 4 ans qu’on est ensemble.

Sinon à mes heures perdues (j’en ai de moins en moins), je me passionne pour l’aquariophilie (les poipoi tout ça!) j’ai un aquarium de 240l de biotope asiatique, je me restreins, j’ai donné mon aqua de 100l pour faire de la place lol et j’avais un 15l pour un combattant mais Dark Fils a voulu lui donner son gâteau à manger, je n’ai pas vu et il en est mort (RIP)

J’aime aussi la Fimo, c’est une pâte qu’on peut modeler puis faire cuire pour la durcir, on peut faire tout ce qu’on veut avec. J’aime l’écologie, internet, faire des jeux concours (et gagner pleins de cadeaux !!), je ne sais pas si on peut l’inclure dans les passions. Bon je m’arrête les quelques lignes sont dépassées.

 

As-tu des morveux ?

Chez moi on dit des Dark Enfants, mais je vais m’adapter à ton blog. Alors j’ai un morveux qui aura 3 ans en septembre et une morveuse qui a 3 mois et demi. On aimerait bien en avoir d’autres.

 

Dans ton idéal, et celui de Dark Papa bien sûr, combien de morveux tu voudrais ?

Idéal, je ne sais pas, mais on voudrait une famille nombreuse. Dans notre maison actuelle, on pourra avoir 3 enfants car on veut que chaque enfant ai sa chambre. Si on déménage pour plus grand on verra :)

 

Que penses-tu de l’allaitement ?

Je pense que ça a toujours été pour moi une évidence, quelque chose de logique. Pourtant je n’ai eu aucun modèle autour de moi. Quand on a commencé à parler bébé, j’ai tout de suite abordé le sujet et je ne remercierai jamais assez Dark Papa de m’avoir toujours soutenue et défendue (oui oui défendue). N’ayant aucun modèle, aucune aide, on s’était dit qu’il fallait acheter une boîte de lait en poudre au cas où je ne puisse pas. Et t’as vraiment l’air bête devant le rayon, ils sont sérieux de mettre toutes ses boîtes là, tu fais quoi pouf pouf pour choisir ? Et le prix ! (NDLR: Je vous conseille d’ailleurs d’acheter vos préparations infantiles en pharmacie où vous les trouverez moins cher [Sisi, n'en déplaise à Monsieur Leclerc] ainsi que des personnes pour vous informer sur les différents produits)

Je me sens très épanouie en tant qu’allaitante et je suis très fière de dire que j’ai allaité mon fils 25 mois, il a arrêté de lui même parce que j’étais enceinte de sa sœur et donc le lait avait changé de goût. Je ne sais pas si j’aurais pu faire aussi longtemps si je n’étais pas mère au foyer. Aujourd’hui, j’allaite ma fille, c’est une continuité de la grossesse qui je pense m’a permis de ne pas connaître ce fameux baby blues.

Et puis ma fille peut rester plusieurs heures au sein ça ne me gène pas, je sens qu’elle est apaisée, elle pleure d’ailleurs très peu.

A vrai dire, je n’ai pas l’habitude de parler allaitement mon discours est donc cours : j’allaite si ça te plaît pas je m’en fous. (NDLR: Ah, enfin quelqu’un qui ne disserte pas des heures sur le sujet, je me sens moins seul)

Je n’ai rien contre celles qui donnent le biberon, je pense juste qu’elles sont mal informés, car parmi toutes celles qui disent ne pas pouvoir, plus de la moitié aurait pu. (Il y en a aussi qui sont faignantes et égoïstes mais ceci est une autre histoire)

 

Dark Papa t’a défendue dans l’allaitement, qu’est-ce qu’on t’a le plus reproché ?

On m’a reproché de faire un allaitement long (« et à 18 ans tu l’allaiteras toujours ? » « laisses le grandir » …), d’être égoïste (« ton mari doit se sentir délaissé » « tu fais ça surtout pour toi » …) et d’allaiter n’importe où (« elle n’a pas honte? » …)

Après il y a tout ceux qui peuvent faire foirer un allaitement avec leur culpabilité et leurs conseils bidons (« donnes lui un bib de farine pour le caler pour qu’il fasse ses nuits » m’a le plus choqué).

 

Très peu entourée par tes proches dans ton allaitement, vers qui t’es tu tournée pour t’accompagner ?

Dark Papa, mon généraliste et internet (bien qu’internet est usant avec cette perpétuelle petite guéguerre entre biberonnante et allaitante, difficile de poser de vraies questions avec de bonnes réponses.

 

Que penses-tu du portage ?

Je kiffe le portage voilà ce que je pense ! Pour mon fils étant tout aussi bien entouré que sur le sujet de l’allaitement, je ne connaissais pas trop, je n’avais aucune écharpe, rien ! Je portais à bras (autant te dire que ça fait les muscles au bout d’un moment) vers ses 1 ans j’ai récupéré un portique dorsal que mon père utilisait pour moi, autant te dire qu’il n’est pas jeune mais bien pratique. Pour ma fille, je voulais vraiment un truc pratique et dans l’esprit cocon. J’ai trouvé une écharpe très pratique pour allaiter tout en marchant dès la naissance, et récemment une amie a gagné pour moi une drôle d’écharpe qui ne fait pas mal au cou ou à l’épaule mais qui s’utilise apparemment sur des courtes distances (je ne sais pas pourquoi je ne l’ai pas encore testée, pour faire mes courses par exemple). Ces deux écharpes me correspondent parfaitement : un portage qui ne soit pas un supplice pour les bras ou le dos, qui permette d’allaiter partout et qu’on puisse faire de gros câlins !

 

Que penses-tu du cododo ?

Je pense qu’il faut avoir un grand lit (j’ai), que les parents soient sur la même longueur d’onde (ok!). Quelle facilité pour moi, de ne pas avoir à me lever pour donner la téter de nuit ou bien de rassurer un petit cauchemar ! Et à ceux qui disent que ça casse l’intimité d’un couple, je dirais qu’ils manquent cruellement d’imagination et que l’intimité d’un couple ne se passe pas que dans un lit, la preuve, j’ai (pour le moment) 2 enfants. Tout comme l’allaitement et le portage, aucun exemple ni modèle pour en parler et partager cette expérience. Je passe pour un hippie dans mon entourage !

 

Je te comprends, nous aussi on passe pour des hippies auprès de notre entourage, ma belle-mère nous a offert de l’encens quand on lui a dit que la Madeleine accoucherait à la maison et lui a conseillé de fumer un joint pour faciliter le travail ^^.

Carrément un joint !!! L’accouchement à la maison m’attire mais je pense être un peu trop peureuse pour ça, j’admire donc ta Madeleine !

 

Comment vis-tu cette marginalisation de la part de tes proches ?

Je l’ai mal vécu car on remettait toujours en question mes choix, il fallait toujours qu’on se justifie, moi ça ne me serait jamais venu à l’esprit de faire pareil avec leurs choix !

L’allaitement long, le portage, le cododo, l’écologie et bientôt l’école à la maison, ça leur donne de quoi parler !

Aujourd’hui, ça me fait rigoler et j’ai du répondant !

 

L’école à la Maison, intéressant, on y pensait avec La Madeleine mais on manque d’info pour le moment. Ça marche comment concrètement ?

Je comptais faire un article sur ce sujet, (NDLR: Il a été publié depuis ici

) mais je préférais attendre de bien connaître le sujet.

Nous à la base, on ne comptais pas mettre Dark Fils à l’école maternel. Non pas qu’on soit traumatisé mais comme je suis maman au foyer je me sentais tout à fait capable de lui proposer des activités variées pour développer ses aptitudes. Et puis mon mari ne peut pas confier nos enfants à qui que ce soit, c’est un peu compliqué mais c’est comme ça, tant qu’ils ne sauront pas se défendre ce sera ainsi, je le comprend, ça ne me dérange pas et j’approuve. Enfin on sait tous que des enfants sont parfois les bêtes noires des autres sans pouvoir faire quoi que ce soit, et si ça tombait sur nos enfants ? Bref je pourrais t’écrire une tartine sur la raison de notre choix mais là n’est pas ta question :)

Il a donc déjà fallu expliquer à la famille que non, il n’irait pas à l’école à 3 ans donc cette année. Bien entendu, les « mais il ira l’année prochaine hein sinon tu vas en faire un sauvage » ont commencé. Si tu vas dans cette voie, prépares toi car c’est pire que les réflexions sur l’allaitement.

Je n’ai pas encore dit que Dark Fils n’ira en fait pas du tout à l’école du moins pas dans une structure, que ce sera à la maison tout comme pour Dark Fille quand elle sera en âge,car c’est bien l’instruction qui est obligatoire et non l’école !

J’ai commencé à me documenter, ce site m’aide pas mal

http://web.mac.com/instructionenfamille/Instructionenfamille2008/Bienvenue.html

mais je pense qu’il est possible d’en trouver d’autres sympa !

Sur celui-ci on peut y lire des témoignages très intéressants mais qui peuvent faire un peu peur parce qu’apparemment on est contrôlé, et certaines personnes qui contrôlent sont franchement pas du tout sympa et culpabilisantes. Je pense que de toute façon sur ce choix là, on cherchera toujours à nous faire culpabiliser et poser des questions à la cons.

Toujours sur ce site tu as vraiment tout d’expliqué, comme la procédure pour déclarer que ton enfant sera bien instruit mais à la maison

http://web.mac.com/instructionenfamille/Instructionenfamille2008/Procedure.html

Sinon je te laisse découvrir ce site qui répond déjà à pas mal de questions.

C’est la première fois que j’en parle avec quelqu’un d’autres que mon mari sans passer pour une hippie :)

 

Ce n’est pas vraiment une question d’être un/une hippie mais avec la Madeleine on est plus trop d’accord avec les méthodes éducatives d’aujourd’hui comme la notation en maternelle (avec des gomettes rouges jaunes ou vertes selon si tu dépasses ou pas de tes dessins), l’apprentissage de l’anglais en primaire alors que nombre d’enfants sortant de primaire connaissent à peine le français.

Je me doute que ce n’est pas la question, mais dès que tu fais quelques choses qui ne rentre pas dans le moule …

Je suis tout à fait d’accord avec toi pour l’anglais ! Il y a bien d’autres points comme celui-ci.

 

Si je ne me trompe, tu es une fervente défenseure de la parentalité sans violence. Vu que je ne me suis jamais vraiment penché sur le sujet, c’est un peu flou pour moi, pourrais-tu nous en parler ?

Fervente défenseure, je ne pense pas.

C’est simplement que pour moi (et Dark Papa) la violence ne résout rien et n’aide en rien. Une fessée n’explique rien et ne permet pas à un enfant d’avancer. Je préfère répéter 10 000 fois la même chose plutôt que de donner la fessée. J’ai entendu 1000 fois « oui mais ça ne lui fait pas de mal, ça n’a jamais tué personne » cette phrase a le don de m’énerver !

Il y a des tas de choses qui n’ont jamais tué personne, est ce pour autant un bon moyen ? Non.

On n’apprend pas à un enfant de ne pas taper un autre enfant, de ne pas taper un animal si nous même on lui donne une fessée.

Alors oui, il y a des enfants qui cessent de faire leur bêtise ou autre après une fessée, ça veut dire qu’elle est justifiée ? Non, ça veut dire que l’enfant craint une fessée et craindre un geste de ses parents n’est pas un moyen d’éducation.

« Attention tu vas avoir une fessée! » ou « Non ne manges pas la terre du pot de fleurs, tu peux avoir mal au ventre » ?

Je n’ai pas souvenir d’avoir reçu de fessées, ça n’a pas fait de moi une enfant délurée, bien au contraire. Dark Papa a par contre reçu des fessées (et pas que cela …) et il a fait les 400 coups (les 1000 même).

Un enfant n’est pas un petit adulte, il a besoin d’avoir des repères sains.

Non une fessée ne tue pas, il y a aussi un tas de femmes battues qui ne meurent pas. La fessée est jugée non violente par certains car ils se justifient de ne pas frapper à tort et à travers. Un geste est un geste qu’il soit petit ou grand, on ne doit pas user de son pouvoir d’adulte envers un enfant.

Je rajoute que je ne suis pas une mère parfaite, et que j’ai déjà donné la fessée à mon fils. Mais j’ai ressenti un truc qui clochait, un truc qui n’allait pas avec mes principes et la logique de lui apprendre à ne pas taper les autres (entre autres:) ) alors que j’avais levé la main. Je me suis donc remise en question et je ne lui ai jamais redonné et tout fonctionne très bien ainsi. Je m’en veux d’avoir eu un tel geste.

 

Là dessus, on est plutôt d’accord. Et la tendance à pousser la parentalité sans violence à ne pas disputer son enfant voire ne pas lui dire non tu en penses quoi ?

Crois-tu que ce soit aussi fédérateur que de ne pas donner de fessée ?

C’est comme dans tous domaine, il ne faut pas aller dans l’extrême. L’extrême n’est jamais bon. Il faut aider son enfant à se construire et pour cela il faut des limites d’où l’importance du non. Pas un non de colère, mais un non explicatif :

< trois puis il en a marre de nettoyer sa bêtise. C’est ainsi que je procède, sans cri, sans colère et sans violence mais en expliquant et en lui disant de réparer ce qu’il a fait (selon la bêtise;) ) »Non on ne crache pas, ce n’est pas propre et après il faut nettoyer alors tiens un torchon et tu nettoies », il le fait deux fois voir4

Il faut qu’un enfant fasse des bêtises pour apprendre ! C’est exactement pareil une fois adulte, on apprend de nos erreurs non ?

Comme je disais plus haut, il ne faut pas non plus aller dans l’extrême en disant non à tout. Je laisse mes enfants se salir dans la boue, jouer dehors avec l’eau, sauter sur le lit, vider la caisse à jouets … Je lui (ma fille est trop petite pour le moment !) ai appris les limites il sait donc qu’il ne doit pas rentrer tout boueux dans la maison, ou tout mouillé, qu’il ne doit pas enlever ses draps du lit, ni lancer ses jouets etc …

Le sans « non », mène à sans limite, le sans limite mène à la colère, la colère peut mener à la fessée … (NDLR: Et la fessée mène au côté obscur ?)

C’est ma manière de faire, ça se passe très bien, mais je n’irai pas imposer mes idées. Personne n’a le mode d’emploi parfait !

 

Pourquoi me suis-tu ?

Je te suis car je trouve très intéressant d’avoir un point de vu masculin sur des sujets principalement évoqués par des femmes et puis j’aime ton style d’écriture et ton état d’esprit.

 

Comment as-tu connu le blog ?

Euh, je ne me souviens plus (je t’ai dit que j’ai une mémoire de poisson rouge?) ça doit être par facebook j’ai peut être du voir un commentaire de ta part alors zou j’ai cliqué et voilà.

 

Sinon, une autre question, tu enlèves ton masque en allant te coucher ?

Je vais te faire un aveux : en vrai je ne porte pas de masque !

 

Vous pouvez retrouver Dark Maman sur son blog ainsi que ses créations sur sa petite boutique.

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Qui sont mes lecteurs ? (Episode 3: Caro)

15

Publié par Zhom | Classé dans Qui sont mes lecteurs ? | Publié le 10-08-2011

Vous l’aurez vu en bas à droite de votre écran (ou en haut à gauche si vous êtes sous Ubuntu), aujourd’hui on est Jeudi. Le jeudi c’est pas ravioli, c’est interview.
Et aujourd’hui, je reçois DocCaro.

 

Peux-tu te présenter en quelques lignes ?

Je m’appelle Caroline. J’ai 25 ans. Je suis célibataire mais je le vis très bien. Ne me détestez pas, entre les gardes et le fait que je vienne de déménager, ma vie sociale ne dépasse pas celle de la jeune mère moyenne, surtout dans un village où il n’y a même pas un bar ouvert le soir …
Je suis véto en Normandie, dans un petit cabinet de campagne. Je m’occupe surtout des chevaux et des bovins, beaucoup de gynéco et d’obstétrique. L’inconvénient, c’est que mes patientes, quand elles ne sont pas contentes, elles tapent (fort). Un peu de canine quand il faut, mais j’ai horreur de rester enfermée entre quatre murs !
Vous l’aurez compris, j’adore mon métier et ne suis pas près de le lâcher.

 

As-tu des morveux ?

Les animaux ça compte ? Non parce que j’ai déjà mis au monde et géré pas mal de nouveau-nés, mais je n’en ai jamais fabriqué moi-même.
Qu’est-ce que je fais là me direz vous… C’est pas ma faute, c’est Zhom qui a dit que ça pourrait être intéressant d’avoir le point de vue d’une nullipare.

 

Ben oui, je fais des interviews de lecteurs et pas forcément de parents de 8 enfants …
As-tu des animaux domestiques ?

Pas (encore) d’animaux chez moi. Il y a trois ans, j’ai trouvé un chaton dans un moteur de voiture (avant que le conducteur démarre, heureusement). Il s’est accroché à moi, et s’est mis à ronronner, alors forcément je l’ai gardé. Il s’appelle Diesel (j’ai dû réfléchir au moins trois secondes pour trouver son nom). Il vivait dans mon appart’ quand j’étais encore à l’école, mais après, avec les stages et autres boulots à droite et à gauche, c’était trop compliqué, alors je l’ai mis chez mes parents.
Il est tellement heureux à la campagne que je n’ai pas pu le reprendre en appartement… Cela dit, il y a actuellement deux chatons (un dans ma clientèle et un dans celle d’une amie) qui ne trouvent pas preneur, alors à mon avis ils vont bientôt atterrir chez moi !

 

En tant que vétérinaire, que conseillerais-tu à des parents qui voudraient adopter un animal, pour que tout se passe pour le mieux (non je ne parle pas d’adopter une vache) ?

Pourquoi ? C’est sympa une vache… Ou une chèvre, pour tondre la pelouse. Un poney c’est mignon aussi, et pas encombrant.
Plus sérieusement, je pourrais écrire un roman sur le sujet (NDLR: et elle l’a fait !).
Déjà, il vaut mieux attendre une période où on a du temps pour s’en occuper, éviter les périodes de stress au boulot par exemple. Donner plein de jouets à un chaton ou à un chiot ça ne suffit pas, il faut aussi lui donner de l’attention.
Si on veut prendre un jeune, il faut s’assurer qu’il a été correctement sociabilisé et sevré. Donc pas d’élevage industriel type un boxe, une chienne, deux portées par an. Plutôt élevage familial ou particulier. Demandez à voir l’environnement des animaux.
Quand on va dans un refuge, il faut surtout prendre son temps, et ne pas avoir d’à priori de race ou d’âge. Baladez-vous, regardez-les, n’hésitez-pas à les approcher, à les caresser, à les prendre dans vos bras pour les petits formats, à mettre un chien en présence du chat qui vous plaît (ou vice-versa), surtout si vous comptez avoir les deux. N’oubliez pas que dans les refuges, les animaux sont souvent stressés, inhibés, ils ont parfois vécu des choses dures, ils n’ont pas toujours leur comportement habituel. Demandez au personnel du refuge comment ils étaient à l’arrivée, et comment ils sont dans la vie de tous les jours. Si le personnel du refuge l’accepte, se promener un peu avec le chien en laisse peut vous montrer des faces de son caractère qu’il ne montrera pas dans une cage. Si on prend un animal dans un refuge, il faut se renseigner sur le mode de vie de l’animal avant son arrivée au refuge, histoire de ne pas prendre en appartement un animal qui avait accès à l’extérieur, ils le vivent très mal
Une fois à la maison, prenez contact avec un véto qui vous donnera des conseils de santé (nourriture, vermifuge, vaccin, choses à surveiller en fonction de l’âge et de la race, etc.) et un éducateur canin qui saura détecter les problèmes éventuels et vous donner les bons conseils d’éducation (certains vétos se sont formés dans ce domaine, demandez au vôtre, moi je connais mes limites, je préfère envoyer les gens voir un éducateur). Même quand on a déjà eu des animaux, on peut toujours apprendre.
Un chien adulte peut s’éduquer, même si c’est un peu plus dur. Il faut être ferme dès le début. C’est dur de punir une jolie petite boule de poil qui vous regarde avec ses grands yeux tristes, mais il ne faut rien laisser passer, même si on est fatigué, débordé, qu’on en a marre de toujours punir pour la même chose.
Enfin, et surtout, il faut apprendre à vos enfants à respecter les animaux et à se faire respecter par eux, et apprendre à l’animal à respecter l’enfant (et vous aussi bien sûr !). La majorité des accidents arrivent parce que les parents font trop confiance (cf l’article de Zhom sur le sujet… [NDLR: se faire de la pub sur son propre blog ça devient vicieux non ?]). Même un animal gentil peut mordre si on le cherche (par exemple un teckel à qui on enfonce une aiguille à tricoter pour enfant dans l’oreille, histoire vraie). On ne laisse évidement jamais un enfant et un animal (surtout nouvel adopté) seuls (cf l’actualité). Ce qui est un jeu pour l’enfant peut être une agression pour l’animal. Une fois que l’animal aura trouvé sa place dans la hiérarchie et compris les limites, vous pourrez être un peu plus zen, mais sans jamais relâcher la surveillance. J’ai remarqué au passage que parfois, quand un chien est adopté avant ou pendant la grossesse, il devient très protecteur avec l’enfant. Le « danger » est alors non pour l’enfant mais pour toute personne voulant s’approcher de lui sans la permission du chien (c’est ce qui s’est passé avec la chienne de mon père et moi, puis avec notre chienne suivante et mon frère). [NDLR: Quand la morveuse pleurait, la chienne hurlait à la mort pour nous le faire savoir]
Il parait que j’en ai fait voir de toutes les couleurs à Tara, la chienne de mon père. Elle était tellement collée à moi, que quand j’ai commencé à marcher, je me hissais à ses oreilles ou à sa queue pour me lever (ça on me l’a raconté, je ne suis pas sûre de la véracité des faits mais ça lui ressemblerais bien). Elle a mordu deux fois dans sa vie: un voisin qui emménageait et qui venait me dire bonjour un tabouret à la main et mon oncle à qui j’ai ouvert la porte alors qu’il tenait un gros bouquet de fleur … [NDLR: En même temps, c'est pas très malin de sonner chez les gens avec une arme pareille :D ]
Le plus drôle, c’est qu’avant la grossesse de maman, elle se planquait sous l’escalier quand quelqu’un arrivait tellement elle était froussarde! ^^
Bah voilà, je l’ai écrit mon roman…En résumé pour ceux que ce pavé aurait découragé, faut prendre son temps pour choisir un animal, être ferme, lui donner un cadre avec des règles, des limites à ne pas franchir et une hiérarchie, mais aussi beaucoup d’attention et de câlins et apprendre à son enfant à respecter l’animal. Cela dit, rassurez-vous, dans la majorité des cas tout se passe bien ! ^^

 

Que penses-tu de l’allaitement ?

Pour moi, l’allaitement maternel ça coule de source. Je n’ai rien contre le lait artificiel en cas d’urgence, mais je ne vois pas l’intérêt de l’utiliser quand on peut allaiter. A priori, dans mammifère, il y a mamelle, on est outillées pour fabriquer pile poil ce qu’il faut, autant que ça serve. Je ne serais pas très cohérente si, tout en insistant à longueur de temps sur l’importance du lait maternel pour mes chères bestioles, je donnais du LA à mes enfants…
Cela dit, avant de découvrir les blogs de maman (en particulier celui de McMaman, le premier d’une longue liste), je pensais que c’était tout bête (bah quoi, le poulain il se lève et en une heure ou deux c’est parti pour un allaitement de 6 mois…). Au moins, maintenant je suis prévenue ! C’est pas toujours rose, et parfois faut s’accrocher, c’est bon à savoir avant. De plus, je pensais que pour moi, ce serait forcément un allaitement court, vu que quand on est libéral, il n’y a pas de congé maternité. Finalement, je me rends compte qu’il y a des alternatives avec le tire-lait, alors on verra bien combien de temps ça durera, c’est au moins un poids en moins.

 

Dirais-tu que l’allaitement chez l’Humain semble plus complexe que chez les autres mammifères ?

À ce qu’il me parait oui. On a bien sûr des problèmes de lactation chez les animaux : petits qui ont des difficultés à trouver la mamelle (fréquent), colostrum de mauvaise qualité, mère qui refuse son petit (souvent des primipares), infection et inflammation de la mamelle (beaucoup plus rares chez les allaitantes que chez les laitières mais possibles), etc. Je ne sais pas si la quantité de témoignages de problèmes d’allaitement qu’on trouve sur les blogs est représentative de la population générale, ou si ça ne découle pas du fait que celles qui n’ont pas de problème ne témoignent pas.
Au passage, c’est un hors-sujet [NDLR: moi je ne trouve pas], mais j’ai entendu dire que lorsque les mères ne veulent pas allaiter, le bébé ne reçoit même pas son colostrum… C’est vrai ?
Si oui, on lui donne quoi au môme pour qu’il ne vive pas dans ce monde cruel avec une si faible immunité pendant plusieurs semaines ? Non parce que les substituts au colostrum efficaces sont un gros sujet de recherche en médecine vétérinaire, alors si les médecins ont trouvé la solution, ce serait sympa de partager…

 

En effet, les nouveaux-nés non allaités ne reçoivent pas le colostrum de leur maman :/ On lui donne du Gallia à la place, mais avec amour. Heureusement, les hôpitaux donnent du Lait Maternel aux bébés prématurés, mais pas toujours celui de sa mère. Il y a des mères avec des bébés préma qui refusent de donner leur lait à leur enfant et on est obligé d’en demander aux lactariums, or le lactarium ne dispose pas de colostrum, du coup les préma grandissent bien moins vite que si leur maman faisait un effort …

C’est un truc de dingue cette histoire de colostrum !
Quand je vois le nombre de poulains qui meurent de septicémie faute d’avoir eu du colostrum de bonne qualité en temps et en heure, je me dis que c’est vachement solide finalement un bébé … Le colostrum c’est un énorme supplément pour l’ immunité du nouveau-né !
Quant aux prémas, je ne veux pas juger (soyons consensuels, tout ça) mais putain de bordel de merde c’est quoi cette attitude à la con (pardon ça m’a échappé). Mon frère était prématuré (« que » de 5 semaines mais quand même). Ils ne l’ont mis en couveuse que la première nuit car il était autonome (grossesse très difficile donc maturation accélérée, il pouvait respirer seul). Mais il avait du mal à réguler sa température, donc ça a été peau à peau et allaitement à volonté.
Ma mère n’est pas une mamuniste, loin de là, mais elle a fait ce qui lui paraissait le plus logique, et 5 jours après ils étaient à la maison…Y’a des jours où je me dis qu’il vaut mieux être un animal qu’un humain, mes éleveurs sont bien plus informés que certaines mamans ! [NDLR: J'hésite à mettre un bouton j'aime en face de cette phrase]

 

Que penses-tu du portage ?

J’adore ! Quand mon frère est né, j’adorais le porter (bon d’accord dans un truc kangourou pas physiologique, mais c’était il y a 13 ans aussi…). Il était beaucoup plus zen comme ça, et j’aime bien la sensation que l’on a à porter un bébé.
Accessoirement, ça me parait aussi vachement plus pratique que le cosy qu’on doit porter à bout de bras, ou le landau/la poussette qui occupe les deux bras (et le neurone quand il s’agit de trouver le mode d’emploi). M’enfin, on verra à l’usage.
Là encore, c’est l’expérience des animaux qui parle. Les bébés animaux ont le choix de s’éloigner de leur mère vu qu’ils marchent, et pourtant ils restent très près d’elle. Mon neurone a conclu que c’était sans doute là qu’ils se sentaient le mieux.

 

Que penses-tu du cododo ?

Le bébé dans le lit, ça ne me tente pas du tout. Je bouge (beaucoup) la nuit, les bleus qui ont parsemé quelques tibias en témoignent. Et puis, je me demande ce que ça donne pour la vie de couple. Le lit qui s’accroche à côté, pourquoi pas. Les prix sont un peu prohibitifs, mais je trouve ça pratique pour les tétées et pour calmer les angoisses nocturnes (non, je ne laisserai pas mon bébé pleurer pour l’endurcir et pour lui apprendre à arrêter ses caprices, non mais oh, c’est quoi ce gosse manipulateur de 3 jours et demi).

 

Pourquoi me suis-tu ?

Vaste question… Parce que tu passes de sujets de fond aux petites choses mignonnes du quotidien, parce que je suis sur la même longueur d’onde que toi, parce que j’aime bien ton style d’écriture, parce que tu ne fais pas de fautes d’orthographe. Non je déconne, en fait c’est juste parce que je découvre ou redécouvre des musiques que j’aime bien sur ta page Facebook, le reste je m’en fous.

 

Comment as-tu connu le blog ?

J’y suis allée par curiosité pour aller voir qui était ce mec qui écrivait mes commentaires avant moi sur la page de McMaman.

 

Le mot de la fin ?

Un jour, ces grands philosophes que sont Les Shadoks ont dit: « Il vaut mieux mobiliser son intelligence sur des conneries, que de mobiliser sa connerie sur des choses intelligentes. »

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Qui sont mes lecteurs ? (Episode 2: Seb)

4

Publié par Zhom | Classé dans Qui sont mes lecteurs ? | Publié le 03-08-2011

On est jeudi, et le jeudi c’est Interview.Aujourd’hui, je reçois un Zhom, et pas n’importe lequel, le premier à m’avoir suivi. Mesdames et messieurs, veuillez accueillir Seb !

 

Peux-tu nous faire une petite présentation de toi-même ?

37 ans, marié depuis… (compte sur ses doigts) 7 ans à la plus adorable des femmes qui a su accepter mon sale caractère, et plus toutes mes dents depuis qu’un dentiste sauvage m’a arraché mes quatre dents de sagesse à coups de marteau-piqueur ! Professionnellement je suis ingénieur thermodynamicien et je dirige une petite société d’ingénierie (quelques salariés, c’est pas la World Company!) spécialisée dans tout ce qui a trait à l’énergie en milieu industriel. Je suis également conseiller municipal du petit village (300 habitants) dans lequel on habite, à la campagne donc, et comme il me restait du temps entre 2 et 3 h du matin, je fais aussi de la reconstitution historique médiévale, version deuxième moitié du XVème siècle. Pour finir, je suis accro au café, à mes gnomes, à San-Antonio, à ma femme… mais pas dans cet ordre!

 

Comment vis-tu un emploi du temps chargé et la paternité en même temps ?

Comme je peux… Plus sérieusement, c’est une question de priorités et d’organisation. C’est clair que si j’avais des journées de 30 heures et non 24, ça serait mieux. Disons que plus ça va, plus j’aime sacrifier de « mon temps rien qu’à moi » à mes enfants. S’agit pas de se saigner, juste de se dire « là, maintenant, pendant XX minutes/heures, je ne suis qu’avec lui/elle pour jouer. Pas de mail à traiter, de portable à répondre, de truc ménager à faire, rien. Juste être avec mon enfant. ». C’est ma façon de voir hein, mais je préfère consacrer pleinement 30 minutes à mon fils pour jouer avec (oui, ma fille est encore un tout petit bébé, c’est différent) que l’avoir 2 h dans les pattes en maugréant et en faisant 30 000 choses à la fois. Et puis plus ils grandissent, plus on peut les associer à ce que l’on fait. Bon d’accord, faut juste passer un peu plus de temps derrière la machine à coudre pour leur faire des costumes XVème siècle, mais ils adorent ça!

 

Combien as-tu de morveux ?

2. Un morveux et une morveuse.

 

Quel âge ont-ils ?

P’tit Monstre, l’aîné, a 4 ans et quelques mois. Et sa petite soeur, Choupette, a 9 mois et demi. Et là je me rends compte que j’ai envie d’en écrire une tartine sur mes gnomes, parce que je les adore, et qu’ils sont la preuve vivante, pour moi, que je n’aurais jamais pu envisager de ne pas en avoir.

 

Des projets d’autres morveux ?

C’est pas à l’ordre du jour. Idéalement, 2 de plus, je serais pas contre (oui oui je sais: je suis dingue). Mais vu que ça se fait à deux, les enfants, ça se discute… Ma douce et moi étions raccord sur le fait de ne pas avoir d’enfant unique, ça déjà c’est fait ^^. Eventuellement, pour elle, un troisième. M’enfin là, pour l’instant, non. Pis on risque d’être à l’étroit: je sais que j’ai encore 60 m² de dalle à couler avant de créer deux pièces supplémentaires, mais j’ai pour l’instant pas mal de chantiers en cours dans la maison (oui oui je suis officiellement dingue: c’est une maison du XIXème siècle que je retape, alors qu’on y habite…).

 

Quel est ton point de vue sur l’allaitement ?

Alors ça c’est assez marrant en y repensant, car je n’ai réalisé les questions et « problèmes » soulevés par l’allaitement qu’après la naissance de P’tit Monstre. Ou à peine avant. Genre la question à la maternité « vous comptez l’allaiter? » (question posée à ma femme hein, évidemment!) on s’est regardés, l’air de « ben… pourquoi elle nous demande une chose pareille? », avant de répondre « oui, bien sûr ». Franchement, ça ne m’était même pas venu à l’esprit qu’un nouveau né ait autre chose dans le bec que le lait maternel… C’est après, que j’ai véritablement creusé la question, beaucoup lu sur le sujet. Ma conclusion personnelle c’est : le lait maternel est l’alimentation la plus adaptée pour le nourrisson (la science progresse, certes, mais on n’a encore pas mis d’anticorps dans les boîtes de LA, ni trouvé comment remplacer le colostrum, par exemple), le LA est un substitut tout à fait acceptable pour celles qui ne veulent pas allaiter, mais que les femmes choisissent en toute connaissance de cause, et qu’on arrête les « conseils et avis » foireux de certaines personnes du corps médical dont la dernière formation pro sur la question doit remonter à 1950!

Sur la place particulière du père dans l’allaitement, je ne me suis jamais senti spolié de mon rôle de père parce que je ne nourrissais pas directement et physiquement mes enfants (pour info P’tit Monstre a été allaité 27 mois et Choupette l’est toujours). J’ai l’outrecuidance de penser que mon rôle de père ne se cantonne pas à remplir l’estomac de mes rejetons ! Et si besoin, je participe activement à l’allaitement, ne serait-ce par exemple qu’en servant de paravent pour un peu de discrétion, quand c’est en public.

 

Le portage ?

Vu le dos en tire-bouchon de ma femme, et son gabarit (tu vois un haricot vert? Ben voila… ^^), porter les mioches, c’est pour bibi. J’ai essayé un porte-bébé que mon frère aîné m’avait passé: la catastrophe, P’tit Monstre pleurait comme une madeleine, et je trouvais pas ça confortable. Dans la foulée, j’ai essayé une écharpe de portage: alléluia! Pratique à trimballer (pliée ça prend pas de place), bébé qui roupille comme un bienheureux, plus proche de mon centre de gravité, donc ça tire moins sur le dos, variation des positions de portage… J’ai testé avec P’tit Monstre, 6 mois (mais c’est un gabarit léger) sur 10 km de marche, résultat nickel. Môssieur ne se réveillait que quand je m’arrêtais! Testé aussi versus poussette y’a deux mois en visitant un site 1900: y’a pas photo! Moi je passais et fendait la foule tel l’étrave de la Santa Maria traversant l’inconnu pour découvrir le Nouveau Monde, pendant que les poussettes patinaient, échouées comme des baleines sur une plage.

 

Le cododo ?

Testé, et approuvé avec quelques réserves. Premièrement avoir un GRAND lit. Nan mais le king de chez king size hein. Parce que c’est fou comme ça s’étale les gnomes! Et/ou ça transforme ton dos en arbre à chats, ou alors elle tentait des scarifications rituelles sur mon dos, va savoir… Et quand une fois P’tit Monstre nous a fait une énorme poussée de fièvre inexpliquée (mais 40°C quand même), j’aurais été incapable de dormir si il n’avait pas été à 30 cm de moi: me réveillais toutes les 30 minutes, instinctivement, l’observait puis, rassuré, je replongeais dans le sommeil. Alors que bon, son lit, comme maintenant celui de sa soeur, était dans notre chambre (ça évite de faire des allers et retours à travers la maison, en pleine nuit, pour les tétées nocturnes).

 

Pourquoi me suis-tu ?

Ah non, je ne te suis pas, tu me précèdes, nuance! ^^ Bon, plus sérieusement, j’aime assez ta vision des choses et ton humour. Et c’est rare d’avoir comme ça sur des blogs la version du papa, qui plus est d’un père au foyer (même si c’est bientôt fini pour toi).

 

Comment as-tu connu le blog ?

Ben tiens, par ma dénicheuse de femme! Donc ça serait plus à elle de dire d’où elle connaît ton blog.

 

Ressembles-tu en vrai à Sébastien Chabal (ma femme n’arrive pas à t’imaginer autrement) ?

(NDLR: Sa photo de profil FB étant Sébastien Chabal)

Je fus à une époque aussi barbu et (presque) chevelu que lui, mais ça n’est plus le cas ^^. Quant au gabarit du bonhomme, c’est pas mon cas… C’est juste un « Sébastien » que j’aime bien, et comme il y a des éons j’ai (un tout petit peu) joué au rugby, ça me rappelle des souvenirs (aïe). Et je suis plutôt blond aux yeux bleus.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share

Qui sont mes lecteurs ? (Épisode 1: Clarisse)

3

Publié par Zhom | Classé dans Qui sont mes lecteurs ? | Publié le 28-07-2011

Mes lecteurs me connaissent à force de me lire, mais moi je ne les connais pas trop. Quoi de mieux pour changer ça qu’une petite interview ?
La première interview sera celle d’une lectrice, une des plus actives du blog ou de la Page FB qui va avec, j’ai nommé Clarisse.

 

Bonjour, peux-tu te présenter un p’tit peu pour les autres lecteurs ?

Je m’appelle Clarisse et j’habite Paris 10ème. J’ai une formation de comptable et jusqu’à la naissance de ma fille j’occupais un poste de comptable trésorière dans une multinationale dont le siège est à Paris.
Mes journées étaient rythmées par l’achat et ventes d’actions, placements en compte à terme, enregistrement en comptabilité des règlements clients et analyse de tous ces chiffres à la fin du mois. Ce travail était très intéressant mais l’ambiance était pourrie. Alors à la naissance de ma fille en avril 2010, j’ai pris mon congé maternité que j’ai prolongé d’un congé parental de 6 mois car je ne me voyais pas la laisser en crèche si petite. A la fin des 6 mois, je ne me sentais toujours pas prête pour passer le relais à une inconnue. En plus nous n’avions pas eu de place en crèche donc j’ai prolongé mon congé parental jusqu’au 3 ans de ma fille.
Je suis donc actuellement en congé parental d’éducation sans aucun revenu comme c’est mon premier enfant \o/ Pour mettre du beurre dans les épinards et aussi car je souhaite changer de métier et travailler dans la puériculture, j’ai décidé de devenir assistante maternelle agrée indépendante. Ainsi je peux élever ma fille, je participe aux finances et j’accueille un autre enfant qui tiendra compagnie à ma puce. Je fais ma formation en septembre et je recherche actuellement un enfant à accueillir à partir du 10 octobre. (NDLR: Si des personnes sont intéressées, vous pouvez m’envoyer vos coordonnées à blog2zhom@gmail.com, je lui transmettrais.)

 

Tu as donc une fille, quel âge a-t-elle ?

J’ai une fille effectivement (c’est la plus belle et la plus intelligente forcément), elle a 15 mois. Elle est née le 19 avril 2010 à J+2 selon le cycle ou J+4 selon l’écho : ils ont pas été fichus de dater exactement. Mon accouchement a été provoqué car la miss ne voulait pas libérer les lieux.

 

Et toi, quel âge avais-tu ?

J’avais 26 ans, j’approchais de mes 27 ans (je suis du 30 mai). Pour la petite histoire le jour de mes 27 ans, c’était la fête des mères, ma première fête des mères. Autant dire que mon anniversaire, j’en avais rien à faire !

 

C’est meugnon, un autre morveux prévu ?

Effectivement mon homme et moi voulons d’autres enfants. Dans mon « rêve » j’aimerais avoir 3 filles (j’en ai déjà une YES !) et l’homme quant à lui penche plutôt pour 2 enfants (il voulait une fille, on l’a eu et maintenant il voudrait un garçon).
On voulait refaire un bébé en juillet mais comme je deviens ass mat, on est obligé de repousser un peu. On prend notre mal en patience et en attendant je m’imagine la déco de sa future chambre…

 

As-tu allaité Louise ?

Oui, c’est la plus belle expérience de ma vie de mère mais aussi de femme. Pouvoir nourrir son enfant naturellement m’a vraiment fait sentir être une femme pleinement car nous avons cette chance de le faire alors que les papas ne peuvent pas. Plus jeune, lorsque je m’imaginais maman, je savais que je voulais nourrir mon enfant avec mon lait car j’étais convaincue que c’était le plus adéquate mais à cette époque je ne voulais pas donner le sein. Je trouvais cela « bizarre » car pour moi les seins étaient un organe sexuel pas nourricier. Je pensais donc tirer mon lait et le donner au biberon. J’étais bien naïve à l’époque ! Lorsque j’étais enceinte mon opinion a doucement changé. Vers 6 mois de grossesse j’ai commencé à avoir du colostrum et j’ai commencé à ne plus voir mes seins comme des organes sexuels. D’ailleurs petit à petit j’ai commencé à ne plus aimer que mon homme y touche. J’avais un peu peur qu’il ait du colostrum sur lui faut dire…Quand ma fille est née, on me l’a enlevée pour la soigner donc j’ai attendu plusieurs heures interminables avant de pouvoir partager la première tétée. On me l’a apportée et je l’ai mise au sein tout naturellement. A ce moment là, c’était tellement évident que c’était la seule solution possible ! Notre allaitement a duré 7 mois et s’est achevé car ma fille a fait 2 grèves de la tétée à cause de mon retour de couches. J’ignore si c’est le goût qui a changé ou bien la quantité qui a diminué mais malgré l’aide de la leche league je n’ai pas réussi à maintenir ma lactation. Il s’est avéré que ma fille avait fait grève lors de l’ovulation de mon retour de couches mais également à l’ovulation du cycle suivant. Comme je n’arrivais pas à trouver le motif (goût ou baisse de quantité) et que j’étais épuisée nerveusement d’être ainsi repoussée, j’ai un peu baissé les bras car je ne me sentais pas assez forte pour affronter une autre grève le mois suivant. Malgré tout je remercie la leche league de m’avoir permis de prolonger d’un mois mon allaitement. Pour le prochain bébé, je compte participer à plus de réunion avant mon accouchement pour bien connaître toutes les astuces et erreurs à éviter et ainsi pouvoir faire un allaitement long. Pour Louise je m’étais fixé un objectif de 6 mois, j’ai réussi et pour le prochain j’aimerais l’allaiter jusqu’à 1 an minimum (et plus si cela nous convient à tous les deux).

 

Beaucoup de femmes arrêtent l’allaitement tôt (moins de 6 mois) penses-tu que ce soit dû principalement à un manque d’informations (comme ça a été pour ton cas) ou à cause de facteurs extérieurs (manque de soutien de l’entourage, ou reprise du travail par exemple) ?

Je pense que tous ces facteurs sont liés. Passé 6 mois on se dit que l’allaitement a été jusqu’au recommandations « minimales » de l’OMS alors que ça suffit bien. Et puis si l’on a pris le congé parental de 6 mois on se dit que pour le retour au boulot il va falloir penser à sevrer car tirer son lait au boulot c’est mal vu. En plus perso avec mon tire lait j’ai jamais réussi a obtenir beaucoup de lait. pour réussir à le tirer il fallait que ma fille soit sur l’autre sein…très pratique ! Et cela sans doute parce que on ne m’a rien conseillé pour tirer mon lait (la prochaine fois je verrais une conseillère en lactation pour qu’elle m’apprenne à tirer mon lait facilement). Et puis évidemment passé un certain cap, les gens ne peuvent pas s’empêcher de dire « mais ça fait 6 mois que tu l’allaites, t’en as pas marre? il en a plus besoin là » Ben voyons…Quant à celles qui reprennent le boulot à la fin du congé maternité, autant dire que c’est très difficile de continuer l’allaitement dans ses conditions ! A 6 mois on fait encore 2 grosses tétées au minimum donc c’est faisable en tirant son lait mais avant il faut réussir à tirer suffisamment pour les X tétées de la journée…Compliqué au boulot, dans les wc et ce temps non rémunéré peut aussi jouer.

 

Que penses-tu du cododo ?

Je ne le pratique pas car cela m’effraie. Je bouge beaucoup la nuit et j’ai trop peur que mon enfant s’étouffe dans les oreillers ou la couette ou bien tombe du lit. Je sais que ceux qui le pratiquent me contrediront mais je n’arrive pas à surmonter cette crainte. Mon conjoint serait plutôt pour lorsque le bébé a du mal à s’endormir mais je trouve justement que c’est dangereux si c’est fait ponctuellement et non pas tout le temps. Pour ma fille, elle a dormi dans un couffin dans notre chambre jusqu’à ce qu’elle ne fasse plus qu’une tétée la nuit vers 6 mois environ. Certains considèrent cela comme du cododo malgré tout mais je trouve pas que cela en soit. Pour moi le cododo c’est entre les 2 parents ou bien en sidebed. Avec le recul, je sais que le cododo n’aurait pas convenu à ma fille. Elle n’est pas très caline et ne veut pas s’allonger à côté de nous. De plus, en voyage il nous arrive de partager la même chambre et lors de ces nuits elle se réveille sans cesse et quand elle nous voit elle fait la java. Si on est là c’est que c’est pas le moment de dormir ! Pour elle le dodo c’est dans sa chambre toute seule. Quant à nous, lorsque nous partageons la même chambre, nous sommes sans cesse réveiller par ses petits bruits qu’elle fait la nuit. Pour mon second enfant je suis assez tentée par le cododo en sidebed mais le prix du lit sidebed est vraiment abusif. Je pense donc opter pour un couffin que je placerais à côté de mon lit lors des 6 premiers mois. J’en ai repéré un en carton de Green Lullaby à un prix raisonnable.

 

Et le portage ?

J’adore le portage !
Au début on m’avait prété un porte bébé classique, même pas de marque donc au bout d’un quart d’heure avec mon nouveau né de 4kg, j’avais trop mal à la nuque et aux épaules. J’ai donc opté pour la poussette. Quand ma fille a eu 5 mois j’ai assisté à un atelier portage pour l’émission les maternelles. J’ai testé avec ma fille et là miracle aucune douleur ! Je ne sentais même pas le poids de ma fille qui pourtant avait pris plusieurs kilos !
J’ai donc acheté une écharpe et j’ai porté ma fille. Malheureusement elle n’a pas été habituée à ce contact rapproché dés la naissance donc parfois elle veut bien être portée (par exemple à la fête de l’huma nous avons passé toutes la journée en écharpe et aucune douleur malgré la marche) et d’autres fois elle refuse catégoriquement. Pour le prochain je commencerais le portage dés la naissance. Je reprendrais des cours car j’ai appris les noeuds pour un bébé qui avait déjà 5 mois et pas pour un nouveau né.
Pour ceux qui ont peur des noeuds il existe des portes bébés physiologiques super alors je les recommande vivement car à cause d’un sale porte bébé pourri j’ai perdu de bons moments avec ma puce lors de ses premiers mois (à la maison c’était transat alors qu’en écharpe c’est tellement mieux !)

 

Y’a-t-il des choses que tu n’as pas faites avec tes morveux et que tu regrettes ?

Je regrette de ne pas avoir fait plus de photos de mois enceinte et de ne pas être allée chez un photographe lors des premières semaines de ma fille. A part cela, non pas de regret. J’ai agi en accord avec mes idéaux et ceux du papa.

 

 

 

Vous pouvez trouver Clarisse sur ses blogs. Maman Chante et Bébé Gastronome.

Rendez-vous sur Hellocoton !
Share